• Place Robespierre à Marseille : Où en est-on ? Et à Manosque?

    vendredi 26 septembre 2014 par  federation nationale

     

    La Fédération nationale de la Libre Pensée informe que sa Fédération départementale des Bouches-du-Rhône a obtenu de la Mairie de Marseille que le nom de Robespierre, le grand révolutionnaire que la Libre Pensée a toujours honoré, garde son nom sur la place du 9ème arrondissement de Marseille. Si cet exemple pouvait inspirer la Mairie de Paris, la Libre Pensée en serait ravie.

    L’annonce d’un éventuel changement de nom de la place Robespierre à Mazargues (Marseille 9éme) a été la cause d’une vive émotion et a conduit de nombreux républicains, avec au premier rang la Libre Pensée, à organiser la mobilisation.

    M. Ricca, conseiller municipal de Marseille, délégué à la voirie et responsable de la commission du nom des rues a reçu à la mairie de Marseille le 1er juillet 2014, une délégation de la Fédération départementale de la Libre Pensée, à laquelle il a notamment déclaré :

    « Robespierre est un personnage incontournable de la Révolution, qui a marqué l’histoire. (...) Si j’étais seul à décider, je n’y toucherais pas. Je considère qu’on ne peut pas gommer l’histoire. ».

    La Libre Pensée a rendu compte par un communiqué public de cette entrevue qu’elle juge positive.

    Cet été, M. Jean Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Marseille a adressé un courrier à une animatrice de l’action pour le maintien de la Place Robespierre :

    « Il est vrai qu’au cours d’une réunion, le changement d’appellation de cette place a été évoqué et si j’ai bien compris, le maire des 9éme et 10éme arrondissements n’avait alors exclu aucune hypothèse. J’ai eu l’occasion d’évoquer cette question avec Lionel Royer-Perreaut, je lui ai fait part de ma volonté de voir cette place continuer à s’appeler Robespierre.

    En ce qui me concerne, je ne proposerai pas une délibération au Conseil Municipal, tendant à donner une nouvelle appellation à cette place . »

    Place Robespierre à Marseille : Où en est-on ?

    place Robespierre Marseille (9eme Arrt)

    La Fédération départementale de la Libre Pensée apprécie positivement cette décision de Monsieur le Sénateur-Maire, qui confirme le maintien de la place Robespierre.

    Pour la Libre Pensée, association d’éducation populaire et d’action sociale :

    - la Révolution française fut un moment de progrès historique de l’Humanité. Elle instaura la République, une et indivisible, fondée sur les principes de liberté, en premier lieu de liberté de conscience, d’égalité devant la loi de tous les citoyens et de fraternité.

    - l’action pour faire connaître la véritable œuvre historique de Robespierre n’est en rien une nostalgie ; C’est le combat actuel, permanent, des Lumières, de la Raison humaine, contre les oppressions et les obscurantismes de toutes sortes : économiques, religieux et politiques.

    Marseille, le 12 septembre 2014

     


     Et à Manosque?

    2 courriers transmis par Claude Testanière pour une rue Robespierre:

    Télécharger « Courrier MAIRE RUE ROBESPIERRE 2013.06.03.pdf »

    Télécharger « Courrier MAIRE RUE ROBESPIERRE 2013.07.06.pdf »


     

    ÉCLAIRAGE sur le bien-fondé de l'action de Robespierre

    Place Robespierre à Marseille : Où en est-on ?

    Pourquoi la Libre Pensée honore Robespierre

    http://librepensee04.over-blog.com/page-3238060.html


     Discours contre la guerre (1791)

    "Personne n'aime les missionnaires armés"

    Robespierre

     

    La plus extravagante idée qui puisse naître dans la tête d'un politique est de croire qu'il suffise à un peuple d'entrer à main armée chez un peuple étranger pour lui faire adopter ses lois et sa constitution.

    Personne n'aime les missionnaires armés; et le premier conseil que donne la nature et la prudence, c'est de les repousser comme des ennemis...

     

    (...) quand le peuple (à Rome) réclamait ses droits contre les usurpations du sénat et des patriciens, le sénat déclarait la guerre, et le peuple, oubliant ses droits et ses outrages, ne s'occupait que de la guerre, laissait au sénat son empire, et préparait de nouveaux tiomphes aux patriciens.

    La guerre est bonne pour les officiers militaires, pour les ambitieux, pour les agioteurs qui spéculent sur ces sortes d'évènements; elle est bonne pour les ministres dont elle couvre les opérations d'un voile plus épais et presque sacré; elle est bonne pour la cour, elle est bonne pour le pouvoir exécutif dont elle augmente l'autorité, la popularité, l'ascendant; elle est bonne pour la coalition des nobles, des intrigants, des modérés qui gouvernent la France.

    Robespierre -Ecrits- Claude MAZAURIC Messidor-Editions Sociales


     

     

    Discours de Robespierre aux Jacobins contre la guerre

    MessagePremier discours contre la guerre, prononcé au club des Jacobins le 18 décembre 1791

     
    Extrait (...)

    La guerre est toujours le premier voeu d'un gouvernement puissant qui veut devenir plus puissant encore. Je ne vous dirai pas que c'est pendant la guerre que le ministère achève d'épuiser le peuple & de dissiper les finances, qu'il couvre d'un voile impénétrable se déprédations & ses fautes ; je vous parlerai de ce qui touche plus directement encore le plus cher de nos intérêts. C'est pendant la guerre que le pouvoir exécutif déploie la plus redoutable énergie, & qu'il exerce une espèce de dictature qui ne peut qu'effrayer la liberté naissante ; c'est pendant la guerre que le peuple oublie les délibérations qui intéressent essentiellement ses droits civils & politiques, pour ne s'occuper que des événements extérieurs, qu'il détourne son attention de ses législateurs & de ses magistrats, pour attacher tout son intérêt & toutes ses espérances à ses généraux & à ses ministres, ou plutôt aux généraux & aux ministres du pouvoir exécutif. c'est pour la guerre qu'ont été combinées, par des nobles & par des officiers militaires, les dispositions trop connues de ce code nouveau qui, dès que la France est censée en état de guerre, livre la police de nos villes frontières aux commandans militaires, & fait taire devant eux les lois qui protègent les droits des citoyens. C'est pendant la guerre que la même loi les investit du pouvoir de punir arbitrairement les soldats. C'est pendant la guerre que l'habitude d'une obéissance passive, & l'enthousiasme trop naturel pour les chefs heureux, fait, des soldats de la patrie, les soldats du monarque ou de ses généraux. Dans les temps de troubles & de factions, les chefs des armées deviennent les arbitres du sort de leur pays, & font pencher la balance en faveur du parti qu'ils ont embrassé. Si ce sont des Césars ou des Cromwells, ils s'emparent eux-mêmes de l'autorité. Si ce sont des courtisans sans caractère, nuls pour le bien, mais dangereux lorsqu'ils veulent le mal, ils reviennent déposer leur puissance aux pieds de leur maître, & l'aident à reprendre un pouvoir arbitraire, à condition d'être ses premiers valets.

    A Rome, quand le peuple, fatigué de la tyrannie & de l'orgueil des patriciens, réclamait ses droits par la voix des tribuns, le sénat déclarait la guerre ; & le peuple oubliait ses droits & ses injures pour voler sous les étendards des patriciens, & préparer des pompes triomphales à ses tyrans. Dans les temps postérieurs, César & Pompée faisaient déclarer la guerre pour se mettre à la tête des légions, & revenaient asservir leur patrie avec les soldats qu'elle avait armés. Vous n'êtes plus que les soldats de Pompée, & non ceux de Rome, disait Caton aux Romains qui avaient combattu, sous Pompée, pour la cause de la république. La guerre perdit la liberté de Sparte, dès qu'elle porta ses armes loin de ses frontières. La guerre, habilement provoquée & dirigée par un gouvernement perfide, fut l'écueil le plus ordinaire de tous les peuples libres.
    (...)
    « SAMEDI 18 OCTOBRE COLLOQUE A AMIENSCommuniqué du Bureau européen de coordination de la Libre Pensée »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :