• Archives départementales (AD) et autres...

     
    LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES 04
    ALPES DE HAUTE-PROVENCE
    Adresse : BP n°212 - 2, rue du Trélus - 04002 Digne-les-Bains
    Adresse électronique : -
    « Les Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence conservent sous la cote 4 M 30, un dossier d’environ 70 pièces relatives aux sociétés locales de Libre Pensée. »

    Gustave Adolphe HUBBARD,
    un libre penseur bas-alpin,
    député (Sisteron)
    Auteur d'un projet de loi de séparation en 1903, rapporteur au Congrès international LP de Rome en 1904.

    LES DRAPEAUX 04
     
     
    Drapeau de la Libre Pensée de Vachères
    (photo communiquée grâcieusement par un maire adjoint de Vachères) 
    drapeau LP Vachères.2JPG

    declaration-LP-Volonne-8-aout-1901.jpg
    Drapeau de la Libre Pensée du Canton de Volonne,
    transmis à la FDGLP04 par l'UD-CGT 04
    drapeau-canton-volonne.jpg

    Drapeau de la Libre Pensée de Simiane (Basses Alpes)
     
    drapeau lp Simianezoom jpg

    Extraits de la presse des Basses Alpes (ARCHIVES DEPARTEMENTALES 04)


    « La dépêche des Alpes » du samedi 9 décembre 1905

    Enfin !

    Par 181 voix contre 102, le Sénat a adopté mercredi l’ensemble du projet de loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat, qui devient ainsi définitive.

    Cette journée historique marque la fin de la lutte séculaire des républicains contre le privilège de l’Eglise romaine. Désormais, il n’y a plus en France d’Eglise officielle. La théocratie a disparu de nos lois.

    Si l’on se reporte à dix années en arrière, on a peine qu’un pareil progrès ait pu s’accomplir par l’effort légal du parti républicain sans aucune commotion révolutionnaire.

    Il y a dix ans en effet, au lendemain de la chute du ministère Bourgeois, l’Eglise semblait près de mettre la main sur la République. Ses congrégations innombrables reconstituaient peu à peu la mainmorte et dressaient contre la société civile une société rivale, contre la société des droits de l’homme la société théocratique.

    Dix ans après, nous retrouvons les congrégations dispersées ou dissoutes, et l’Eglise elle-même dépouillée des privilèges qu’elle tenait du Concordat.

    C’est une véritable révolution, dont les effets ne tarderont pas à se manifester.

    Le République l’emporte enfin sur l’Eglise.

    Vive la République !

     


    « La dépêche des Alpes » du 6 janvier 1906

    Thoard

    Libre Pensée – Dans la réunion du 26 décembre, les libres-penseurs de Thoard ont voté à l’unanimité l’ordre du jour suivant :

    « Les libres-penseurs de Thoard adressent au citoyen député Isoard, le seul élu du département qui tienne compte de ses électeurs, leurs remerciements pour les votes franchement démocratique qu’il émet à la Chambre. Ils regrettent que la politique de l’éteignoir ait triomphé, lors du scrutin relatif à la suppression du vote secret. Ils espèrent que cette question sera reprise et aboutira à la suppression d’un mode de vote qui ne s’explique pas dans un siècle de progrès et de lumière. Ils ont appris avec plaisir le vote final de la séparation et espèrent que cette loi qui n’est pas parfaite, sera révisée et, en attendant, cette révision appliquée dans toute son intégrité. Les libres-penseurs constatent avec regret que la fermeture des écoles congréganistes a cessé. Ils désirent vivement qu’un Comité qui comprendra tous les groupes républicains, se forme à Digne et que ce Comité, rompant avec les vielles habitudes, prépare son programme et l’impose au candidat qu’il aura choisi.

    Le président

    BOYER Paul.

     

     



    « La dépêche des Alpes » du 5 & 18 août1906

    Réunion du Comité Fédéral

    Dimanche dernier, 5 août, s’est tenu à Sisteron, dans la salle de la Libre Pensée Sisteronnaise « La Raison », une réunion générale du Comité fédéral. La séance était présidée par le citoyen Nicolas, secrétaire général de la Fédération, assisté du citoyen Tourrès, secrétaire adjoint et Maurel. Le citoyen Gasquet, trésorier, maire de Sisteron, s’étant fait excuser. Presque toutes les sociétés bas-alpines étaient représentées par leurs délégués.

    L’ordre du jour comportait :

    1° L’adoption du compte rendu de la dernière réunion ;

    2° La lecture de la correspondance comprenant au particulier une lettre du citoyen Louis Manent, de Guillestre (Hautes-Alpes), recommandant son livre vraiment démocratique : « En France, dans la République » (Prix 2fr.50) ;

    3° L’adhésion au Congrès régional du Sud-Est qui doit se tenir à Arles les 25 et 26 août 1906. Le comité fédéral délègue à ce Congrès le citoyen Martin Denis, président du groupe l’Aurore, et le charge de soutenir les désidératas de la Fédération : A) de la laïcisation de tous les établissements publics, hôpitaux, écoles, etc. ; B) mesures à prendre par le gouvernement pour défendre aux prêtres, pasteurs, rabbins ou officiants quelconques, de procéder à la cérémonie des baptêmes sans l’autorisation préalable des pères et mères de famille ; C) cérémonies civiles.

    4° L’adhésion au Congrès national qui doit se tenir à Paris les 2 et 3 septembre 1906. Le citoyen (…)

    (…) et religieuses.

    5° Organisation du Congrès de la Fédération bas-alpine qui doit se tenir à Sisteron le 30 septembre 1906. Ce Congrès comprendra une réunion privée réservée aux discussions des questions du programme un grand banquet démocratique et une réunion publique où seront conviés les élus républicains et les sociétés républicaines. Le comité fédéral est chargé d’élaborer un programme et de rédiger une circulaire qui sera adressée à toutes les sociétés des Basses-Alpes et des départements voisins. Les groupes qui désirent soumettre des vœux à ce Congrès sont priés d’en adresser la teneur au citoyen Petit, président du groupe de Riez, qui est chargé du rapport général.

    Cette réunion du comité fédéral fut suivie d’un déjeuner intime ou a régné, comme toujours, la plus franche cordialité.

    Le secrétaire général,

    H  NICOLAS.

     

     


    Fédération Autonome de Libre Pensée Bas-Alpine

    Réunion du Comité Fédéral

    Dimanche dernier s’est tenue, à Sisteron, dans la salle de la Libre Pensée Sisteronnaise « La Raison » une réunion générale du Comité fédéral. La séance était présidée par le citoyen Nicolas, secrétaire général de la Fédération, assisté du citoyen Gasquet trésorier.

    Les sociétés libres penseuses de Sisteron, Oraison, Riez, Manosque, Mane, Simiane, Valensole, Thoard, Volonne, Noyers, Peyruis, Revst-des-Brousses et Barcelonnette étaient représentées.

    Après l’adoption du compte-rendu du Congrès de Manosque, l’ordre du jour appelle la fixation de la du prochain Congrès de la Fédération. Il est décidé que ce Congrès aura lieu à Sisteron, le dimanche 30 septembre 1906. Toutefois, comme le Congrès national de la Libre Pensée doit se tenir à Paris les 15 et 16 avril 1906, une nouvelle réunion du Comité Fédéral aura lieu le 25 mars 1906 en vue de l’étude des questions à soumettre au Congrès de Paris.

    Toutes les sociétés libres penseuses du département ayant adopté le principe du vœu de l’Emancipation, Libre Pensée du canton de Riez, il est procédé à l’élection d’un rapporteur : le citoyen Petit, président du groupe de Riez, est élu par acclamations. Les délégués examinent ensuite les questions à inscrire au programme du Congrès de Sisteron. Sur la proposition du citoyen Petit, le comité fédéral retient quatre questions.

    I.  La Libre Pensée et le Pacifisme. – La libre pensée et les sociétés pacifistes, la libre pensée et l’arbitrage international, la libre pensée et le désarmement, l’enseignement du pacifisme dans les écoles et enfin la question posée par Hervé au Congrès international de Paris. « Que doivent faire les libres penseurs en cas de guerre ? »

    II. Organisation de la section française de la Fédération internationale de la Libre Pensée. – Etude du projet de statuts : adhésion de la Fédération des Basses-Alpes à la section française.

    III. Organisation départementale de la propagande libre penseuse. – Chaque société devra étudier les moyens les plus pratiques pour assurer le développement de la Libre Pensée dans notre département et en particulier l’adoption d’un modèle de tombe uniforme : socle de pierre, vase et pensée.

    IV. Organisation d’un orphelinat laïque dans les Basses-Alpes. – une commission de deux membres a été chargée d’étudier plus spécialement cette question et de concentrer les conclusions s’y rapportant.

    Toutes les conclusions des études devront être adressées au citoyen Petit : celles qui concernent les deux dernières avant le premier septembre 1906.

    Après la lecture de la correspondance, la réunion s’est terminée par un déjeuner intime où a régné la plus franche cordialité.

     

    Deux nouvelles sociétés sont en formation dans notre département, à Revest-du-Bion le citoyen Jourdan vient de grouper tous les militants de la Libre Pensée en société.

    A Quinson, la société de Libre Pensée « L’Aurore » a tenu sa première assemblée générale dimanche dernier.

    Dans quelques jours ces deux sociétés adhéreront à la Fédération.

     

                 



     

    • 1901: Carte d'adhérent de la Société de Libre-Pensée de Thoard (prêt famille)

    • Extrait du règlement pour les écoles publiques des Basses-Alpes,
    1851 , avant la séparation, en application de la loi Falloux
     AD 04-1T10

    • Affiche électorale du candidat républicain socialiste,
    Circonscription de Forcalquier, élections législatives du 24 mai 1903
    AD 04-1Fi3/702

     


    APPEL REUNION DE CONSTITUTION DE LA FEDERATION LP04 09-10-2001

    LP04 2001

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique