• ACCUEIL LP04

     __________________________________________________________________________________________
     
    ACCUEIL LP04              La Libre Pensée est laïque, démocratique et sociale, c'est à dire qu'elle rejette, au nom de la dignité de la personne humaine, ce triple joug: le pouvoir abusif de l'autorité en matière religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique.
     
               
    - Congrès international de Rome de la libre pensée 1904 -
    (sous la présidence de Ferdinand Buisson
     
    ____________________________________________________________________
     
    ''L'Etat chez lui. L'Eglise chez elle"ACCUEIL LP04
     
    Victor Hugo, libre penseur
     
     
    ________________________________________________________
        
    ARISTIDE BRIAND, LIBRE-PENSEUR, RAPPORTEUR DE LA LOI DE 1905 A LA CHAMBRE ACCUEIL LP04

     « Ce que veulent les Libres Penseurs, c’est que vous arrachiez à l’Église, le bouclier officiel derrière lequel elle peut s’abriter contre les efforts de la Pensée Libre ; ce qu’ils ont seulement le droit d’exiger, c’est que l’État les mette face à face avec l’Église pour lutter à armes égales pour pouvoir opposer enfin en combat loyal, la force de la Raison aux brutalités du dogme. »  

    _____________________________________________________________________

    Alexandra David Néel, libre penseuse (pseudo:  Myrial - cf "Les Misérables I"-V.Hugo)

     

    ”C'est à la science, à l'expérience seules, que l'homme doit demander sa règle de conduite et la directionACCUEIL LP04               nécessaire à son existence. Il ne relève ni de maîtres, ni de juges, ni d'une prétendue conscience ; mais seulement du savoir. Instruire les ignorants, laisser à tous le plein développement de toutes leurs facultés, c'est faire œuvre de vie. La science, la libre recherche, font des hommes vivants et agissants ; l'obéissance fait des morts. “

    -Discours au congrès international de Paris 1905-

    ___________________________________________________________________________________________________________

    ACCUEIL LP04               « Il n'est point de vérité sacrée, c'est à dire interdite à la libre investigation de l'homme ; [...] seule compte la liberté souveraine de l'esprit ».          http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/la-liberte-souveraine-de-lesprit-1895/

       Jean Jaurès, libre penseur                           

     __________________________________________________________________

    "L’État s'arrête où  commence la conscience"ACCUEIL LP04

    Francis de Pressensé

    ______________________________________________________________

    ACCUEIL LP04              Aristide Briand - rapporteur de la Loi de 1905 à la Chambre -                                         
     
    ...en réponse à des demandes et des craintes d’interdiction des soutanes
     
    Votre commission, messieurs, a pensé qu’en régime de séparation la question du costume ecclésiastique ne pouvait pas se poser. Ce costume n’existe plus pour nous avec son caractère officiel, c’est-à-dire en tant qu’uniforme protégé par l’article 259 du code pénal. La soutane devient, dès le lendemain de la séparation, un vêtement comme un autre, accessible à tous les citoyens, prêtres ou non. C’est la seule solution qui nous ait paru conforme au principe même de la séparation, et c’est celle que je prie la Chambre de vouloir bien adopter.” (Applaudissements )
    ____________________ ______________________                                                                                    
     

    ACCUEIL LP04

    MACRON, PAS TOUCHE A LA LOI DE 1905! 
    -Loi du 9 décembre 1905-
    concernant la séparation des Églises et de l’État.
    Article 1: La République assure la liberté de conscience.Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. 
     
    Article 2: La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. 
     

    ___________________________________________________                                                             

     

    MEETING LAÏQUE Ste-TULLE

     Citoyennes, citoyens, TOUS A PARIS LE 5 DECEMBRE 2015! INSCRIVEZ-VOUS!

    REECOUTER LES INTERVENANTS: Meeting laïque 2013 à Sainte-Tulle

     

    ______________________________________________________________________________________________________________

  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE  Arguments n°14 : Contre le séparatisme et le communautarisme  -Soutien à l'Observatoire de la laïcité

    FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE

    Arguments n°14 : Contre le séparatisme et le communautarisme 

    FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE  Arguments n°14 : Contre le séparatisme et le communautarisme  -Soutien à l'Observatoire de la laïcité

     

     

    FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE  Arguments n°14 : Contre le séparatisme et le communautarisme  -Soutien à l'Observatoire de la laïcité

     

     

    Comprendre pour agir L’actualité est marquée par l’annonce gouvernementale d’un projet de loi sur la question du « séparatisme islamiste ».depuis, l’eau bénite ayant sans doute coulée dans les cabinets ministériels, le titre du projet de loi a changé (mais il changera encore sans doute) traite plutôt de la laïcité, en contradiction ouverte avec le Lire plus …

    .

     

    Lire la suite

     

    Observatoire de la laïcité 

    Nos associations laïques apportent leur soutien à l’Observatoire de la laïcité, à son président et à son rapporteur général, Nicolas Cadène. Pour nos associations, l’Observatoire de la laïcité est d’abord le lieu d’un débat démocratique où nos associations ont été entendues dans le respect de nos diversités. Qui consulte les rapports annuels de l’Observatoire de Lire plus …

    .

     

    Lire la suite

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Si ce message ne s'affiche pas correctement consultez-le en ligne

     

     

    Irelp

      Gestionnaire de la Bibliothèque d'Entraide et Solidarité 

     

    204, rue du Château des Rentiers 75013 Paris 

     e-mail : irelp@laposte.net 

     

     

    Paris, le 20 octobre 2020 


    L'IRELP (Institut de Recherches et d'Etudes de la Libre Pensée) s'associe à ce communiqué et apporte son total soutien à Nicolas Cadène.

     

     

    Télécharger le communiqué de soutien à Nicolas Cadène

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    _________________________________________________________________________

    Jules Ferry aux instituteurs et institutrices (25/04/1881):

    "...vous êtes tous les fils de 1789 ! Vous avez été affranchis comme citoyens par la Révolution française, vous allez être émancipés comme instituteurs par la République de 1880 : comment n’aimeriez-vous pas et ne feriez-vous pas aimer dans votre enseignement et la Révolution et la République ? "

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Pour la plus absolue liberté de conscience, pour le droit à l’instruction, en hommage à Samuel Paty

    A DIJON

    La Libre Pensée est saisie d’effroi devant le crime barbare contre l’enseignant Samuel Paty. Elle assure sa famille, ses proches, ses collègues, ses amis de sa profonde empathie dans ce drame. La Libre Pensée leur témoigne sa profonde solidarité dans cette cruelle épreuve.

    La Libre Pensée condamne fermement et énergiquement cet acte odieux d’un fanatique religieux qui s‘ajoute à d’autres assassinats commis par des religieux épris de haine envers l’Humanité.

    Le dimanche 18 octobre 2020, la Libre Pensée était présente
    dans les rassemblements qui ont eu lieu

     

    A LYON

    Nous y étions, car tuer un être humain, c’est assassiner l’Humanité toute entière.

    Nous y étions, car chaque être humain porte l’entière condition humaine.

    Nous y étions, sans ostentation ni publicité, simplement par respect et solidarité dans une discrétion assumée.

    Nous y étions pour marquer notre refus absolu que la chaine d’union de l’Humanité soit séparée d’un de ses maillons

    A MONTPELLIER

    Nous y étions, parce que la Fraternité doit toujours être plus forte que le rejet de l’autre

    Nous y étions, mais pas avec les porteurs de haine qui utilisent ce drame épouvantable pour marquer de leur xénophobie une partie de la population qu’ils vouent aux gémonies.

    Nous y étions, pour rendre hommage à cet enseignant dévoué à son métier qui est d‘instruire, c’est-à-dire de construire des êtres humains conscients, libres d’assurer leurs destinées.

    Nous y étions, mais pas avec ceux qui parlent des autres pour mieux parler d‘eux-mêmes et se faire de la publicité à bon compte.

    A PARIS

    Nous y étions, parce que nous voulons un monde meilleur où chacun peut avoir sa place dans l’égalité de tous.

    Nous y étions, mais pas avec ces médias, tels des vautours, qui s‘abreuvent du sang des victimes pour accroitre leurs audiences et qui donnent un perchoir toujours plus grand aux corbeaux de mauvaise augure porteurs de haine et xénophobie croissante.

    Nous y étions, car la liberté, en premier lieu, la liberté de conscience et d’expression est notre bien le plus précieux.

    A TOULOUSE

    Nous y étions, mais pas avec les croque-morts qui se drapent dans les linceuls des autres pour mieux s’auto-glorifier et pour mieux justifier leur politique réactionnaire.

    A VANNES

    Nous y étions, car le véritable tombeau de Samuel Paty sera toujours dans le cœur de celles et de ceux qui l’ont aimé et dans la mémoire de celles et de ceux qui se souviendront de lui. Les Egyptiens dans la Haute-Antiquité pensaient qu’il y avait deux morts, d’abord quand l’âme quittait le corps et quand mourait la dernière personne qui avait prononcé votre nom.

    Nous y étions, pour que le nom de Samuel Paty ne s’efface jamais dans nos mémoires et dans nos cœurs.

     

    A STRASBOURG

    Nous y étions…. Pour plus jamais cela.

    Paris, entre peine et solidarité, le 18 octobre 2020

    Navigation de l’article

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ce matin de réveil cauchemardesque ce dont nous n’avons pas besoin :
     
    - de la fausse compassion et du respect soudain et fabriqué par ceux qui au fil des ans ont méprisé la profession .Des larmes de crocodile, des déclarations solennelles inutiles de la part des journalistes mainstream et du pouvoir qui nous agressent au quotidien
     
    - des récupérations de ce drame par des rapaces à l’affût qui se repaissent du malheur pour nourrir leur haine des musulmans ce qui les rapproche dangereusement du chemin pris par les assassins qu’ils condamnent. En cela ils font exactement ce que ces entrepreneurs de violence attendent : nous monter les uns contre les autres.
     
    Plus que jamais nous avons besoin de mettre en évidence notre attachement partagé à la liberté d’expression, à la laïcité respectueuse de la liberté de croire ou ne pas croire, et à notre commune humanité qui nous permet de travailler en confiance avec l’immense majorité de nos élèves, aussi atterrés que nous depuis hier.

     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE

    La LPR (Loi de Programmation de la Recherche) : Une loi contre les Lumières ! 

    Il est rarement arrivé qu’un projet de loi concernant la recherche scientifique dresse contre lui l’immense majorité des chercheurs, des personnels de la recherche, et des universitaires. Il est rarement arrivé qu’un gouvernement soit totalement sourd aux cris d’alerte de sections entières du Comité National de la Recherche, de centaines de directeurs de laboratoires, d’intellectuels Lire plus …

    .

     

    Lire la suite

     

    Libération immédiate de Yacine Mebarki en Algérie ! 

    Communiqué de l’Association Internationale de Libre Pensée La presse a rapporté ces faits : « En Algérie, Yacine Mebarki, membre du mouvement de protestation Hirak a été condamné, jeudi 8 octobre, à 10 ans prison pour « incitation à l’athéisme » et « offense à l’Islam ». Lancé en février 2019, le mouvement de protestation populaire pacifique Lire plus …

    .

     

    Lire la suite



     

    Pour modifier votre abonnement, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Derrière un discours où il y avait tout et son contraire : des menées liberticides !

    On dit que la politique est un art. Le discours d’Emmanuel Macron aux Mureaux le 2 octobre 2020 relève alors du vaudeville. C’est l’art de l’oxymore poussé au maximum.

    On a le droit en démocratie de remettre en cause les lois, d’en vouloir d’autres, de vouloir les abroger (…)

    La mise en scène commençait par un tweet du Président de la République : « Nous ne tolérerons jamais ceux qui remettent en cause les lois de la République ». Ah bon ? Alors nous sommes entrés en dictature ? On a le droit en démocratie de remettre en cause les lois, d’en vouloir d’autres, de vouloir les abroger et même, au nom de l’objection de conscience de refuser d’appliquer celles que l’on estime contraires à sa conscience. Le Président de la République avait naguère indiqué que « ceux qui parlent de dictature n’ont qu’à l’essayer ». Visiblement, on est en train de le faire.

    Le Président de la République a présenté son discours par cette formule : « Ce qui est en cause, c’est notre capacité de vivre ensemble ». Allait-il parler de la pauvreté, des SDF, du chômage, de la crise économique, du racisme, de la destruction des services publics, de l’argent-roi ? Tout cela empêche pourtant grandement notre capacité de vivre ensemble, voire de vivre tout court pour beaucoup.

    Que nenni, Maraud ! Ce qui nous empêche de vivre ensemble, c’est « le séparatisme musulman ». Fallait le trouver ! Tout son discours a été uniquement consacré à l’Islam, c’est un discours de guerre civile pour que les gens s’affrontent entre eux. Sont ainsi désignés à la vindicte populaire les 4 millions de nos concitoyens d’origine arabo-musulmane, coupables de laisser faire le « radicalisme islamiste ».

    Puis, il a dit : « Le problème n’est pas la Laïcité » pour dire ensuite que le Conseil des Ministres déciderait le 9 décembre 2020 (la date anniversaire de la loi de 1905 de Séparation des Églises et de l’État) d’un projet de loi pour « renforcer et consolider la laïcité ». Si la laïcité n’est pas le problème, pourquoi une loi pour la renforcer ?

    Il a revendiqué le droit au blasphème, ce qui est une absurdité. Le blasphème est une donnée religieuse qui ne s’applique qu’aux croyants qui reconnaissent le blasphème comme attentatoire au divin. Le « droit au blasphème » cela n’existe pas, par contre malheureusement le délit de blasphème lui est bien réel dans un certain nombre de pays. Ce que doit défendre un démocrate, c’est le droit d’expression absolue et de critique sans limite ; pas celui d’attenter au caractère divin, ce qui n’a aucun sens pour un incroyant.

    Il a ensuite péroré sur le nombre d’actes accomplis contre le « radicalisme islamiste » : «  212 débits de boissons fermés, 15 lieux de culte fermés, 13 établissements associatifs fermés, 4 écoles fermées ». Derrière une pancarte intitulée « La République en actes », il a ainsi dit que l’État agissait contre le péril islamiste. Mais si tel est le cas, alors pourquoi une nouvelle loi ? Il y a déjà assez de lois de coercition sans en rajouter, il y a déjà tout l’arsenal pour lutter contre « le radicalisme » quel qu’il soit.

    Exit la liberté communale ?

    Les libertés communales sont un acquis de la Révolution française

    Il a indiqué que dans des communes où les Élus accepteraient la présence de ce « radicalisme », les préfets se substitueront, grâce à la nouvelle loi, à la Municipalité pour diriger la commune. Les libertés communales ont été fondées par la Révolution française, c’est la démocratie communale qui va être mise sous le boisseau liberticide du gouvernement.

    Il a indiqué que les entreprises qui étaient déléguées d’une mission de service public devaient contraindre leurs salariés à respecter la laïcité. C’est inventer l’eau chaude. Quand une entreprise, quelle qu’elle soit, a une délégation de service public, ses salariés sont déjà contraints à la neutralité. Il suffit donc d’accorder le label « délégation de service public » pour régler le problème. Il est vrai que ce gouvernement, comme tous les gouvernements, a tellement supprimé de services publics qu’il ne doit pas savoir comment faire pour en créer de nouveaux.

    En finir avec la liberté d’association

    ce n’est pas au gouvernement de dire ce que doivent faire les associations, sinon c’est une remise en cause de la loi de 1901

    Après les libertés communales ce fut au tour de la liberté d’association d’être menacée : « Les associations doivent unir et non fracturer la Nation ». En République, ce n’est pas au gouvernement de dire ce que doivent faire les associations, sinon c’est une remise en cause de la loi de 1901. Emmanuel Macron confond visiblement la Nation et le « corps mystique du Christ » où chaque partie est un corps intermédiaire, un morceau du tout. Les associations ne sont pas des subsidiaires du gouvernement.

    Il a ajouté que les associations, pour recevoir des subventions publiques, devront signer un contrat (charte de la laïcité) où elles s’engageront à mettre en œuvre les « valeurs de la République ». Et si les associations ne partagent pas ce que pense Emmanuel Macron dans les « valeurs de la République », elles seront considérées comme des associations de seconde zone ? Elles devront rembourser les subventions perçues ou/et être dissoutes. Il a reconnu qu’il avait pensé à établir un concordat pour l’Islam (drôle de valeur de la République qu’un concordat !), cela veut dire que dans sa pensée politique « Qui paie commande ». C’est vouloir mettre les associations à sa botte par l’utilisation de l’argent public. Curieux démocrate…

    Pour que les choses soient bien claires : la Libre Pensée défèrera devant les tribunaux administratifs toutes les décisions créant ces chartes liberticides.

    Adieu la liberté de l’enseignement ?

    loi du 28 mars 1882

    Après les libertés communales et la liberté d’association, il fallait au bulldozer macroniste aller jusqu’au bout. Le Président de la République a annoncé vouloir modifier la grande loi laïque de 1882 qui fonde l’enseignement public en France en respectant la liberté de l’enseignement. Celle-ci repose sur trois piliers : l’enseignement public et la possibilité de l’enseignement privé et parental.

    Quitte à supprimer la liberté de l’enseignement, nous suggérons au Chef de l’État d’abroger la loi Debré qui finance grassement (sans le commander nullement) l’enseignement privé catholique. Pourquoi supprimer la possibilité de l’enseignement à domicile et pas celle de l’enseignement particulariste et séparatiste de l’Église catholique ?

    Pas de liberté religieuse pour les musulmans

    Le 28 juin 1881, le gouvernement français adoptait l’odieux « code de l’indigénat » pour sa colonie algérienne qui a été étendu en 1887 à l’ensemble des colonies françaises. (…) Heureusement le peuple algérien a remis en cause cette loi inique

    Mais cela ne suffit visiblement pas. Après avoir dit qu’il ne voulait plus d’un Islam DE France, que ce n’était pas à l’État d’organiser l’Islam, mais qu’il fallait former les imams, Emmanuel Macron a indiqué qu’il contraindrait les associations musulmanes (loi 1901) à devenir des associations cultuelles (loi de 1905) par la mise en œuvre d’une pression drastique sur les mosquées.

    Il a avoué avoir indiqué aux responsables du Conseil français du culte musulman qu’ils devraient se plier à « sa pression » pour former les imans et les certifier. L’État n’a pas à organiser l’Islam, mais le Président de la République va dire ce que les mosquées doivent faire ! Et jésuitiquement de déclarer : « On n’administre pas les consciences », mais que fait-il d’autre ?

    Pour avoir un personnel religieux à sa botte, il a indiqué que des mesures réglementaires seraient prises pour empêcher tout changement de direction des mosquées contre de futurs « putschs » électoraux. Est-ce donc dans des démocraties qu’on fabrique les résultats des élections ?

    C’est le retour du Statut de l’indigénat de sinistre mémoire en Algérie. Les musulmans n’auront pas droit, comme pour les autres cultes, à bénéficier de la liberté religieuse.

    Par ailleurs, le discours du Président de la République s’apparente à un couteau sans lame qui n’aurait pas de poignée. Les financements étrangers seront toujours permis, mais « contrôlés » et l’Islam consulaire sera supprimé. Il faut être d‘une grande naïveté pour penser un seul instant que les gouvernements Marocain, Algérien et Turc vont renoncer à contrôler, par le biais de la religion, leurs concitoyens en France. Sans compter aussi les menées diplomatico-financières de l’Arabie Saoudite, qui  poursuit ses propres objectifs de mainmise sur l’Islam.

    C’est bien à un discours liberticide et de guerre civile qu’on a assisté aux Mureaux le 2 octobre 2020

    Revenir à la démocratie et à la République, c’est mettre en œuvre ce que disaient les grands penseurs des LumièresThomas Paine pouvaient ainsi écrire : « La société est le produit de nos besoins, et le gouvernement celui de nos perversités. La première favorise notre bonheur positivement en unissant nos affections, le second négativement en restreignant nos vices. La société encourage les relations et les échanges réciproques, le gouvernement crée des distinctions et des séparations de classe. La société protège, l’État punit. » C’est ce qui faisait dire à Thomas Jefferson : « Le meilleur gouvernement est celui qui gouverne le moins ».

    Ensemble, défendons les libertés, toutes les libertés !

    Paris, le 3 octobre 2020

     

    TELECHARGEZ AU FORMAT RTF

    TELECHARGEZ AU FORMAT PDF

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Raison n°655 – octobre 2020

    Notre mensuel est en route vers nos abonnés.

    Pour consulter l’éditorial du Président, le sommaire, la couverture.

    Pour acheter ce numéro en ligne, vous abonner, lisez la suite.

    L’éditorial du président

    par Jean-Sébastien Pierre

    La laïcité pour toute la société !

    Chacun trouvera sa pâture intellectuelle dans ce numéro de La Raison, mais sans en paraphraser le contenu, j’aimerais insister sur l’importance de la motion laïque adoptée par le congrès virtuel de la Libre Pensée. Les circonstances ont conduit notre association à mettre ce texte en discussion par courrier électronique, ce qui n’est nullement notre forme préférée de débat. Son élaboration a cependant été soigneuse, et le débat sur ses termes a pu avoir lieu. Abondante, elle occupe les six dernières pages de notre journal. C’est beaucoup, mais c’est utile, car à l’heure où des menaces diverses planent sur la loi de séparation des Églises et de l’État, il est bon d’en distinguer tous les enjeux. Il y a l’École, et c’est essentiel, mais il y a toute la société. Il y a la question sociale, elle est de plus en plus prégnante, mais elle se manifeste dans une société où les droits d’opinion, d’expression et de liberté de penser viennent de la radicale révolution de 1789 dont on peut dire que l’achèvement politique se réalise en 1905. Vous verrez, dans cette motion, en quels termes saisissants le grand Jaurès présentait le problème dès 1893.

    Tout en rappelant les entorses à la laïcité et les exceptions intolérables qui subsistent en Alsace-Moselle et, de manière différenciée dans plusieurs territoires d’outre-mer, nous faisons le bilan de ce qu’a réalisé notre association depuis des décennies. C’est impressionnant. L’adversaire a des forces, mais il ne peut pas tout, il n’a pas tout pu, il ne pourra pas tout. Sur les violations de l’article 28 de la loi par des élus proches ou adhérents de la droite chrétienne, nous avons accumulé une jurisprudence considérable. Dans une ambiance où l’on cherche par tous les moyens à désigner à la vindicte publique la religion des immigrés maghrébins et moyen-orientaux, il n’est pas inutile de noter que c’est au nom de la religion catholique et d’elle seule que la loi est transgressée. Nous avons mis en lumière également les obligations illégales d’assister à des offices religieux qui s’appliquent aux gendarmes et aux militaires. Nous avons agi contre cela et recueilli un écho favorable au sein même de l’armée et de la gendarmerie.

    Et surtout, nous réaffirmons que la loi de 1905 est fondamentalement une loi de liberté. La Libre Pensée s’est vigoureusement opposée à la soi-disant extension de la laïcité dans la sphère privée. Elle a largement contribué à dévoiler le contenu xénophobe et liberticide de toutes ces proposition, ainsi qu’à celles qui prétendent légiférer le vêtement des usagers du service public et des accompagnatrices, bénévoles soulignons le, des sorties scolaires. Toutes ces questions se sont clarifiées, et nous avons œuvré au rassemblement des grandes organisations laïques autour de ces principes fondamentaux. La motion laïque revient sur l’ensemble des déclarations et communiqués que nous avons pu faire en 2019 et 2020. Au premier plan des menaces contre la loi de 1905 se trouve la tentative d’organiser de manière néo-concordataire le culte musulman. C’est évidemment un prélude à une reconnaissance officielle des cultes. En même temps se profilent des lois liberticides instaurant une responsabilité collective des propos délictueux dans les associations, une criminalisation paradoxale de l’antiracisme sous le terme de « séparatism e», nous y reviendrons.

    Je n’ai abordé dans cet éditorial que quelque uns des thèmes évoqués dans la motion. Les attaques contre l’Ecole, de la maternelle à l’Université ne sont pas moins graves. La crise sanitaire de la Covid 19, en particulier, a permis à Blanquer de remplacer le baccalauréat national par un contrôle continu, ce qui ruine de fait l’égalité des candidats devant l’examen.

    Je ne voudrais pas terminer sans évoquer le vote de la révision de la loi dite de bioéthique. Si elle comporte quelques avancées, notamment sur l’ouverture de l’accès à la PMA pour toutes les femmes, elle porte encore l’empreinte des interdits de la religion chrétienne. Vous lirez avec intérêt notre communiqué complet sur cette question, avec les restriction maintenues à la PMA, l’interdiction totale de la GPA, mais soulignons que la recherche sur l’embryon humain reste dangereusement bridée, et que la loi ouvre aux extrémistes catholiques des possibilités de recours contre des programmes de recherche. Là encore, il y a un combat à mener pour la laïcité et la raison. La Libre Pensée n’y manquera pas.

    Jean-Sébastien PIERRE
    président de la FNLP

    La couverture

     

    Le Sommaire :

    Vous pouvez vous procurer ce numéro au siège de la FNLP 10, 12 rue des Fossés-St-Jacques (librairie@fnlp.fr)

    Ou auprès des groupes et fédérations de la Libre Pensée

    Pour vous abonner en ligne

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • TELECHARGEZ

    NOTE GroupeuniversitéLP34

    Clic!

    \|/

    Télécharger « Chartes de la laïcité.pdf »

     

     

    ________________________________________________________________________

    Une école confessionnelle perçoit de l'Etat 12 milliards de fonds publics chaque année en application de la loi Debré de 1959, et il n'y aurait pas là "séparatisme"?!...

    Note LP34 /  "Séparatisme", "chartes de la laïcité", armes contre les lois de 1901 et 1905! Note LP34

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique