• A propos de la conférence de presse du 1er ministre du 23 décembre 2015

    25 décembre 2015

    Communiqués

    A propos de la conférence de presse du 1er ministre du 23 décembre 2015

    Les mots et les maux

    La Fédération nationale de la Libre Pensée condamne le maintien de l’état d’urgence, sa constitutionnalisation visant à le rendre normal dans un Etat de droit, la proposition de destitution de la nationalité française pour les citoyens binationaux ayant été condamnés pour des faits de terrorisme, mesure qui est une régression antidémocratique et qui rappelle les temps du Régime de Vichy.

    Le gouvernement indique lui-même que cette mesure n’aura aucun effet pratique dans les faits et qu’elle se situe dans une démarche symbolique. Il n’est nullement symbolique de pratiquer la course à l’échalote sur le délire sécuritaire avec la droite et le Front national. Ce n’est qu’une manœuvre électoraliste qui ne trompe personne, mais qui peut avoir des conséquences dramatiques contre les libertés démocratiques..

    Le Front national a clairement indiqué que c’était une mesure issue de son programme. Il est des compliments qui sont les pires des condamnations.

    Avec la Ligue des Droits de l’Homme et plus d’une centaine d’associations et d‘organisations syndicales qui exigent la levée immédiate de l’état d’urgence, la Libre Pensée agit pour la défense des libertés démocratiques.

    Si les mots ont un sens

    La Libre Pensée s’adresse à monsieur Manuel Valls : Monsieur le Premier Ministre, vous avez indiqué dans votre discours d’ouverture de la conférence de presse : « Tuer aveuglement des compatriotes au nom d’une idéologie, c’est exprimer un reniement sanglant, total et définitif de toute volonté de vivre ensemble sans distinction d’origine ou de religion. C’est renier l’âme de la Nation. »

    Nous n’avons aucune compétence, visiblement à l’inverse de vous, pour débattre des questions de l’âme, fût-elle celle de la Nation, mais votre propos nous a rappelé qu’entre 1914 et 1918, il y a eu 639 Fusillés pour l’exemple, compatriotes « tués aveuglement au nom d’une idéologie », celle de l’Etat militarisé, celle de la guerre et de la barbarie à tout prix. Il s’agissait là aussi de terrorisme.

    Alors, si les mots ont un sens et les mots ont un sens :

    Pourquoi n’en tirez-vous pas les conclusions nécessaires et indispensables :

    la réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple de 1914 - 1918 ?

    Paris, le 25 décembre 2015

    « 05 12 2015: Meeting laïque à Japy : un évènement qui fera date !La Raison n°607 est parue Extrait de l'éditorial de Jean-Sébastien Pierre : »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :