• Pour tout contact avec la FFC, laisser un message sur le site ou appeler :

    • Frédérique Plaisant, présidente (06 60 78 10 61)
    • ou Jo Le Lamer, vice-président, délégué Communication (06 86 61 42 98)

    La Libre Pensée informe

    A L’APPROCHE DE PÂQUES, NE NOUS PRENEZ PAS POUR DES CLOCHES ! URGENT Epidémie COVID- 19 : PAS LE DROIT DE JOUER AVEC LE CHAGRIN DES FAMILLES ET LA PEUR ! Plusieurs actions réalisées ces derniers jours, dans le domaine du funéraire, nous interpellent et nous choquent, alors que nous traversons une crise sanitaire exceptionnelle. Lire plus …

     

    La Fédération Française de Crémation dénonce et fait connaître ses positions vis-à-vis de pratiques mises en œuvre par certains professionnels du funéraire (avec quelques alliés ?) au préjudice des familles déjà affaiblies par la perte d’un être cher et des difficultés à pouvoir participer à des funérailles décentes.

    1- « L’affaire » de l’entrepôt de Rungis !

    On ne connaît pas encore tous les tenants et aboutissants de ce dossier : un entrepôt réfrigéré qui a été réquisitionné par la Préfecture de Paris, agissant dans le cadre du décret n° 20- 384 du 1er avril 2020, son aménagement et sa gestion ayant été « confiés » à un groupe funéraire dominant sur le marché et appliquant aux familles des tarifs à sa guise. A titre d’exemple : facturation à 55 euros de la mise à disposition, pendant une heure, d’un espace permettant à la famille de se recueillir devant le cercueil de leur défunt ! (Nous tenons les tarifs à votre disposition)

    A qui profite cette affaire ? Qui a donné les autorisations ? Il a fallu de nombreuses protestations, dont la nôtre (nous avons saisi les autorités pour connaître le fondement de cette décision qui nous semblait illégale), pour que le ministère de l’Intérieur, après une enquête diligente, décrète hier 9 avril « la gratuité pour les familles » des prestations de dépôt provisoire d’un cercueil dans cet entrepôt !

    Cela illustre bien la « face cachée », les réseaux souterrains d’influence, plus ou moins grande (« selon que vous serez puissant ou misérable ») qui minent notre société depuis longtemps.

    Nous maintenons notre demande d’explications et de transparence totale sur ce dossier.

    2- L’absence d’égalité des familles vis-à-vis des cérémonies dans certains crématoriums !

    La majorité des crématoriums gérés en délégation de service public par des groupes funéraires ont d’autorité décidé, depuis la mi- mars, de ne plus réaliser de cérémonie au crématorium, parfois en prévenant la famille devant la porte d’entrée ! Ces procédés ne sont pas admissibles. Pourquoi un traitement différent avec l’inhumation où l’on autorise une cérémonie de 20 personnes !

    On peut très bien organiser une cérémonie pour 10 personnes avec respect des gestes barrières ! Les familles peuvent le comprendre.

    Certains autres gestionnaires de crématorium le font bien ! Pourquoi pas tous ?

    Nous demandons à l’Etat, ainsi qu’aux élus locaux qui ont délégué ce service public, d’user de leur pouvoir, en réagissant vivement et rapidement, pour faire revoir par les délégataires, les décisions abusives qu’ils ont prises, par respect dû au défunt et à ses proches, lesquels, compte tenu des circonstances, n’ont déjà pu accompagner celui-ci lors du décès.

    Un peu plus d’humanité s’il vous plaît ! Et de vigilance sur la réalisation effective du service public !

    3- Des services opportunistes tendancieux et déguisés !

    Comme lors de toute catastrophe, certains cherchent à en retirer profit ! Nous avons été alertés sur la mise en route d’une plate-forme numérique dédiée à aider les endeuillés pour faire face à la crise sanitaire. Belle initiative a priori, mais est- ce bien si désintéressé ?

    Après recherches et contact avec des associations partenaires de la FFC, nous avons tout lieu de croire que cette manœuvre est un leurre !

    Cette structure est soutenue par la fondation d’un groupe funéraire dominant sur le marché, animée par un psychiatre lui-même parrain de cette fondation.
    Aujourd’hui, ces « pros » de la communication surfent sur la vague de l’épidémie pour faire un appel public aux dons, en annonçant des chiffres effarants (110 000 !) de décès à venir. Il faut oser ! Et ne pas hésiter à utiliser les mécanismes « de la peur collective » !
    Ah ! Un « détail » a attiré notre attention ! Dans les prestations proposées par cette plateforme, certaines sont gratuites, tandis que d’autres sont payantes.
    Devinette : au profit de qui ?

    Nous n’oublions pas que de nombreux bénévoles sont déjà à l’œuvre dans bien des associations qui existent depuis longtemps et il faut les saluer. Car elles sont toujours présentes pour des missions d’écoute et de conseils et cela sans attendre une épidémie.
    Ne soyons pas dupes, restons vigilants, dénonçons sans relâche l’hypocrisie de telles démarches dont la finalité masquée est encore la recherche du profit aux dépens, en période de crise, des plus vulnérables, des plus fragiles !

    On ne joue pas avec la misère humaine, ni avec la peur !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  •  

     

    Selon que vous serez riches ou misérables….

    …Selon que vous serez du côté du manche ou que vous subissiez le goupillon

    La presse a annoncé que le Président de la République ferait un message aux religions à l’occasion des fêtes pascales.

    Selon nos informations, tous ceux qui ne sont pas des agenoullistes n’auraient pas droit à l’empathie pascale et présidentielle.

    C’est sans doute ce que l’Elysée appelle « le besoin pastoral » et que « Le Conseil scientifique souhaite attirer l’attention sur la nécessité d’accompagner les initiatives actuelles notamment de création d’une permanence téléphonique nationale d’accompagnement spirituel inter-cultes. »

    A propos du confinement, tout le monde ne semble pas loger à la même enseigne.

    L’Union départementale de la CGT de Paris vient de rendre public que la cathédrale Notre-Dame serait ouverte demain pour une célébration religieuse par l’archevêque de Paris.

    Pourtant si l’on en croit le nombre de morts de prêtres, évêques, jésuites de par le monde, la foi catholique ne protège pas du COVID19.

    La question se pose alors : pourquoi une telle dérogation est permise ?

    Parce qu’elle tend à favoriser « l’union des forces spirituelles », complément obligé de « l’union sacrée et nationale » de sinistre mémoire, dans laquelle la Libre Pensée a refusé et refusera toujours de participer  ?

    Poser la question, c’est sans doute y répondre.

    La Libre Pensée

    ________________________________________________________________________________________

    Communiqué de presse, 7 avril 2020

    Notre Dame de Paris

    Rompant le confinement auquel tous les français sont contraints sauf activités rigoureusement réglementées, l’archevêque de Paris est autorisé à organiser, le 10 avril 2020, une célébration religieuse à l’intérieur de la cathédrale

    Nous, collectif « plomb à Notre-Dame », nous tenons à exprimer notre étonnement, notre incompréhension et notre indignation face à une telle initiative.

    Notre étonnement : alors que les amendes pleuvent sur la tête des citoyens pour la moindre virgule manquant à l’attestation de déplacement dérogatoire ou le fait de s’asseoir cinq minutes sur un banc au soleil, l’archevêque de Paris est autorisé à rompre, non seulement son propre confinement, mais celui d’une dizaine de personnes avec lui, voire plus !

    Notre incompréhension : Comment est-il possible, de la part du gouvernement, d’accorder une telle faveur à l’archevêque de Paris par rapport à l’épidémie en cours, alors que nombreux sont ceux qui depuis le début du confinement se sont vus dans l’impossibilité d’un dernier adieu à des proches décédés ? Outre les risques de contamination au COVID19, quel est le sens de cette autorisation, alors que l’édifice est toujours fortement contaminé au plomb ?

    Notre indignation : Alors que depuis un an, nous luttons pour la prise en compte par l’État des dangers de la contamination au plomb, dans une perspective de prévention pour la santé des travailleurs intervenant sur le site ou autour de Notre-Dame, mais aussi pour l’ensemble de la population exposée, nous ne pouvons que nous indigner de la volonté affichée par les autorités de banalisation des risques que constitue le fait d’autoriser un office religieux à Notre Dame, en pleine épidémie de COVID19 et alors que la décontamination du plomb, si nécessaire à la prévention des risques encourus par les travailleurs, n’a toujours pas été réalisée à l’intérieur de l’édifice.

    Alors que Notre Dame n’est plus en ce moment un lieu de culte parce qu’interdite au public, il s’agit d’un très mauvais signal envoyé à l’opinion publique, et ceci à double titre :

    • La période de confinement qui appelle à un comportement exemplaire de tous, y compris des responsables ecclésiastiques, et cela même si la réglementation, propre au confinement, prévoit que des célébrations religieuses puissent réunir 20 personnes,
    • La lutte contre le saturnisme qui doit être considérée comme une priorité en matière de santé publique et qui justifie, à elle seule, que cette cérémonie ne se tienne pas dans un lieu fortement contaminé par le plomb.

    Nous demandons que cette autorisation donnée à l’archevêque de Paris lui soit retirée.

    Contacts :

    • Association Henri Pézerat, Annie Thébaud-Mony : 06 76 41 83 46
    • Union départementale CGT, Benoît Martin : 06 07 99 46 38
    • Association des Familles Victimes du Saturnisme, Mathé Toullier : 06 62 78 59 75

     

     

     

    Déclaration de l’ailp-iaft à propos de la libération du cardinal G. Pell

    Le cardinal George Pell a été libéré par la plus haute cour d’Australie qui a annulé à l’unanimité sa condamnation pour agression sexuelle de deux garçons il y a vingt ans dans une cathédrale. Il purgeait une peine de six ans. Le jury avait unanimement cru son accusateur, l’un des garçons. Le procureur a déclaré à propos des preuves : “C’était absolument convaincant. …. Il n’était manifestement pas un menteur. Ce n’était pas un fantasque. C’était un témoin de la vérité.” Sa victime présumée était morte d’une overdose, sans avoir toutefois révélé l’allégation d’abus à sa famille.

    D’autre part, lors d’un procès antérieur, le jury n’avait pas réussi à rendre un verdict. Le cardinal Pell a nié les accusations d’agression des garçons dans la cathédrale. Lui et d’autres personnes ont soutenu qu’il n’aurait pas pu avoir le temps ni la possibilité de commettre l’agression. La Haute Cour a conclu à l’unanimité que les doutes soulevés quant au temps et à l’opportunité étaient suffisants pour annuler le verdict.

    Le cardinal Pell a répété : “J’ai toujours maintenu mon innocence tout en souffrant d’une grave injustice”.

    Néanmoins, le cardinal Pell a reconnu “qu’il y a certainement assez de douleur et d’amertume” déclarant : “Je ne veux pas que mon acquittement ajoute à la douleur et à l’amertume que beaucoup ressentent”. Il a ensuite ajouté : “Cependant, mon procès n’était pas un référendum sur l’Église catholique; ni un référendum sur la façon dont les autorités de l’Église en Australie ont traité le crime de pédophilie dans l’Église”.

    Selon un rapport du Daily Mail : “Alors que le cardinal Pell est sorti de son cauchemar carcéral… sa carrière en tant qu’un des hommes les plus puissants de l’Eglise catholique devrait rester en lambeaux malgré le soutien public du pape jusqu’à la fin… La question de savoir si l’affaire se poursuivra devant les tribunaux civils va se jouer dans les semaines, les mois et peut-être les années à venir”.

    Keith Porteous Wood, porte-parole de l’AILP, en charge de la campagne contre les crimes sexuels des Eglises a déclaré : “Au moins, le cardinal Pell a reconnu l’amertume ressentie par beaucoup. Il parle des “autorités ecclésiastiques en Australie” comme s’il s’agissait d’une bureaucratie éloignée, mais personne n’a travaillé plus dur que lui pendant des décennies pour minimiser l’indemnisation des victimes.

    Pour le cardinal Pell, la situation n’est pas forcément simple. Le fardeau de la preuve pour les poursuites au civil est moins lourd, donc il est plus probable qu’elles aboutissent. Il est toujours possible que d’autres affaires pénales soient engagées. Par ailleurs, certaines parties du rapport final de la commission australienne sur les abus sexuels de 2017 ont été rédigées afin de ne pas nuire aux poursuites pour abus sexuels sur enfants engagées contre le cardinal Pell. Elles seront probablement publiées et leur lecture risque d’être désagréable. ”


    Londres, le 7 avril 2020

    TELECHARGEZ AU FORMAT PDF

    TELECHARGEZ AU FORMAT RTF

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Un message reçu de Stéphane Gavelle, Secrétaire général de l’Union départementale Force Ouvrière des Alpes de Haute Provence.

    BRAVO LA LP ! 

    BRAVO POUR VOTRE REFUS D’INTÉGRER UN DISPOSITIF GOUVERNEMENTAL (INTER RELIGIEUX !) SOUS PRÉTEXTE DE LUTTE CONTRE LA PANDÉMIE COVID 19 !

     

    LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ET DE REVENDICATION NE DOIT PAS ÊTRE SOLUBLE DANS L’UNION SACRÉE !

    PLUS QUE JAMAIS , LES ORGANISATIONS LIBRES ET INDÉPENDANTES DOIVENT DÉNONCER LE RÉSULTAT DU SACCAGE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DEPUIS LE PLAN JUPPÉ/CFDT DE 1995 JUSQU’AU « VIRAGE AMBULATOIRE » DE MADAME BUZIN , LAQUELLE A JUSTE OUBLIÉ DE S’OCCUPER DE LA RÉSERVE STRATÉGIQUE SANITAIRE: MATERIEL DE PROTECTION, CAPACITE DES LABORATOIRES D’ANALYSE À PRODUIRE DES TESTS, CAPACITÉ DE PRODUCTION DE MÉDICAMENTS SUR LE TERRITOIRE NATIONAL ETC...IL FAUT DIRE QUE DEPUIS DÉCEMBRE ,ELLE AVAIT MIEUX À FAIRE: DÉFENDRE LA RETRAITE PAR POINTS DANS LES MÉDIAS SOUS L’AUTORITÉ DU PREMIER MINISTRE.

     

    AUJOURDH’HUI , COMME LE DIT LE CHEF DE SERVICE DES URGENCES DE L’HÔPITAL GEORGES POMPIDOU SUR FRANCE INFO  :« le problème est avant tout logistique: on l’a vu avec les masques,on le voit avec les tests , on le verra demain peut-être avec le plaquénil ( Chloroquine). »

     

    LE VIRUS MORTEL C’EST UNE RÉALITÉ MAIS LE SERVICE PUBLIC DE SANTÉ QUI N’EST PLUS DIMENSIONNÉ POUR FAIRE FACE AUX RISQUES MAJEURS C’EST AUSSI UNE RÉALITÉ. SI C’EST UNE GUERRE ET QU’IL FAUT DONC SE BATTRE , BATTONS NOUS D’ABORD POUR DIRE LA VÉRITÉ!  SI NOUS NE POUSSONS PAS MAINTENANT UN CRI DE COLÈRE , SI NOUS NOUS TAISONS POUR ENTRER DANS LEUR « union sacrée » , ALORS ,DES LE LENDEMAIN DE LA CRISE, ILS REPRENDRONT LEUR POLITIQUE DE LIQUIDATION DES SERVICES  PUBLICS,DE LIQUIDATION DES DROITS DES SALARIÉS .

    LE MINISTRE DE L’ÉCONOMIE PARLE  DE CRISE ÉQUIVALENTE à 1929 : NOUS SAVONS ,NOUS , QUI L’A PAYÉE !

    ALORS, C’EST URGENT :REFUSONS DE NOUS TAIRE, REVENDIQUONS PLUS QUE JAMAIS ET REGROUPONS , ORGANISONS TOUTES CELLES ET CEUX QUI VEULENT QUE CA CHANGE. POUR GAGNER  ,VRAIMENT ,CETTE « GUERRE »ET  TOUTES CELLES A VENIR!

     

    Fait à Digne Le 24 Mars,

     

    Le secrétaire général de l’Union départementale Force Ouvrière des Alpes de Haute Provence.

     

    Stéphane Gavelle

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Libre Pensée informe : communiqué commun d’associations laïques du Rhône

    Les représentants des associations :

    Fédération des Œuvres Laïques (union Régionale), Cercle Edouard Herriot, fédérations du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme et de Libre Pensée ont échangé par audioconférence sur la situation de la laïcité et la défense de la loi de 1905.

    Elles se retrouvent sur une position commune claire :

    DÉFENSE DE LA LOI DE 1905 !

    MAIS LA LOI DUMENT APPLIQUÉE, TOUTE LA LOI, RIEN QUE LA LOI !

    La loi de 1905 est une loi de liberté qui, si elle est correctement appliquée, se suffit à elle-même.

    Cela signifie aujourd’hui :

    • Que dans la situation sanitaire difficile où se trouve le pays, la liberté de conscience de chaque patient doit être garantie, en particulier dans les établissements hospitaliers et dans les EHPAD, sans pression d’une « autorité spirituelle » auto-désignée, ou pseudo-officielle, quelle qu’elle soit,

    • Que pour toute consultation, c’est la démocratie républicaine qui doit prévaloir, sans privilège accordé aux représentants des cultes au nom d’une prétendue « transcendance »

    • Que le budget de la nation doit être consacré strictement à l’intérêt commun, dans le respect de l’intérêt général et conformément au principe de séparation des Eglises et de l’Etat.

    LES PARTICIPANTS A L’AUDIOCONFERENCE S’ACCORDENT POUR APPELER A LA PLUS GRANDE VIGILANCE POUR DÉFENDRE LES PRINCIPES DE LA LOI

    DE 1905, EN APPELLENT A L’UNITE DE TOUS LES LAÏQUES ET CONSIDÈRENT QU’UNE INITIATIVE NATIONALE DOIT ÊTRE ENVISAGÉE DES QUE LA SITUATION DU PAYS LE PERMETTRA.

    Lyon, jeudi 2 avril 2020 – Contact : LibrePensee69@orange.fr

    TELECHARGER LE DOCUMENT AU FORMAT PDF

    TELECHARGER LE DOCUMENT AU FORMAT RTF

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Discours virtuel pour un banquet virtuel

    Posté le22 mars 2020Auteuradmin

    Solidarité des Libres Penseurs

    En ces temps difficiles pour tous, il ne sera pas possible de tenir les banquets traditionnels de la Libre Pensée du vendredi dit « malsains » prévus autour du début avril.

    Ces banquets ont pour objet de célébrer la liberté de conscience et sont placés sous la marque du refus des interdits de toutes sortes et notamment religieux. Aujourd’hui malheureusement, les interdits prolifèrent au lieu de reculer.

    Ces agapes laïques sont aussi le moment de prendre des nouvelles de tous et de marquer la profonde solidarité fraternelle qui unit les Libres Penseurs entre eux.

    C’est pourquoi, la Fédération nationale de la Libre Pensée, pour marquer quand même ce moment, a décidé de faire connaitre son Discours virtuel pour un Banquet virtuel afin de montrer la chaine d’union qui unit dans le temps et dans l’espace tous les libres penseurs.

    Cette chaine d’union vient du passé et tire vers l’avenir en éclairant le présent.

    La Fédération nationale de la Libre Pensée adresse ses plus profondes pensées de solidarité à tous les libres penseurs et à l’ensemble des militants de la laïcité de ce pays.

    La Fédération nationale de la Libre Pensée

    ♦♦♦

    Chers camarades libres penseurs,
    Chers amis laïques,

    Comme le veut la tradition multiséculaire de la Libre Pensée, nous étions entrés dans une période de préparation des banquets du vendredi malsain, dits « banquets gras ».

    Faisons un peu d’histoire pour l’expliquer

    C’est le 4 avril 1895, à Paris, avenue de Saint-Mandé, dans le haut lieu de la gastronomie libre penseuse qu’était le Salon des Familles, qu’est organisé le « banquet Berthelot ». Ce banquet rendait hommage à la science contre le dogme religieux, pour répondre à des attaques menées contre la science, par le très réactionnaire Ferdinand Brunetière, directeur de La Revue des deux Mondes, dans un article intitulé « Après une visite au Vatican » et auquel Marcellin Berthelot, le grand savant, avait répliqué.

    Huit ans plus tard, le vendredi dit saint d’avril 1903, sous la présidence de l’écrivain Octave Mirbeau, un repas gras est organisé auquel participent mille convives. C’était en pleine bataille pour la loi de Séparation des Églises et de l’État. Il s’agissait alors d’instituer de manière durable la liberté de conscience et de limiter la religion à la sphère privée, la foi étant une manière parmi d’autres de vivre sa spiritualité. Il était alors question de parfaire les hautes valeurs de la République pour qu’enfin prévalent les principes de la Révolution Française qui, pas plus que la Commune de Paris, n’avait réussi à édifier un mur de séparation suffisamment solide pour résister à la réaction.

    De 1879 à 1939, ce sont des centaines de repas gras qui ont lieu tant dans les grandes villes que dans les cantons ruraux. C’est avec cette tradition que la Libre Pensée a renoué, avec ses banquets républicains centrés sur la défense des valeurs républicaines et rationalistes, le 21 janvier et le vendredi dit saint, et même « malsain » pour reprendre la plaisanterie de la Libre Pensée.

    Posons-nous une question : pourquoi le banquet, la pensée libre et l’exigence du respect de la liberté de conscience font-ils si bon ménage depuis la nuit des temps ?

    La première raison est que les religions monothéistes ont édicté de nombreux interdits parmi lesquels les prohibitions culinaires prennent une place importante. Souvenez-vous : quand la Cène a lieu, avec les douze apôtres et Judas, elle annonce le malheur du lendemain !

    La seconde raison du compagnonnage du banquet et de la pensée libre est que l’un et l’autre font œuvre de civilisation. Le déipnon privé dans l’Antiquité grecque est à la fois le rappel que les hommes et les dieux vivaient ensemble au début du monde et qu’un moment doit être voué à la poésie, la symposion, le second temps du repas réservé aux libations. Le Banquet de Platon, au cours duquel s’expriment librement les points de vue sur l’amour, est l’archétype même du festin offert à ses amis par l’amphytrion, l’hôte.

    Mais le banquet grec est aussi public. Le banquet est à Athènes une manière de célébrer la démocratie. Des représentants du peuple y sont conviés à tour de rôle. Le sage Périclès les apprécie, mais se méfie des agapes fastueuses organisées à des fins tyranniques par Alcibiade, l’aventurier qui trahira Athènes pour Sparte.
    Plus près de nous, l’art de la table connaît son apogée au XVIIIe siècle en Europe. Il symbolise l’essor de la civilisation. Voltaire dira : « Cette liberté de table (liberté des propos et des opinions) est regardée en France comme la plus précieuse liberté qu’on puisse goûter sur terre » Le banquet d’avant la Révolution française, dans certains milieux éclairés, est à l’image, en effet, de la fête de l’esprit qu’est le Siècle des Lumières.

    Ces banquets sont placés sous la marque du refus des interdits de toutes sortes et notamment religieux. Aujourd’hui malheureusement, les interdits prolifèrent au lieu de reculer.

    Nos amis de la Ligue des Droits de l’Homme ont publié le 19 mars 2020, un communiqué avec lequel on ne peut qu’être d’accord :

    « Après l’Etat d’urgence, l’état d’urgence sanitaire

    Le gouvernement va faire adopter, en 48 heures, par le parlement, un projet de loi qui autoriserait la création d’un état d’urgence sanitaire, lequel lui conférerait des pouvoirs extrêmement larges et donc dangereux.

    La Ligue des droits de l’Homme (LDH) relève que l’article L3131-1 du Code de la santé publique prévoit déjà, et de manière toute aussi dangereuse, de nombreuses mesures, y compris individuelles. Les mêmes termes sont d’ailleurs repris dans le projet de loi du gouvernement.

    Elle constate que les dispositions appelées à être votées permettront, comme pour l’état d’urgence, de maintenir en application des dispositions limitant les libertés individuelles et collectives pour une durée laissée, en fait, à la libre appréciation du pouvoir exécutif et de sa majorité parlementaire.

    La création d’un comité scientifique, dont la composition reflète le manque d’indépendance, n’est pas de nature à offrir quelque garantie que ce soit.

    Dans ce contexte, le recours à des ordonnances, dont une partie porte atteinte directement à certains droits sociaux, ne peut qu’accroître l’inquiétude. Elle s’étonne donc que le moratoire sur les coupures de gaz et d’électricité s’applique aux petites et moyennes entreprises (PME) et pas pour les personnes les plus démunies.

    Après des élections municipales tantôt validées, tantôt reportées, c’est encore la vie démocratique du pays qui est mise en cause par la précipitation à faire adopter un texte qui n’est pas évidemment nécessaire.

    Tout en ayant conscience de la nécessité de mettre en œuvre les mesures essentielles à juguler l’épidémie en cours, la LDH entend rappeler avec force que cela ne saurait autoriser les pouvoirs publics à porter atteinte aux libertés au-delà de ce qui peut être strictement indispensable à la lutte contre l’épidémie.

    Elle entend aussi rappeler que les personnes résidant en France en situation de fragilité ou sous la responsabilité des pouvoirs publics doivent bénéficier de mesures spécifiques de nature à ce qu’elles ne soient pas pénalisées du fait de leur situation. »

    Nos Fédérations départementales nous informent les unes après les autres qu’elles annulent, contraintes et forcées, la tenue de nos banquets contre les interdits.

    Nous ne pourrons pas, sauf virtuellement, manger gras ensemble le « vendredi-dit-saint ». Souvent, le caractère convivial de cette rencontre était l’occasion de voir des libres penseurs qui participent peu aux réunions et permettait de s’enquérir de leur état de santé, de leurs besoins. La crise sanitaire et les mesures gouvernementales font aujourd’hui que nos convives peuvent avoir dans leur entourage immédiat des personnes, dont les ressources ou les moyens d’accompagnement ont été brutalement affectés.

    A ceux-là il faut rappeler qu’Entraide et Solidarité des Libres Penseurs de France est précisément une association qui peut fournir, grâce aux dons et legs, une aide immédiate, rapide et discrète, sans condition d’adhésion ou de formalités compliquées. Il ne s’agit pas de charité : il s’agit de maintenir nos amis et camarades et leurs familles, adhérents ou non, en condition de se battre contre l’obscurantisme. Et pour cela… il faut vivre.

    Adressez vos demandes à resp.commi-sociale@orange.fr ou à votre Fédération départementale.

    Aujourd’hui, le pays est confiné, les déplacements interdits. Nous sommes tous en résidence surveillée. Et chacun s’interroge : qui est responsable, que faut-il faire dans la situation ?

    En 1720, Daniel Defoe, l’auteur de « Robinson Crusoë », écrit le « Journal  de l’année  de la peste« , passionnante description romancée du fléau qui dévasta Londres en 1665. Prémonitoire.

    Extraits : « Ce fut une grande inadvertance qu’une cité aussi importante n’eût qu’un seul hôpital pour les pestiférés, celui qui se trouvait au delà de Bunhill Fields et qui ne pouvait recevoir, au mieux, que deux à trois cents personnes. Y eût-il eu, au lieu de cet unique établissement, plusieurs hôpitaux, capables de recevoir chacun plusieurs milliers de malades (…), toutes ces mesures eussent-elles été prises, je suis persuadé que plusieurs milliers de gens ne seraient pas morts. »

    « Jamais, sûrement, cité de cette grandeur et de cette importance ne fut surprise dans un tel état d’impréparation à pareille épreuve, qu’il s’agisse de mesures civiles ou religieuses. C’était, en vérité, comme si l’on avait eu aucun avertissement, que l’on ne se fût attendu à rien, que l’on eût rien eu à craindre, de sorte que l’on se trouva vraiment devant un minimum de mesures publiquement prises.

    J’ai souvent réfléchi à l’état d’impréparation où se trouvait la grande masse du peuple au moment où cette calamité tomba sur lui et combien ce fut le défaut de mesures et de dispositions prises en temps utile qui fut cause de toute la confusion qui suivit. Ce fut la raison du nombre prodigieux des gens qui succombèrent dans ce désastre, alors que cela eût pu être évité, la Providence aidant, si les mesures convenables avaient été prises ; et la postérité pourrasi elle le trouve bon, en tirer l’avertissement ainsi donné. »

    Cela, c’était hier. Et aujourd’hui ?


    Voici ce qu’en disent les Unions régionales d’Ile-de-France : « Les URIF (FO, CGT, FSU, Solidaires, UNEF, UNL) condamnent les contradictions insupportables du discours gouvernemental qui rend hommage aux «héros en blouses blanches», alors que le ministère de la Santé a fermé plus de 4 000 lits en un an, qu’il se refuse à mettre à disposition le matériel de protection indispensable aux personnels, à ouvrir le moindre lit, à créer le moindre poste supplémentaire dans les hôpitaux pour faire face à la propagation du virus.

    Les URIF considèrent que le moyen le plus efficace pour conjurer la catastrophe sanitaire annoncée, ce n’est pas seulement de respecter les gestes barrières, c’est aussi et surtout de rétablir tout de suite les lits qui ont été supprimés depuis des années, de créer sans attendre les postes nécessaires à la prise en charge de tous les patients (ceux atteints du Covid-19 et les autres) et de doter tous les personnels hospitaliers des moyens matériels indispensables à leur protection (masques FFP2, solutions hydroalcooliques, gants, lunettes de protection, surblouses).

    Se refuser à le faire, c’est se résigner à accepter l’inacceptable, à savoir se préparer à la «priorisation» dans l’accès aux soins : en clair, qui sera soigné et qui ne le sera pas… »

    Nous ne pouvons accepter l’inacceptable. Le gouvernement a déclaré que toutes les réformes étaient « gelées » du fait de la pandémie. Alors comment comprendre que le Ministère de l’Intérieur vient de contacter la Libre Pensée pour l’informer que des propositions sur la question des cultes vont lui être présentées prochainement ?

    Chers camarades libres penseurs,
    Chers amis laïques,

    Restons unis et solidaires. Tenons-nous prêts à
    nous mobiliser pour la défense de la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Églises et de l’État.

    Cordialement

    La Fédération nationale de la Libre Pensée

    TELECHARGER AU FORMAT PDF

    TELECHARGER AU FORMAT RTF

    Catégories antidogmatisme, ␣défense des libertés, ␣laïcité

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE

    Pour un débat rationnel sur l’Islam et un regard taquin sur le Vatican

    Ce nouvel Arguments n°12 constitue le troisième opus de la série  « Pour un débat rationnel sur l’Islam ». Ces trois ouvrages numériques sont téléchargeables gratuitement sur le site de la Fédération nationale de la Libre Pensée. Des gens, forcément toujours bien intentionnés, reprochent sans cesse à la Libre Pensée de ne jamais parler de l’Islam, Lire plus …

    .

    Lire la suite

     

    La Libre Pensée sur France Culture – Dimanche 8 mars 2020

    Christophe Bitaud, Vice-Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, accueille Quentin Dauphiné, représentant du courant « Emancipation ». Quentin bonjour. Peux-tu nous expliquer brièvement ce qu’est « Emancipation » ? Quentin Dauphiné : Bonjour. « Emancipation » est une tendance syndicaliste composée de militantes et militants qui sont pour la lutte de classe, pour l’expropriation des grands moyens Lire plus …

    .

    Lire la suite

    Sur Mediapart, un article de la Libre Pensée :

    Décidément au Vatican, on n’a pas de pétrole, et encore moins d'idées

    En ces temps de crise, rien ne va plus à la Curie romaine et le Pape visiblement ne sait plus à quel saint se vouer(...)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE

    Déclaration des organisations à l’occasion du meeting laïque du 12 mars 2020 à Annecy

    A l’appel de 10 organisations laïques et syndicales du département de Haute-Savoie : – Libre Pensée – FOL – LDH – FCPE – FO – CGT – FSU – UNSA – Solidaires – SGEN–CFDT : Nous sommes aujourd’hui 120 militants, citoyens, laïques rassemblés dans ce meeting. Plus de 2 000 citoyens ont nommément participé en signant l’Appel aux Lire plus …

    .

    Lire la suite


    La Libre Pensée sur France Culture – Dimanche 9 février 2020

    Christophe Bitaud, Vice-Président de la Libre Pensée, reçoit Cécile Kohler, Secrétaire fédérale de la FNEC-FP-FO (Fédération Nationale de l’Enseignement, de la Culture, de la Formation Professionnelle Force Ouvrière) et responsable du secteur international. Christophe Bitaud : Cécile bonjour. Cécile Kohler : Bonjour. C.B. : Les 21 et 22 septembre 2020 se tiendra le 8ème congrès Lire plus …

    .

    Lire la suite




    pour modifier votre abonnement, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Invitation:  NIOZELLE/ 18 MARS 20 à 18H00 : "Bioéthique et liberté de conscience" dans le cadre de l'UP Graine de savoir 

    ANNULE!

    "Le CA  a décidé de suspendre les activités de l'UP et donc notre rencontre de mercredi  est reportée sine die. Nous vous tiendrons au courant."

    Amicalement. JL Odekerken

     

     ________________________

     

    Invitation:  NIOZELLE/ 18 MARS 20 à 18H00 : "Bioéthique et liberté de conscience" dans le cadre de l'UP Graine de savoir

     

    NIOZELLES

    SALLE POLYVALENTE

    18H00 à 19H30


     

    Invitation:  NIOZELLE/ 18 MARS 20 à 18H00 : "Bioéthique et liberté de conscience" dans le cadre de l'UP Graine de savoir

     |Antireligieuse car antidogmatique sur le plan philosophique et laïque sur le plan juridique (respect par l'Etat de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, loi de 1905), la Libre Pensée s'est toujours prononcée pour le débat contradictoire public avec les religions. 

    |L'absolue liberté de conscience comme horizon et  fil à plomb, la Libre Pensée présentera son point de vue sur la vive question de la fin de vie dans le cadre ouvert par l'UP Graines de savoir.

    _______________________________________________________ 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Non au SNU ! Abrogation du Service National Universel (SNU) !

    La Fédération nationale de la Libre Pensée est partie prenante du Collectif contre le Service National Universel, à l’initiative de l’Union Pacifiste de France.

    C’est pourquoi, elle appelle toutes les Fédérations départementales de la Libre Pensée à prendre contact avec les associations membres du Collectif national, dans leur département, pour mettre en œuvre les actions nécessaires pour l’abrogation du SNU.

    La Libre Pensée appelle à faire de la réunion publique du 18 mars 2020 (jour de l’anniversaire du début de la Commune de Paris en 1871) un grand succès de mobilisation.

    Elle y prendra la parole.

    Tous à la réunion publique :

    18 mars 2020 à 19H
    Salle Léon Jouhaux – Bourse du Travail
    67 rue de Turbigo 75003 Paris

    Pour connaître la position de la Libre Pensée

    Contre l’embrigadement de la jeunesse !
    Contre la militarisation de la société !
    Abrogation du SNU !

    TELECHARGER AU FORMAT PDF

     

    Non au SNU ! Abrogation du Service National Universel (SNU) !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FÉDERATION NATIONALE DE LA LIBRE PENSÉE

     

    Non au SNU ! Abrogation du Service National Universel (SNU) !

    La Fédération nationale de la Libre Pensée est partie prenante du Collectif contre le Service National Universel, à l’initiative de l’Union Pacifiste de France. C’est pourquoi, elle appelle toutes les Fédérations départementales de la Libre Pensée à prendre contact avec les associations membres du Collectif national, dans leur département, pour mettre en œuvre les actions Lire plus …

    .

    Lire la suite

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Accord Turquie Union européenne : le sort des réfugiés s’aggrave

    Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. (Jean de la Fontaine)

    Deux faits, entre autre, illustrent de manière scandaleuse la situation.

    Dun côté, profitant dun accord de lâche substitution, par lUnion européenne, la Turquie utilise les migrants de manière brutale, scandaleuse et ignoble comme une masse de manœuvre pour ses intérêts. Que lui importe les droits de ces personnes vouées à la misère, la désolation,  la peine et la mort.

    De lautre, des grands de  « ce petit monde » bafouent ouvertement la loi de 1905 et saccordent des « privilèges » antilaïques quils dénient aux autres, en particulier aux musulmans.

    Quel point commun, nous direz-vous ?

    ...Lire l'article en entier

    https://www.fnlp.fr/wp-content/uploads/2020/03/Accord-Turquie-UE.pdf

     

     

    https://www.fnlp.fr/2020/03/09/accord-turquie-union-europeenne-le-sort-des-refugies-saggrave/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    La FNLP a été reçue par C. Castaner, ministre de l’intérieur et des cultesLa FNLP a été reçue par C. Castaner, ministre de l’intérieur et des cultes

     

     

    L'article ci-dessous est largement à faire circuler 

    Nouvelles menaces sur la loi de 1905 ! Rassemblons-nous et mobilisons-nous ! 

    La loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat à nouveau menacée par Emmanuel Macron ll est plus que temps de se réunir de se mobiliser pour la défendre ! La Libre Pensée a été reçue au Ministère de l’Intérieur par monsieur Christophe Castaner À sa demande, le ministre de l’Intérieur a reçu, Lire plus … 

    . 

     

    Lire la suite

     

    Télécharger « Nouvelles menaces sur la loi de 1905.pdf »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique