• ACCUEIL LP04

     ACCUEIL LP04              La Libre Pensée est laïque, démocratique et sociale, c'est à dire qu'elle rejette, au nom de la dignité de la personne humaine, ce triple joug: le pouvoir abusif de l'autorité en matière religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique.
               
    - Congrès international de Rome de la libre pensée 1904 -
    (sous la présidence de Ferdinand Buisson) 
     
     
     
     
    ________________________________________________________
        
    ARISTIDE BRIAND, LIBRE-PENSEUR, RAPPORTEUR DE LA LOI DE 1905 A LA CHAMBRE

    ACCUEIL LP04              « Ce que veulent les Libres Penseurs, c’est que vous arrachiez à l’Église, le bouclier officiel derrière lequel elle peut s’abriter contre les efforts de la Pensée Libre ; ce qu’ils ont seulement le droit d’exiger, c’est que l’État les mette face à face avec l’Église pour lutter à armes égales pour pouvoir opposer enfin en combat loyal, la force de la Raison aux brutalités du dogme. » 

    ACCUEIL LP04              ___________________________________________________________________________________________________________

    « Il n'est point de vérité sacrée, c'est à dire interdite à la libre investigation de l'homme ; [...] seule compte la liberté souveraine de l'esprit ».          

      Jean Jaurès, libre penseur                            _____________________________________________________________________________________ACCUEIL LP04

    "L’État s'arrête où  commence la conscience"

    Francis de Pressensé

    __________________________________________                                                                                                  ACCUEIL LP04
    -Loi du 9 décembre 1905-
    concernant la séparation des Églises et de l’État.
    Article 1: La République assure la liberté de conscience.Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. 
    Article 2: La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.  

    ___________________________________________________                                                             

    MEETING LAÏQUE Ste-TULLE

     Citoyennes, citoyens, TOUS A PARIS LE 5 DECEMBRE 2015! INSCRIVEZ-VOUS!

    REECOUTER LES INTERVENANTS: Meeting laïque 2013 à Sainte-Tulle

    ________________________________________________________________

     APPEL DES LAÏQUES Pour le respect de la laïcité

    L’Appel des laïques, lancé pour le 9 décembre 2016 à l’occasion du 111e anniversaire de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905, n’a pas vocation à s’arrêter  ce jour-là. Il entend poursuivre le regroupement des partisans de la laïcité autour de principes  essentiels. C’est pourquoi, nous vous appelons à le contresigner et à le faire circuler largement pour recueillir de nouvelles signatures. Il faut amplifier la mobilisation laïque. Les initiateurs de cet Appel proposeront, bien sûr, des suites à cette initiative qui ne peut rester sans lendemain.

     Pour soutenir cet Appel des Laïques, 

    nous vous appelons à la contresigner massivement :  Pour le respect de la laïcité!  9 décembre 2016, jour anniversaire de la promulgation de la loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat   

           ACCUEIL LP04                   ici: SIGNEZ LA PETITION EN LIGNE

    Télécharger « APPEL des LAIQUES DECEMBRE2016.pdf »

    ________________________________________________________

    ACCUEIL LP04              _________________________________________________________

    Monument pacifiste  Victorin Maurel - Château-Arnoux (04)

    ACCUEIL LP04

    ACCUEIL LP04

                     clic pour agrandir!-------------------------->

  • – COMMUNIQUÉ DE PRESSE  

    La Libre Pensée informe les associations laïques     La Libre Pensée informe les associations laïques – COMMUNIQUÉ DE PRESSE –

    Il est visible aujourd’hui qu’une page est en train de se tourner dans l’histoire du mouvement laïque en France. Une profonde réflexion est en cours dans  les associations laïques. Elle est le produit d’un bilan qui est en train de se tirer sur les cinquante dernières années qui ont vu bien des propos en débat et aussi des contradictions non-résolues.

     

    Une réelle convergence est en train de se faire jour autour des questions essentielles qu’a posées et résolues la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat. C’est autour de la conception fondamentale qu’il s’agit d’une loi de liberté et non d’interdictions qui met au premier plan la première des libertés, la liberté de conscience,  que l’union laïque peut se refaire.

     

    L’Appel des laïques de décembre 2016 a rencontré un succès indéniable en rassemblant autour de son contenu l’essentiel des associations se réclamant de la défense de la laïcité dans l’ensemble de l’arc-en-ciel des organisations laïques, syndicales, mutualistes, pacifistes qui sont le vivier naturel du mouvement laïque organisé. 

     

    La Libre Pensée entend donc continuer à participer à ce mouvement de reconstruction du mouvement laïque sur des bases claires et sans équivoque. Elle se déclare prête, dans le cadre du respect absolu de son indépendance, à poursuivre ce débat et les rencontres nécessaires pour cela.

     

    C’est pourquoi, la Libre Pensée s’interroge

     

     LIRE LA SUITE: 

         La Libre Pensée informe les associations laïques – COMMUNIQUÉ DE PRESSE –

    Télécharger « Lettre aux Associations laïques.pdf »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Libre Pensée Vaucluse 

     

    site départemental   http://librepensee84.fr/    tél. 06 31 08 95 10
     
     site national  http://www.fnlp.fr/    16 janvier 2018
     


    Non au retour de l’Ordre moral !  
    Pas de Charia catholique à Avignon !

     

    Une nouvelle fois, les déclarations de l’archevêque d’Avignon, M. Jean-Pierre Cattenoz, viennent nous rappeler combien la Révolution Française puis la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 ont libéré notre pays des interdits de toutes sortes, des stigmatisations et des châtiments que l’Eglise catholique imposait lorsqu’elle était la religion d’Etat.
     
    Ainsi M. l’archevêque vient de se fendre d’une lettre à la population pour manifester avec virulence son courroux contre une affiche « Métro, boulot, libido » de promotion d’un site de rencontres libertines, Wyylde, qui ne pouvait espérer meilleure publicité pour ses propositions coquines que la fatwa de notre Savonarole local.

    A l’évidence, M. l’archevêque est allé se confronter au Démon en consultant ce « Réseau social pour s’aimer à plusieurs », « pour couples & célibataires »… En effet, il écrit « si vous avez le courage d’aller visiter le site en question, il vous est proposé ceci : « Sexcapades : s’échanger pour mieux s’aimer, le libertinage redonne des couleurs  à leur libido… ».

    Et l’archevêque de dénoncer « une provocation qui continue à vouloir détruire la famille et la société coûte que coûte » et « ce libertinage qui ne fera qu’avilir ceux qui s’y adonnent. »

    M. l’archevêque s’y est-il essayé pour être aussi catégorique ? La démarche scientifique n’exige-t-elle pas l’expérimentation ? !

    Bien qu’il n’en dise mot, M. l’archevêque a peut-être à l’esprit les partouzes agrémentées de drogues qui défraient régulièrement la chronique du Vatican. Il ne s’est d’ailleurs jamais exprimé sur ce point mais il est vrai que comparaison n’est pas raison !

    Comme dit l’adage, il n’y a pas de mal à se faire du bien entre adultes consentants, c’est même un droit dont les bienfaits sont immédiats en attendant un hypothétique paradis, n’en déplaise aux tartuffes, aux directeurs de conscience et aux « coincés » de toutes les religions.
     
    M. l’archevêque, chantre de l’Ordre moral, ne se résout pas à admettre que les avignonnais ne sont plus des sujets pontificaux et que leur premier Conseil municipal, élu le 25 mars 1790, prit comme décision de mettre fin à la charia catholique en supprimant le tribunal de l’Inquisition, acte fondateur de la liberté de conscience, d’expression, de comportement.  

    Mais le nauséabond auquel nous a habitué M. l’archevêque ne pouvait être absent de sa diatribe.

    Cette fois, l’ayatollah local de l’Eglise romaine ne s’en prend pas aux francs-maçons ni à l’Islam mais procède à de singuliers amalgames qui mettent en cause l’homosexualité et les contenus du Festival d’Avignon. Ainsi, M. l’archevêque « trouve étonnant (…) au moment où il reçoit le rapport 2017 sur l’homophobie », « rapport qui, selon lui, semble relever d’un lobby très actif » que « nos rues nous proposent en guise de vœux d’aller visiter le site Wyylde».

    Considérant « notre civilisation sur le déclin », M. l’archevêque attend « l’émergence d’une nouvelle civilisation », souhaite que « celle-ci ne tarde pas et qu’après un hiver de la culture qui n’est pas encore fini nous ayons la joie de redécouvrir un festival d’Avignon qui ne sera plus centré sur l’homosexualité et le transgenre sous toutes ses formes mais sur un théâtre… où le beau et le bon retrouveront toute leur place dans la lumière de Dieu. »
     
        M. l’archevêque ne s’est manifestement pas remis du mariage pour tous contre lequel il avait appelé « les croyants et les citoyens » à manifester. Si la doctrine catholique considère l'homosexualité comme un comportement « désordonné », « immoral » et « contraire à la Sagesse créatrice de Dieu », nul n’est en droit de stigmatiser des choix et/ou des inclinaisons sexuels individuels ni de nourrir, de quelque manière que ce soit, un climat délétère à leur encontre, et encore moins de conformer la société à des injonctions religieuses quelles qu’elles soient.
      
    La Libre Pensée alerte : les diatribes incendiaires, les propos provocateurs,
    les exigences liberticides ne peuvent que développer un climat d'intolérance et de haine.

    Aucune religion, aucun clerc ne saurait imposer ses dogmes, ses interdits à la société !

    Non à l'intolérance, non au sectarisme,
    non aux discriminations quelles qu’elles soient ! 


    Oui à la liberté de conscience, oui à la liberté d'expression, oui à la liberté sexuelle !
    Respect absolu de la création artistique, sans dogme ni tabou !


    Avignon, le 16.01.2018

    Le Bureau départemental de la Libre Pensée

     

    Télécharger « LP 84 - Non au retour de l'ordre moral - 16.01.2018.pdf »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • FÉDÉRATION NATIONALE

    DE LA LIBRE PENSÉE

    Membre de l’Association Internationale de la Libre Pensée (AILP)

    10/12 rue des Fossés-Saint-Jacques 75005 PARIS  Tél. : 01 46 34 21 50 – Fax : 01 46 34 21 84

           libre.pensee@wanadoo.frhttps://www.fnlp.fr 

     

    – COMMUNIQUÉ DE PRESSE  

     

    « Liberté, que de crimes

    ne commet-on pas en ton nom … ? »

     

    – COMMUNIQUÉ DE PRESSE –  « Liberté, que de crimes  ne commet-on pas en ton nom … ? »C’est avec stupeur que la Fédération nationale de la Libre Pensée a pris connaissance de la campagne hystérique du Conseil Représentatif des associations noires (CRAN)  contre une affiche du Festival internationale du film fantastique à Saint-Philippe à la Réunion, affiche présentée comme « raciste ». Ce festival connait un succès international depuis 2011.

     

    Ceci est clairement illustratif d’une conception totalement communautariste que développe, mais il n’est pas le seul, le CRAN : tous les blancs sont responsables de l’esclavage ;  comme hier tous les juifs étaient responsables des misères du monde ; comme aujourd’hui pour les xénophobes « de droite et de gauche » : tous les musulmans sont responsables des attentats terroristes des djihadistes. C’est une conception de guerre civile, d’affrontements des communautés.

     

    La Libre Pensée condamne fermement ces menées liberticides contre cette affiche d’un festival. Elle assure de sa totale solidarité Aurélia Mangin, organisatrice du festival et Olivier Rivière, maire de saint-Philippe (ville où se tient le festival) dans leurs combats pour défendre la liberté d’expression.

     

    La Libre Pensée a toujours fait sienne la devise « Toute licence en art » contre tous les Inquisiteurs qui veulent faire plier l’art à leurs exigences dogmatiques et sectaires. Avec des arguments aussi stupides que ceux employés par le CRAN, va-t-on désormais interdire Othello de Shakespeare ? Avec la révision de l’Histoire vient toujours la révision et la censure artistiques. Nous combattrons toujours les Iconoclastes.

     

    La Libre Pensée appelle à défendre la liberté d’expression, partout et en tous lieux.

     

     

    Paris,  le 5 janvier 2018

     

    Télécharger « FESTIVAL DU FILM FANTASTIQUE.rtf »

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • "I AM NOT YOUR NEGRO" au LIDO  Manosque le 19 janvier à 18h15

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • https://www.fnlp.fr/news/493/17/Deux-Idee-Libre-a-recommander-et-A-quoi-sert-M-Valls/d,lp_detail.html

     Deux "Idée Libre" à recommander et ...

    A quoi sert M. Valls ?

    Un numéro particulièrement intéressant de l’Idée libre, revue culturelle de la Libre Pensée sur « Laïcité et Entreprise »

    Ce numéro de l’Idée Libre, revue de la Libre Pensée, est consacré à la question « Laïcité et Entreprise » qui ne peut être abordée, selon nous, sans la placer en regard d’une analyse de ce qu’est la Doctrine Sociale de l’Église (DSE) qui éclaire l’origine et les méthodes de ses tenants.

    Nous avons également voulu rappeler que le patron de « Paprec », représentant typique des défenseurs de la Loi El Khomri et chantre de ce qui est frauduleusement présenté comme étant la « laïcité à l’entreprise » restreignant les droits et libertés des employés, ne s’est pas gêné pour indiquer aux salariés de cette société comment il fallait voter ou ne pas voter aux élections présidentielles, rejoint en cela par celui de l’entreprise « Paul ». Soulignons tout de même, qu’au-delà de dicter des consignes, leur prétention est bien de parler au nom de l’Entreprise toute entière, comme une entité totalitaire embrassant tous les domaines de l’action et de la pensée des salariés, des individus, des citoyens.

    Ne voit-on pas, chaque jour, qu’Emmanuel Macron propose l'entreprise comme modèle politique, emboitant le pas à Donald Trump et Recep Erdogan qui déclaraient vouloir diriger leurs pays respectifs « comme une entreprise » ? Ne voit-on pas, chaque jour, l’accent mis sur la sacro-sainte « Sociéte civile » et son implication dans les relations entre Capital et Travail ?

    Il était donc essentiel de souligner, en contrepoint en quelque sorte, le rôle et la place du Syndicalisme tel qu’il est défini par la Charte d’Amiens. Nous avons donc fait une place importante à cet aspect, décisif à la fois pour les conquêtes sociales et pour les Libertés démocratiques.

    Pour finir, il nous a semblé utile, prenant l’exemple des Hôpitaux publics, de montrer comment les adeptes de la prétendue « laïcité à l’Entreprise » n’avaient de cesse, dans une contradiction qui n’est qu’apparente, de remettre en cause la Séparation des cultes et de l’État, la Laïcité donc, dans les Services Publics.

    Nous vous recommandons aussi le numéro précédent de l’Idée libre sur « Marianne, la croix et  le croissant » qui est un utile complément dans le débat sur ce qu’est vraiment la laïcité et sur ce qu’elle n’est pas.

    Enfin, comme c’est le temps des étrennes, la Fédération nationale de la Libre Pensée vous offre un article sur Manuel Valls qui sera publié dans l’Idée libre de mars 2018. Nous vous invitons à le diffuser largement, il est éclairant sur une opération de totale mystification antilaïque.

    Les conditions pour se procurer ces numéros sont dans le document ci-dessous.

     

    Deux "Idée Libre" à recommander et ... A quoi sert M. Valls ?

    Télécharger « A qui et à quoi sert Manuel Valls.pdf »

    Deux "Idée Libre" à recommander et ... A quoi sert M. Valls ?

    Deux "Idée Libre" à recommander et ... A quoi sert M. Valls ? 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les Fusillés pour l’exemple de 1914-1918 vont être réhabilités par les citoyens de ce pays.

    La Mairie de Chauny dans l’Aisne a décidé d’affecter un

    terrain municipal pour ériger le Monument en hommage

    aux Fusillés pour l’exemple.

    Vous trouverez dans cet article :

     

    La vidéo du reportage sur FR3 Picardie

    sur la chaîne Youtube de la Libre Pensée

    -L’article du Courrier Picard sur le même sujet

    -Le texte de la plaque qui sera posée sur le Monument (cidessous)

    - Le dessin du Monument (ci-dessous)

    Les Fusillés pour l’exemple de 1914-1918 vont être réhabilités par les citoyens de ce pays.

    A l’initiative de la Libre Pensée, environ la moitié de la somme nécessaire a déjà été récoltée pour faire ce monument.

    Nous vous appelons à verser massivement

    pour l’érection de ce monument qui sera un acte de

    justice pour les victimes de la guerre.

    LIRE LA SUITE:

    https://www.fnlp.fr/news/492/23/Les-Fusilles-pour-l-exemple-de-1914-1918-vont-etre-rehabilites-par-les-citoyens-de-ce-pays/d,lp_detail.html

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    2018 : Bonne Année laïque !

    2018 : Bonne Année laïque !

    2018 : Bonne Année laïque !


    « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.
    En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi,
    seront supprimées des budgets de l'Etat, des départements
    et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes.
     »


                   Loi du 9 décembre 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat.

                 



    La loi Debré, mère de toutes les lois antilaïques,

    doit être abrogée !

    Au budget 2018 du Ministère de l’Education Nationale


    7 552 820 491 € pour le financement

     

    de l’enseignement privé 1er et 2nd

    degrés



    Dépenses de personnel, de fonctionnement et

    d’intervention


     - 7 174 423 975 € en 2015

    - 7 205 523 579 € en 2016

    - 7 438 684 704   € en 2017

     

     

    Environ 17 % des élèves (2 185 800 en 2016-2017) sont scolarisés dans l’enseignement privé (13,70 % des élèves du premier degré et 21,20 % des élèves du second degré), au sein de 5 369 écoles et 3 464 lycées, collèges, EREA.

    L’enseignement privé sous contrat, c'est-à-dire financé par l’Etat (4 763 écoles et 2 901 lycées, collèges, EREA) qui scolarise 97 % de ces élèves est constitué d’établissements gérés par des associations régies par la loi de 1901 ; environ 95 % de ces établissements sont catholiques (7 435 établissements qui se répartissent en 4 518 écoles, 1 568 collèges, 1 147 lycées et 202 lycées agricoles). Les autres sont soit liés aux confessions juive, protestantes ou musulmane, soit laïques, soit des établissements d’enseignement en langue régionale ou des établissements d’enseignement adapté.

    L'Etat a assuré en 2016-2017 la rémunération de 142 479 personnes physiques (43 110 dans le 1er degré, 99 369 dans le second degré) dont 129 763 pour l’enseignement catholique ainsi que les dépenses de formation initiale et continue des enseignants, les dépenses pédagogiques, le forfait d'externat (c'est-à-dire la subvention permettant de couvrir la dépense de rémunération de personnels non enseignants des classes du second degré sous contrat d'association), les emplois de vie scolaire pour l'accompagnement d'élèves handicapés ainsi que des aides directes aux élèves (bourses de collège et de lycée, fonds sociaux).

     

    LE PROGRAMME 139 « ENSEIGNEMENT PRIVÉ

     

    Présentation par action des crédits 2018 (en millions d’euros) et évolution depuis 2015

    Exécution AE-CP 2015

    Exécution
    AE-CP 2016

    Exécution AE/CP

    2017

    AE/CP (1) 2018

    Évolution 2018/2017

    Évolution 2018/2015

    1

    Enseignement préélémentaire

    400,1

    446,9

    468,2

    479

    + 2,30 %

    + 19,72 %

    2

    Enseignement élémentaire

    1 175,8

    1 189,9

    1 250,4

    1 274,4

    + 1,91 %

    + 8,38 %

    3

    Enseignement en collège

    1 943,7

    1 893,0

    1 937,4

    1 966,3

    + 1,49 %

    + 1,16 %

    4

    Enseignement général et technologique en lycée

    1 447,6

    1 210,4

    1 244,7

    1 283,9

    + 3,15 %

    - 11,02 %

    5

    Enseignement professionnel sous statut scolaire

    660,4

    766,6

    781,2

    788,3

    + 0,90 %

    + 19,36 %

    6

    Enseignement post-baccalauréat
    en lycée

    151,9

    261,6

    281,6

    285

    + 1,21 %

    + 87,62 %

    7

    Dispositifs spécifiques de scolarisation

    153,0

    151,4

    155,5

    158,7

    + 2,05 %

    + 3,72 %

    8

    Actions sociales en faveur des élèves

    65,8

    65,8

    71,3

    73,8

    + 3,50 %

    + 12,15 %

    9

    Fonctionnement des établissements

    643,5

    661,2

    686,0

    677,2 (2)

    - 1,20 %

    + 5,23 %

    10

    Formation initiale et continue
    des enseignants

    123,8

    145,4

    147,4

    152,5

    + 3,45 %

    + 23,18 %

    11

    Remplacement

    157,7

    169,7

    176,5

    179,6

    + 1,75 %

    + 13,88 %

    12

    Soutien

    242,8

    241,6

    234,2

    234,2

    0 %

    - 3,30 %

    Total

    7 166,0

    7 203,4

    7 434,3

    7 552,9

    + 1,60 %

    + 5,40 %

    TOTAL (en milliards €)

    7,166

    7,203

    7,434

    7,552 milliards

     

     

    (1) AE : Autorisations d’engagement - CP : Crédits de paiement. Toutes les dépenses de l’État font l’objet d’une double autorisation parlementaire, qui plafonne les crédits et encadre la chaîne de la dépense :

    • les autorisations d’engagement (AE) correspondent à l’engagement juridique de la dépense ;

    • les crédits de paiement (CP) correspondent au paiement des dépenses engagées, une fois la prestation correspondante réalisée. La consommation des CP marque le dénouement de l’engagement juridique.

     (2) La baisse par rapport à 2017 n’est qu’apparente. En effet, le 6 décembre 2017, le gouvernement a récupéré 10 millions € de crédits initialement prévus dans le budget 2017 pour l’Enseignement secondaire public pour les attribuer aussitôt à l’Enseignement privé (Décret n° 2017-1661 du 6 décembre 2017 - JORF n°0285 du 7 décembre 2017).

     

    Emplois (Equivalents Temps Plein Travaillé) dans le privé en 2018

      Plafond autorisé 2015 Plafond autorisé 2016 Plafond
    autorisé 2017
    Plafond
    demandé 2018
    Schéma d'emplois
    2018/2017
    Enseignement privé - Emplois dans les 1er et 2ème degrés
    132 390

    133 227

    134 123

    134 790

    + 667 (1)

     

    (1) L’évolution du plafond d’emplois (+ 667 ETP) résulte à la fois de l’extension en année pleine du schéma d’emplois de la rentrée 2017 (création de 666 ETP) et de l’impact des mesures de transfert (1 ETP).


     

     

    RÉPARTITION DU PLAFOND D’EMPLOIS PAR ACTION

    Nombre d’emplois

    en 2017 / 2018

    1

    Enseignement pré-élémentaire

    9 922 / 10 010

    2

    Enseignement élémentaire

    27 927 / 28 172

    3

    Enseignement en collège

    40 635 / 40 802

    4

    Enseignement général et technologique en lycée

    24 239 / 24 343

    5

    Enseignement professionnel sous statut scolaire

    15 177 / 15 239

    6

    Enseignement post-baccalauréat en lycée

    5 354 / 5 354

    7

    Dispositifs spécifiques de scolarisation

    3 716 / 3 717

    8

    Formation initiale et continue des enseignants

    2 852 / 2 852

    9

    Remplacement

    4 301 / 4 301

     

    Total

    134 123 / 134 790

     


    CRÉDITS CONSACRÉS AU FONCTIONNEMENT
    DES LYCEES ET COLLEGES PRIVES

    Forfait d’externat, crédits pédagogiques, action culturelle…

     
    677 187 666 en 2018 (660 807 586 € en 2016 - 686 011 951 € en 2017)

     

     

    L’État participe, sous forme de subventions, aux dépenses de rémunération des personnels non enseignants afférentes à l’externat des collèges et des lycées d’enseignement privés sous contrat d’association. Le montant de cette participation correspond à la rémunération que l’État verse à ses personnels non enseignants affectés dans les collèges et les lycées publics, au seul titre de leurs activités liées à l’externat des collégiens et lycéens qui y sont scolarisés. Les personnels non enseignants pris en considération pour la détermination du montant du forfait d’externat sont les personnels de direction, d’éducation et de surveillance, les personnels administratifs, sociaux et de santé, ainsi que les personnels de laboratoire.

    Il est prévu, en 2018, au titre de la part « personnels » du forfait d’externat que l’État verse 664 099 146 € (637 361 651 € en 2016 - 657 203 672 € en 2017) aux établissements d’enseignement privés sous contrat (+ 6,9 millions par rapport à 2017). Ainsi, le coût moyen d’un élève du privé sera revalorisé par rapport à celui de la Loi de Finances 2017, à savoir


    - 534 € (coût moyen) par élève du second degré, dont :
    - 524 € pour un collégien ;
    - 508 € pour un lycéen dans l’enseignement général et technologique ;
    - 664 € pour un lycéen dans l’enseignement professionnel.

    La loi de finance 2018 prévoit également 6 504 737 € pour les dépenses pédagogiques, 2 349 592 € pour l’accompagnement éducatif, etc.


    Les associations liées à l’enseignement privé et à son caractère confessionnel ne sont pas oubliées : 606 850 € (410 000 € en 2016 - 606 850 € en 2017) de subventions en 2018.

    En complément du forfait versé par l’Etat pour le financement des personnels d’éducation, administratifs et d’encadrement des établissements privés, les collectivités territoriales (départements pour les collèges, régions pour les lycées) versent depuis le 1er janvier 2007 un forfait calculé en proportion du financement des personnels TOS (Techniques, Ouvriers et de Service) de l’enseignement public par les départements et régions.

    Le département ou la région
    contribue également au financement des dépenses pédagogiques des établissements privés : en collège, pour l’acquisition des manuels scolaires et des carnets de correspondance, pour l’équipement nécessaire aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) et pour les droits de reproduction ; en lycée, pour l’équipement nécessaire aux TICE et pour les droits de reproduction ; en lycée professionnel, pour la documentation pédagogique, l’équipement nécessaire aux TICE, les frais de stages et les droits de reproduction ; dans les classes post-baccalauréat, pour les frais de stages et les droits de reproduction.


    Enfin, concernant l’enseignement privé du 1er degré, les communes sont tenues de prendre en charge leurs dépenses de fonctionnement dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l'enseignement public.

    A ces subventions des collectivités territoriales s’ajoutent celles d’autres ministères et la taxe d’apprentissage ainsi que les déductions fiscales offertes aux particuliers et aux entreprises faisant des dons aux écoles privées, soit au total au moins 8 milliards € (chiffres 2015 – Ministère de l’Education Nationale) en plus des subventions inscrites au budget de l’Education Nationale pour le programme « Enseignement privé ».

     


    Enseignement post-baccalauréat en lycée privé :
    285 069 858 € en 2018 (261 585 051 € en 2016 - 281 550 862 € en 2017)


    Budget 2018 du Ministère de l’Agriculture


    Près de 165 000 élèves et étudiants ont été scolarises au cours de l’année scolaire 2016-2017. Leur répartition est de 63 200 dans l’enseignement public (216 lycées), 51 500 dans l’enseignement prive catholique du « temps plein » (216 lycées) et 50 600 dans l’enseignement privé catholique du « rythme approprié » (367 Maisons Familiales Rurales, établissements rattachés à l’Union Nationale Rurale d’Education et de Promotion à dominante médico-sociale).

     


    588 592 245 € pour le financement
    de
    l’enseignement agricole privé
    (574 291 502 euros en 2016 - 583 065 938 € en 2017)

     

    -  Rémunérations des personnels contractuels de droit public des établissements privés du temps plein : 241 996 003 (227 917 193 € en 2016 - 236 417 193 € en 2017)


    -  Subventions de fonctionnement aux établissements privés du temps plein (51 500 élèves en 2017) : 127 182 841 € (126 811 905 € en 2016 - 127 136 341 € en 2017), et aux établissements privés du rythme approprié (alternance sous statut scolaire) : 215 642 500 € (215 642 500 € en 2016 et 2017).


    -  Subventions aux organisations fédératives représentant les établissements privés de l’enseignement technique agricole : 584 901 € et aux organismes de formation : 3 186 000 €.

    Le montant d’autres crédits (aide sociale aux élèves, moyens communs à l'enseignement technique agricole, public et privé) au profit de la scolarisation dans l’enseignement agricole privé est difficile à déterminer car ils figurent dans des lignes budgétaires communes au public et au privé !
     


    Budget 2018 du Ministère de l’Enseignement
    Supérieur et de la Recherche


    79 895 852 € (78 895 852 € en 2017) pour le financement
    de l’enseignement supérieur privé dit associatif

     
    24 471 933 (23 436 637 € en 2017) pour le financement
    des établissements privés supérieurs agricoles


     

    L'enseignement supérieur privé associatif en bref.
    En bleu, les associations comportant des établissements catholiques ou d’inspiration catholique.


    A la rentrée de septembre 2017, l'enseignement supérieur privé associatif en contrat avec l’Etat comptait 91 127 étudiants dans 57 établissements, rassemblées principalement au sein de quatre associations :            

    - la FESIC, réseau de 25 grandes écoles d'ingénieurs et de management pour la plupart catholiques. La FESIC est membre du conseil d'administration de l'Union des établissements d'enseignement supérieur catholique (UDESCA).

    - l'UDESCA (Union des établissements d'enseignement supérieur catholique) qui regroupe les cinq « universités »* catholiques de France (Angers, Lille, Lyon, Paris, Toulouse).

    - l’UNFL (Union des nouvelles facultés libres) qui réunit la FACO (Faculté libre de droit, d’économie et de gestion), l’IRCOM (Institut d’enseignement supérieur et de formation professionnelle), I2M Caraïbes (Institut de management et de marketing supérieur de commerce des Caraïbes), l’IPC (facultés libres de philosophie et de psychologie), l’ICES (Institut catholique d’études supérieures) et l’ICR (Institut catholique de Rennes).

    - l'UGEI (Union des grandes écoles indépendantes) composée de 17 écoles d'ingénieurs et 8 écoles de commerce et de management.     


    * Même si les instituts catholiques ne s’en privent pas et que les pouvoirs publics laissent faire, les établissements privés d'enseignement supérieur ne peuvent plus utiliser le terme d'université depuis la promulgation de la loi du 18 mars 1880 (Article 4 : « Les établissements libres d'enseignement supérieur ne pourront, en aucun cas, prendre le titre d'universités. ») ; ce que le Code de l’Education stipule précisément dans son Article L731-14 « Les établissements d'enseignement supérieur privés ne peuvent en aucun cas prendre le titre d'universités. »

     

    La loi Debré, mère de toutes les lois antilaïques, doit être abrogée !

     

    Paris, le 1er Janvier 2018.

     

    Sources

     

    Direction du Budget – Forum de la Performance publique : https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/documents-budgetaires/lois-projets-lois-documents-annexes-annee/exercice-2018#.WkKewGe25aY

    Sénat : http://www.senat.fr/rap/a17-112-3/a17-112-3.html
    Assemblée Nationale : http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/ta/ta0049/(index)/ta
    Ministère de l’Education Nationale http://www.education.gouv.fr/cid57096/reperes-et-references-statistiques.html
    Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation http://www.chlorofil.fr/fileadmin/user_upload/stats/portrait-panorama/portrait-2017.pdf
    Secrétariat Général de l’Enseignement catholique https://enseignement-catholique.fr/chiffres-cles-2017/

     

     

    Télécharger « Bonne année laïque 2018.doc »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 29 décembre 2017 Publications

    La Raison n°627 (janvier 2018) est parue

     

    Le Sommaire

    Dura lex, sed lex

    Vous ne m'en voudrez pas, j’espère, si je commence cet éditorial en me référant à la dernière page du journal : Le Conseil d’État, à Ploërmel, a donné raison à la Libre Pensée en commandant que la croix monumentale (2,25 m) surplombant la statue du pape Jean-Paul II sur une place publique de Ploërmel soit enlevée. Cela met juridiquement un terme à dix années de provocation cléricale. Ce jugement met la commune de Ploërmel devant l’alternative suivante : retirer au moins la croix, sous réserve d’acceptation de cette amputation par l’artiste ou ses ayants-droit, ou bien déplacer le monument litigieux en un lieu privé.

    Une nouvelle fois, la plus haute juridiction administrative française s’est appuyée sur l’article 28 de la loi de Séparation des Églises et de l’État.

    Cela nous a déjà valu un déferlement de haine, allant parfois jusqu’à des menaces extrêmes : selon un internaute correspondant de la très sulfureuse "riposte laïque" : « Ces salopards de libres penseurs sont uniquement anticatholiques !! Une seule solution pour ces traîtres, le falot et dans la foulée le poteau !!!!!!  ». Comme disait Cléante à Orgon dans Tartuffe  : «Les sentiments chrétiens, mon frère, que voilà !». On vous dit que le christianisme est une religion d’amour !

    Et voilà le Conseil d’Etat qui aurait à se justifier de faire appliquer la loi, certains disant qu’il a sombré dans l’anti-christianisme. Cette respectable juridiction serait-elle également menacée du falot, du fagot, du poteau ? Il y a loin de la coupe aux lèvres. Après la vierge de Publier, celle de Brusvily, l’arrêt du Conseil d’État sur les crèches - que la Cour d’appel de Nantes n’a pas voulu comprendre - après les jugements de Lyonet de Béziers, les jurisprudences favorables à l’application de la loi de 1905 s’accumulent et les prétentions d’une certaine droite catholique à refaire du catholicime une religion d’État reculent et sont défaites.

    Car il s’agit bien de cela. Nos adversaires dans ces combats plaident «les racines chrétiennes de la France», qui donneraient aux symboles chrétiens une place naturelle dans l’espace public. La loi de Séparation refusant dans son article 2 de reconnaitre, de salarier, ni de subventionner aucun culteserait donc une erreur historique. Notre pays devrait considérer ses 1 300 ans d’oppression féodale et religieuse comme le dernier mot de son essence, et les 116 ans du concordat bonapartiste supplémentaire comme une autre preuve de la vigueur de ses racines. Sont exclues des racines de la France la résistance des bourgs francs à la puissance féodale des seigneurs et de l’Eglise, la poussée philosophique des Lumières, l’effort de rupture de la Révolution française, les Trois glorieuses, les journées de juillet 1848, la Commune de Paris, et enfin la Séparation, obtenue par l’alliance des mouvements ouvriers et démocratiques. Tout ça n’est pas français, Monsieur ! Montjoie et Saint Denis !

    Il faut vous faire une raison, Messieurs, depuis 1905, et plus lointainement depuis 1880, le culte catholique, omniprésent jusqu’alors dans tous les moments de la vie de la cité, a été renvoyé dans le domaine privé. Il n’a plus force de loi ni de pouvoir, ni sur ses fidèles - à qui la République permet de pratiquer, de croire, mais n’oblige à rien - ni surtout sur les autres - de religions différentes ou sans religion du tout - qui ont même dignité humaine, même droits et devoirs devant la société. Il n’y a plus de religion favorisée, il n’y a plus de religion d’Etat.

    A Chartres et devant d’autres cathédrales, on voit à de certains moments des pénitents, parfois très jeunes et en uniforme, gravir les degrés qui mènent au parvis en s’ensanglantant les genoux, comme lors du pèlerinage des scouts d’Europe. Indépendamment du dégout que peuvent ressentir les gens normaux devant ces exhibitions, cela est permis par l’article 1er de la loi de 1905, sous réserve de «ne pas causer de troubles à l’ordre public». En maints lieux se déroulent des pardons, des processions, des prières et des psalmodies en public. Personne n’y trouve à redire et surtout pas ceux que l’annonce d’une prière publique de musulmans à Saint-Denis fait s’étrangler de rage - au passage également contre la Libre Pensée qui n’a fait que rappeler l’égalité de la loi devant toute  manifestation publique de croyants ou de non-croyants.

    Ils ne feront pas tourner la roue de l’histoire à l’envers. Cette loi, celle de 1905, est essentielle. Ce n’est pas une figure de rhétorique que de dire qu’elle a assuré 110 ans de paix religieuse. Défendons-la, becs et ongles, c’est une loi de liberté,c’est la loi de notre liberté et de la plus précieuse d’entre elles : la Liberté de conscience.

    Jean-Sébastien Pierre,
    Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée


    La Couverture

     

    Le Sommaire

     

    VOUS ABONNER ACHETER CE NUMERO EN LIGNE

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un monument pour les mutins de 14/18 à Chauny

    En cette année commémorative, les « mutins » de la Grande Guerre seront honorés.Voilà une première esquisse du sculpteur.

    Donner un « sens » à la mort de ces centaines de mutins de la Première Guerre mondiale fusillés pour l’exemple, voilà un but louable de l’association La Libre Pensée que dirige dans l’Aisne Nicole Aurigny.

    Face à la tragédie de la Grande Guerre et aux vies qu’elle fauche sur son passage et notamment du côté du Chemins des Dames, ce sont 639 soldats qui ont été passés par les armes après un conseil de guerre expéditif.

    Ces « aberrations » sont aujourd’hui reconnues, même démontrées et l’association La Libre Pensée veut ériger un monument rendant hommage aux soldats tués par des Français en 1914-18.

    Celui-ci devrait être construit à Chauny au cours de la prochaine année, au moment où l’on commémore le centenaire de cette Grande Guerre.

    «  Le site de la ville de Chauny a été retenu, explique Nicole Aurigny. C’est en tout cas notre souhait, car nous lançons un appel aux dons afin d’ériger ce monument qui rend hommage aux soldats tués par des Français en 1914-18. »

    « L’Histoire peut être compliquée »

    Du côté de la mairie chaunoise, on ne tient surtout pas à politiser cette démarche.

    «  Voilà cent ans que la Grande Guerre est terminée, note le premier magistrat Marcel Lalonde. Il faut tourner la page de ces hostilités mais parfois, l’Histoire avec un grand H peut être compliquée. Dans quelques années, ce sera la guerre d’Algérie et nous avons appris que le cabinet du secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire, a accordé une subvention de 2 500 € à l’association pour cette réalisation… »

    Toujours est-il que des délibérations favorables ont été prises dans ce sens par le conseil municipal de la ville.

    «  Il n’y a donc aucun problème, précise encore le maire. Mais cette sculpture en pierre aura une taille imposante car elle devrait atteindre les 4 mètres. »

    Pour trouver un lieu d’accueil, ce n’est donc pas simple mais il existe deux sites, les Promenades ou la « Nouvelle voie ».

    Les dons sont à envoyer à l’Association pour l’Érection d’un monument en Hommage aux Fusillés pour l’exemple,
    49 rue Quentin Barré 02100 Saint-Quentin.

     

    Un monument pour les mutins de 14/18 à Chauny En cette année commémorative, les « mutins » de la Grande Guerre seront honorés.

     

    Télécharger « A.N.231217Un monument pour les mutins de 14.doc »

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • COMMUNIQUE DE PRESSE

    La Fédération de la Gironde de la Libre Pensée apporte son soutien aux enseignants du langonnais, injustement attaqués pour avoir interrompu la projection d’un film qui racontait la naissance de Jésus à travers les évangiles. L’École de la République est laïque parce que neutre, en dehors des religions. De TOUTES les religions. L’enseignement de l’histoire des religions n’est pas le catéchisme. L'école laïque se doit de rassembler, durant le temps scolaire consacré à l’apprentissage, les élèves par-delà leur diversité. Non de diviser, ce qu’entraînent les revendications religieuses, particularistes. La loi de Séparation de 1905 est une loi de paix et d'équilibre, qui a écarté LES Églises des affaires de l'État (comme les lois scolaires de Jules Ferry avaient écarté les congrégations des affaires de l’École). L’État chez lui, l’Église chez elle, disait Victor Hugo. La laïcité n'est en rien liberticide ni totalitaire, bien au contraire : elle laisse à chacun ses choix dans le domaine privé, intime, celui de sa liberté de conscience, donc de sa liberté de croire ou de ne pas croire. Certains cherchent à cette occasion à réintroduire le sempiternel débat sur les « racines chrétiennes de la France », au mépris de la formidable et passionnante complexité de notre Histoire....

    Lire le communiqué: 

    Télécharger « Langon.pdf » 

    Article presse

    Télécharger « Etoile Noël Langon.doc »

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • – COMMUNIQUÉ DE PRESSE  

     

    Fusillés pour l’exemple de 1914-1918 :

    Emmanuel Macron pire que Nicolas Sarkozy

    et François Hollande !

     

    Dans sa lettre de réponse à la demande de réhabilitation d’un Fusillé pour l’exemple formulée par  M. Marsaud de Vendée, le Président Macron, par la plume de son chef de cabinet, indique que les  « fusillés auraient failli à leur devoir ». Si Nicolas Sarkozy et François Hollande ont refusé de réparer l’injustice commise contre 639 soldats de la Première Guerre mondiale, ils n’ont jamais repris ouvertement l’antienne des brutes galonnées sur le fait que ces « Fusillés pour l’exemple » avaient bien mérité leur sort, car ils avaient failli. Ils ont même dit qu’ils n’avaient point été des lâches.

     

    Ce ne sont pas les Fusillés pour l’exemple qui ont failli à leur devoir !

    Ceux qui ont failli à leur devoir de justice,

     

    ce sont les Présidents de la Ve République !

    Lire l'article en entier– COMMUNIQUÉ DE PRESSE –  Fusillés pour l’exemple de 1914-1918 :  Emmanuel Macron pire que Nicolas Sarkozy  et François Hollande !

    Télécharger « Macron, pire que Sarkozy et Hollande.pdf »

     

    ____________________________________

    TELLE EST LA REPONSE DES PARLEMENTAIRES 04

    QUI N'ONT PAS DAIGNE PRENDRE LA PLUME

    POUR RÉPONDRE A NOTRE DEMANDE

    DU 11 NOVEMBRE 2017 A CHÂTEAU-ARNOUX!

    _______________

    – COMMUNIQUÉ DE PRESSE –  Fusillés pour l’exemple de 1914-1918 :  Emmanuel Macron pire que Nicolas Sarkozy  et François Hollande !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique