• ACCUEIL LP04

     __________________________________________________________________________________________
     
    ACCUEIL LP04              La Libre Pensée est laïque, démocratique et sociale, c'est à dire qu'elle rejette, au nom de la dignité de la personne humaine, ce triple joug: le pouvoir abusif de l'autorité en matière religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique.
     
               
    - Congrès international de Rome de la libre pensée 1904 -
    (sous la présidence de Ferdinand Buisson) 
     
    ____________________________________________________________________
     
    L'Etat chez lui. L'Eglise chez elle"ACCUEIL LP04
     
    Victor Hugo, libre penseur
     
     
    ________________________________________________________
        
    ARISTIDE BRIAND, LIBRE-PENSEUR, RAPPORTEUR DE LA LOI DE 1905 A LA CHAMBRE ACCUEIL LP04

     « Ce que veulent les Libres Penseurs, c’est que vous arrachiez à l’Église, le bouclier officiel derrière lequel elle peut s’abriter contre les efforts de la Pensée Libre ; ce qu’ils ont seulement le droit d’exiger, c’est que l’État les mette face à face avec l’Église pour lutter à armes égales pour pouvoir opposer enfin en combat loyal, la force de la Raison aux brutalités du dogme. »  

    ___________________________________________________________________________________________________________

    ACCUEIL LP04               « Il n'est point de vérité sacrée, c'est à dire interdite à la libre investigation de l'homme ; [...] seule compte la liberté souveraine de l'esprit ».          

       Jean Jaurès, libre penseur                           

     __________________________________________________________________

    "L’État s'arrête où  commence la conscience"ACCUEIL LP04

    Francis de Pressensé

    ____________________ ______________________                                                                                    
     

    ACCUEIL LP04

     
    -Loi du 9 décembre 1905-
    concernant la séparation des Églises et de l’État.
    Article 1: La République assure la liberté de conscience.Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. 
     
    Article 2: La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. 
     

    ___________________________________________________                                                             

     

    MEETING LAÏQUE Ste-TULLE

     Citoyennes, citoyens, TOUS A PARIS LE 5 DECEMBRE 2015! INSCRIVEZ-VOUS!

    REECOUTER LES INTERVENANTS: Meeting laïque 2013 à Sainte-Tulle

     

    ______________________________________________________________________________________________________________

  • – COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

    En direct avec: 

    la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme et la Ligue de l’Enseignement :

    France Culture – 9 décembre 2018

     

    – COMMUNIQUÉ DE PRESSE –  En direct avec la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme et la Ligue de l’Enseignement : France Culture – 9 décembre 2018  NE TOUCHEZ PAS A LA LOI DE 1905

    NE TOUCHEZ PAS A LA LOI DE 1905

    https://www.franceculture.fr/emissions/divers-aspects-de-la-pensee-contemporaine

     

     

    Transcription écrite:– COMMUNIQUÉ DE PRESSE –  En direct avec la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme et la Ligue de l’Enseignement : France Culture – 9 décembre 2018  NE TOUCHEZ PAS A LA LOI DE 1905

    Télécharger « 9 décembre 2018.pdf »

     

    Télécharger « 9 décembre 2018.rtf »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • NON A LA RÉVISION DE LA LOI DE 1905!

    Ce n'est qu'un début! Au moins 88 initiatives et rassemblements auprès des préfectures. Non à la révision de la loi de 1905! Délégation 04 reçue à la préfecture Digne les Bains

    Au moins 88 initiatives et rassemblements unitaires auprès des préfectures

    à l'occasion du 113 ème anniversaire de la loi de 1905!

    Ce n'est qu'un début!

    Quand on remet en cause la loi de 1905, les laïques se mobilisent! 

     photos Claude, Serge

    Ce n'est qu'un début! Au moins 88 initiatives et rassemblements auprès des préfectures. Non à la révision de la loi de 1905! Délégation 04 reçue à la préfecture Digne les Bains 

    Ce n'est qu'un début! Au moins 88 initiatives et rassemblements auprès des préfectures. Non à la révision de la loi de 1905! Délégation 04 reçue à la préfecture Digne les Bains

    Ce n'est qu'un début! Au moins 88 initiatives et rassemblements auprès des préfectures. Non à la révision de la loi de 1905! Délégation 04 reçue à la préfecture Digne les Bains

    Ce n'est qu'un début! Au moins 88 initiatives et rassemblements auprès des préfectures. Non à la révision de la loi de 1905! Délégation 04 reçue à la préfecture Digne les Bains

    LP04, FDDEN04, FCPE04, FO04, FGR04, ADMD04, "Gilets jaunes", partis politiques attachés traditionnellement à la laÏcité  institutionnelle se sont retrouvés devant la préfecture à 18h pour entendre le compte-rendu de la délégation.

     

    La délégation composée de:

             -Libre Pensée 04, Marc Pouyet

             -Fédération 04 des Délégués Départementaux de l'Education Nationale (DDEN), Dominique Guffroy

             -Fédération des comité de parents d'élèves FCPE, François Thouzet

            - Un Élu municipal, ancien Maire de Montlaux, Jean Péméant

             -Libre Pensée 04, Bernard Roger

    a été reçue par M. Christophe Cousin, directeur du cabinet du préfet.

    Après les remerciements d'usage, la délégation a déploré cependant l'avancement à 16h00 au lieu de 18h00 de l'audience qui n'a pas permis à la CGT, la FSU, la LDH, FGR...,notamment, de participer à la délégation.  

    La délégation a fait état de l'inquiétude des défenseurs des la laïcité institutionnelle, suite à la déclaration du chef de l'Etat aux Bernardins à l'invitation des évêques de France, à son absence de réponse à la demande de la Libre pensée de le rencontrer ainsi qu'aux informations alarmantes qui ont filtré dans plusieurs médias nationaux (Le Quotidien, Le Journal du dimanche, Le Monde, Le Figaro, La Croix ... )

    • La seule véritable modification de la loi de 1905 (qui s’apparente au projet actuel du gouvernement), c’est la loi du 25 décembre 1942 *.  Est-ce le modèle mis en œuvre aujourd’hui ? Telles sont nos craintes.  
    • En « labellisant les associations cultuelles», on entre dans une logique concordataire de reconnaissance des cultes. En leur permettant des avantages fiscaux et de posséder des immeubles de rapport, c’est un financement déguisé des religions reconnues. Or, cela est totalement contraire aux deux premiers articles de la loi de 1905. Le gouvernement peut dire qu’il n’y touchera pas, mais en modifiant un tiers de la loi de Séparation sur ces aspects,  il vide la loi de son contenu, ce que n’avait pas osé faire le Régime de Vichy.
    • Le gouvernement indique que ces modifications visent à permettre l’organisation du culte musulman. Or, ce n’est pas à la République d’organiser les cultes. Les cultes appartiennent aux croyants qui doivent s’organiser librement, s’ils le souhaitent, sans ingérence de l’Etat. C’est cela laïcité.

    Le directeur de cabinet n'a pas démenti qu'une révision de la loi de 1905 était projetée par le président de la république. Il a même tenté d'en justifier la nécessité et d'en convaincre les présents.

    En effet, à notre rappel de la déclaration  d'E.Macron devant les évêques de France, au couvent des Bernardins, se proposant de "réparer le lien abîmé entre l'État et l'Eglise" ..., le directeur a nié qu'il s'agissait de la part du chef de l'État de la reconnaissance d'un culte, en infraction à l'article 2 de la loi de 1905, expliquant qu'il s'agissait de l'instauration d'un "dialogue" devenu nécessaire aujourd'hui.

    Le directeur a expliqué que l'Etat, ne serait-ce qu'au niveau des préfectures a besoin de dialoguer avec les cultes.

    Car, quand il s'agit du culte catholique (évêché), juif (consistoire)...on a une adresse ...mais concernant d'autres cultes, en l'occurrence, le culte musulman, nous n'avons pas d'interlocuteurs. De plus les financements de ce culte doivent être contrôlées quant à ses origines étrangères (Algérie, Egypte, Arabie saoudite...)

    La délégation a opposé  les articles 1 et 2, l'esprit et la lettre de la loi de 1905, qui interdisent à l'Etat d'organiser les cultes.  En ce qui concerne le culte musulman, il n'est pas nouveau en France, il n'est pas demandeur d'une modification de la loi de 1905 permettant l'ingérence de l'Etat. Le culte bouddhiste (un million de fidèles, 4 millions de sympathisants) s’est organisé librement en France en s’insérant dans la loi de 1905 et les associations cultuelles. Les pagodes ont été construites sans qu’un euro de fonds publics n’ait été versé pour cela. La loi de 1905 est totalement adaptée pour insérer le culte musulman dans les associations cultuelles, sans qu’il n’y ait besoin de modifier la loi de Séparation. 

    Le directeur ayant avec justesse rappelé les cent ans de paix civile et religieuses dues à la loi de 1905,la délégation a approuvé, évoquant cependant les graves atteintes que constituent notamment la loi Debré de 1959 dont elle réclame plus que jamais l'abrogation (plus de 10 milliards de fonds publics détournés au profit principal de l'école privée catholique), le maintien du concordat religieux napoléonien de 1801 dans les département d'Alsace Moselle qui serait généralisé à tout le territoire par la révision-Macron de la loi de 1905, le nouveau cadeau à l'enseignement privé par l'obligation scolaire dès la maternelle à 3 ans, grevant le budget des communes . La délégation a rappelé que si les cultes ont le droit d'avoir des écoles, elles doivent les financer avec leurs fonds privés et non avec des fonds publics (Etat, département, commune)! 

    La délégation a rappelé que pour les organisations laïques et syndicales, la loi de 1905 se suffit à elle-même pour régler la laïcité en France, qu'il fallait simplement mais absolument l'appliquer!

    La délégation a précisé que ce n'était qu'un début et que si le président de la république persistait dans sa volonté de toucher à la loi de 1905, il trouverait les défenseurs de la laïcité avec leurs organisations en travers de son chemin.

    Le directeur de cabinet à qui la délégation a remis un dossier a déclaré qu'il transmettrait nos questions et doléances au chef de l'Etat.

     

    -Loi du 9 décembre 1905-
    concernant la séparation des Églises et de l’État.
    Article 1: La République assure la liberté de conscience.Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. 
     Article 2: La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. 

    **  Télécharger « Loi Pétain 25 12 1942.doc »

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  A l'occasion du 113ème anniversaire de la loi de 1905!

     

    Non à la révision de la loi de 1905- RASSEMBLEMENT 18h00 devant la préfecture- délégation reçue à 16h00

     

     

    FCPE 04

     Libres penseurs, défenseurs de la laïcité, bonjour.

    La FCPE 04 

    Condamne de toutes ses forces cette attaque brutale de l’un des piliers de nos institutions républicaines et laïques.

    Nous ne pouvons qu’être solidaires de cette action.

    Nous serons avec vous le 07 décembre.

    Fraternellement,

    François Thouzet, président FCPE 04.

     


     LDH Manosque

    SOUTIEN PLEIN ET ENTIER DE LA LDH MANOSQUE
    (Je serai malheureusement empeché d'etre physiquement parmi vous)

     

    Christian CHARLES-FOUILLOUX

     


     

    Révision de la loi de 1905 : l’unité laïque en marche contre.Délégation reçue à la préfecture 04 à 16h et Rassemblement à 18h  le vendredi 07 décembre 04

    Télécharger « DDEN04.doc »


     

    UD-04 FORCE OUVRIERE 

    Télécharger « communiqué FO-04 loi 1905.doc »


     

    FERC-CGT

    Télécharger « 20181121_cp_laicite.pdf »


     

    FNEC-FP-FO

    Télécharger « laïcité-communiqué-la loi de 1905 ne doit pas être modifiée.pdf »

     


     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    NON à la révision de la loi de 1905!

     

    FCPE 04

     Libres penseurs, défenseurs de la laïcité, bonjour.

    La FCPE 04 

    Condamne de toutes ses forces cette attaque brutale de l’un des piliers de nos institutions républicaines et laïques.

    Nous ne pouvons qu’être solidaires de cette action.

    Nous serons avec vous le 07 décembre.

    Fraternellement,

    François Thouzet, président FCPE 04.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Déclaration des Amis d’Hypatie (Grèce - membre de l’AILP)

     

    L’accord récent entre le gouvernement grec et l’Église de Grèce soulève, selon les Amis d’Hypatie, la question  des rapports entre l’Église et l’État dans la situation politique et sociale de  la société grecque d'aujourd'hui.

    En effet la Grèce dispose de 84 évêques pour seulement 54 départements et de 87,7 clercs pour 100.000 habitants (pour mémoire en Espagne 54,4), soit 10238 clercs et cent  dignitaires, qui reçoivent plus de 200 millions d’euros par an au titre de la masse salariale.

    Selon un sondage de Kappa Research en 2015, 61,9 % des Grecs interrogés étaient favorables à une vraie séparation de l'Église et de l'État contre 37,9 % en 2006 ; ce résultat a été corroboré par un autre sondage de l'Institut Pew. Une autre enquête de World Values Survey, en 2018, 23,5 % des jeunes étaient athées ou sans religion.

    C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre la tentative du gouvernement de se pencher sur ses rapports avec l'Église, mais la montagne a accouché d'une souris car aucune des deux parties ne fait concrètement état d'une séparation, on ne parle que de la neutralité de l'État.

    Sur le fond

    a -  les salaires du clergé ne seraient plus assurés au titre de la fonction publique d’État, mais resteraient payés sur le budget de l'État sous forme d'une subvention globale accordée à un organisme spécial, en abandonnant le bas clergé à la merci de chaque évêque. A cette occasion nous avons appris qu'il existe un syndicat des clercs de Grèce depuis 1890 et il menace maintenant le gouvernement de représailles.

    b-  Le  conflit historique entre l'État et l'Église sur l’énorme propriété de l’Église serait bouclé par un accord créant un organisme commun de gestion et d’exploitation dont les revenus seraient partagés 50 /50 : cela suppose que l'État abandonne à perpetuité ses revendications sur des milliers d'hectares de terre et des milliers de biens immobiliers considérés par l'Église comme les siens.

    c-  Ni l’Église ni l'État ne prennent d'engagement concernant la réforme constitutionnelle du préambule de la Constitution qui commence par « Au nom de la Sainte Trinité, consubstantielle et indivisible… » et de l'article 3 qui prévoit que «La religion dominante en Grèce est celle de l'Église orthodoxe orientale du Christ. Elle est autocéphale et administrée par le Saint-Synode».

    En conclusion

    Le gouvernement SYRIZA-ANEL a effectué une mise en scène mediatico-politique visant à conserver les privilèges de l’Église tout en invoquant une prétendue séparation.

    Cet accord se heurte à une multitude d'obstacles juridiques et sociaux.

    Que le Saint-Synode approuve ou non cet accord, la question de la vraie séparation restera confrontée à davantage de difficultés pour être adoptée à l'avenir.

    Cet accord ressemble beaucoup aux déclarations sur la « fin de la crise » du mois d'août 2018, alors que les Grecs ressentent de plus en plus cette crise dans leur vie quotidienne. Tout en prétendant avancer vers la séparation, l’accord resserre les liens entre l'Église et l'État et il renvoie la vraie séparation de cette Église obscurantiste et réactionnaire aux calendes grecques !

    Les Amis d'Hypatie appellent les citoyennes et les citoyens à s'organiser pour revendiquer cette séparation avant …la résurrection des morts.

    A Thessalonique le 13 Novembre 20

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Révision de la loi de 1905 :

    l’unité laïque en marche contre

    Les associations laïques se sont réunies au siège de la Ligue de l’Enseignement le jeudi 22 novembre 2018. La Fédération nationale de la Libre Pensée était naturellement présente.

    Les associations présentes ont élaboré et adopté le communique suivant :

     

    * * *

    Non à la révision de la loi de 1905!

     

    Des projets de révision de la Loi de 1905 seraient à l’étude. S’il s’agit de mieux encadrer des dérives intégristes mettant en cause les principes et valeurs de la République, le titre V de la loi, intitulé Police des cultes fournit l’arsenal juridique suffisant. S’il s’agit de financer les cultes de quelque manière que ce soit, on entrerait alors dans une procédure concordataire que la loi de 1905 avait précisément pour but d’abolir.

    Les Organisations laïques soussignées, réunies le jeudi 22 novembre 2018 à Paris, mettent en garde contre toute modification de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905, quelles qu’en soient les voies. Cette loi est un pilier fondamental de la République. Pour assurer à chaque citoyen la liberté de conscience, elle a instauré un juste équilibre entre la garantie du libre exercice des cultes et la neutralité confessionnelle de l’Etat.

    Les organisations signataires rappellent donc solennellement l’intangibilité des principes solidairement posés par la loi :

    Article 1 La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.

    Article 2 La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

     

    Elles demandent, par-delà les débats inutiles que suscitent ces projets de révision, que soit déjà et complètement appliquée la loi.

     

     Ligue de l'Enseignement

    Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Actives (CEMEA) ,

    Conseil National des Associations Familiales Laïques

    CNAFAL

    Fédération des Conseils de Parents d’Elèves - FCPE

    Fédération Française de l’Ordre Maçonnique Mixte International « Le Droit Humain »

    Fédération Générale des Pupilles de l’Enseignement Public

    Fédération nationale de la Libre Pensée

    Francas

    Fédération Syndicale Unitaire FSU

    Ligue des Droits de l’Homme

    Mouvement Français pour le Planning Familial

    SE UNSA

    SI-EN UNSA Education

    SNPDEN

    Solidarité Laïque      
    Syndicat de l’Education Populaire-UNSA

    Union des Familles Laïques – UFAL

    Union Rationaliste

    UNSA Education

    Débats Laïques 
    Libres Mariannes     

    Révision de la loi de 1905 : l’unité laïque en marche contre.Rassemblement et délégation reçue à la préfecture 04 à 16h le vendredi 07 décembre

    Télécharger « Non à la révision de la loi de 1905.pdf »

      

    Révision de la loi de 1905 : l’unité laïque en marche contre.Délégation reçue à la préfecture 04 à 16h et Rassemblement à 18h  le vendredi 07 décembre 04

    Télécharger « DDEN04.doc »

    UD-04 FORCE OUVRIERE 

    Télécharger « communiqué FO-04 loi 1905.doc »

    FERC-CGT

    Télécharger « 20181121_cp_laicite.pdf »

    FNEC-FP-FO

    Télécharger « laïcité-communiqué-la loi de 1905 ne doit pas être modifiée.pdf »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    A l‘occasion du 70ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la délégation permanente de l’Association Internationale de la Libre Pensée (AILP IAF

    A l‘occasion du 70ème anniversaire de l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la délégation permanente de l’Association Internationale de la Libre Pensée (AILP IAFT) auprès du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU tient à rappeler les faits suivants: 

    Considérant les articles 18 et 19 de la dite Déclaration Universelle,

    «Article 18 : Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion (…)
    Article 19 : Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.»

    .°.

    Au plan international, la Libre Pensée a toujours été extrêmement mobilisée face à toutes les atteintes à la liberté d’opinion et d’expression. A titre d’exemples :
    – au Pakistan, le Dr Younus Shaikh, accusé de blasphème a été condamné à mort en 2001 avant de pouvoir se réfugier en Europe après une campagne internationale de solidarité. Il a passé plus de 3 ans dans le couloir de la mort.
    – Au Nigeria, le militant humaniste et laïque Leo Igwe a plusieurs fois été arrêté et brutalisé par la police pour avoir défendu les personnes accusées de «sorcellerie».
    – Au Pakistan, Asia Bibi, une mère de famille de 45 ans, chrétienne, est le 8 novembre 2010 condamnée à mort par pendaison après avoir été convaincue de blasphème. Et deux hommes politiques qui la soutenaient ont été assassinés pour cela.
    – En Arabie Saoudite, le blogueur Raif Badawi est condamné en deuxième instance en juin 2013 à 7 ans de prison, 600 coups de fouet et 1 million de rials d’amende, pour «insulte à l’Islam».
    – En Inde, Gauri Lankesh, une célèbre journaliste, figure de la lutte du rationalisme contre le système des castes a été assassinée par balles le 6 septembre 2017, par un commando qui s’est présenté à son domicile de Bangalore, capitale du Karnataka.
    – Au Bangla Desh, Shahjahan Bachchu, éditeur âgé de 55 ans et figure rationaliste de la lutte pour la laïcité et la liberté d’expression, a été assassiné par balles le 10 juin 2018, par un commando de motards dans le village de Kakaldi (district de Munshiganj).

    .°.

    La délégation permanente de l’Association Internationale de la Libre Pensée (AILP-IAFT) au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU rappelle :
    – En novembre 2012, à l’initiative du Bureau Européen de coordination de la Libre Pensée (BECLP), 55 associations laïques, humanistes, athées et de Libre Pensée de toute l’Europe s’étaient publiquement adressées à l’Union Européenne qui, par l’intermédiaire de sa Haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Mme Ashton, avait décidé de signer un communiqué avec l’Organisation de la Conférence Islamique, le secrétaire général de la Ligue des Etats arabes et le Président de la Commission de l’Union africaine, communiqué qui disait : “Nous croyons en l’importance de respecter tous les prophètes, quelle que soit la religion à laquelle ils appartiennent.”

    .°.

    La délégation de l’AILP-IAFT se félicite donc
    – de l’abrogation, par referendum le vendredi 26 octobre 2018 et par 64,85 % des voix, de l’article 40.6.1 de la Constitution de la République d’Irlande qui punissait de 25.000 euros d’amende tout outrage fait à la religion en stipulant : «Le fait de rendre public ou de proférer tout propos blasphématoire, séditieux ou indécent est un délit punissable selon la loi»
    Rappelons que cette disposition datant de 1937, avait été confirmée et amplifiée par l’adoption de la loi sur la diffamation entrée en vigueur le 1er janvier 2010.
    Comme le relevait à l’époque Michael Nugent, responsable d’Atheist Ireland et membre du Conseil international de l’AILP-IAFT : “Les lois religieuses médiévales n’ont aucune place dans une république moderne et laïque où les lois devraient protéger les gens et non les idées”.
    – Elle rappelle que ce n’est que le 2 juin 2017 que le Royaume du Danemarkabrogeait le délit de blasphème. L’article 140 du code pénal danois sur le blasphème prévoyait une peine maximum de quatre mois de prison pour « celui qui, publiquement, insulte ou tourne en dérision la doctrine ou le culte d’une communauté religieuse légalement reconnue».
    – Elle relève que ce n’est que le 8 mai 2008 que disparaissait ce «délit», par un amendement à l’initiative du Dr Evan Harris, Membre du Parlement, au projet de loi sur la justice et l’immigration présenté par le gouvernement, adopté par leParlement du Royaume-Uni.
    Après 140 ans de combat inlassable, la National Secular Society, la société de Libre Pensée en Grande-Bretagne, obtenait l’abolition de cette loi moyenâgeuse ainsi décrite par Keith Porteous Wood, directeur exécutif de la NSS et porte parole de l’AILP-IAFT :

    «Le crime et le délit de blasphème existent en Grande-Bretagne et au Pays de Galles depuis plus de 300 ans en tant qu’offense de droit coutumier (c’est-à-dire un crime qui n’a pas été défini par le Parlement et qui ne figure pas dans le Livre des Lois mais qui fut inventé et développé par les juges).»
     

    La délégation AILP tient également à rappeler :

    • qu’une loi de 1930 interdit le blasphème en Norvège.
    • qu’en Islande, la loi existante sur le «blasphème», qui date de 1940 est partie intégrante du Code pénal (Parliament Law n°19/1940-article 125)
    • qu’en Finlande, la section 10, chapitre 17 du Code pénal punit de réclusion quiconque «aura publiquement blasphémé Dieu».
    • que l’article 251 du Code pénal du Portugal de 1995 stipule : “Celui qui raille publiquement ou vilipende un acte de culte religieux sera puni d’un an de prison maximum et d’une amende”.

    .°.

    Pour non exhaustives qu’elles soient, ces législations encore en vigueur, 70 années après l’adoption de la Déclaration Universelle, indiquent dans ambiguïté que si des pas en avant ont été réalisés dans l’obtention pleine et entière des libertés démocratiques, de longs et pénibles efforts seront encore nécessaires avant que la tâche des authentiques défenseurs des Droits de l’Homme ne soit achevée.

    La délégation AILP,
    Besson Philippe – Eyschen Christian – Godicheau Michel – Gozlan David –Laubary-Besson Christine – Lepeix Roger – Midavaine Sylvie

    Paris, le 22 novembre 2018

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    PRISES DE POSITION

    La Libre Pensée 04 aux organisations laïques et syndicales 04  / premières prises de position

     Chers camarades Libres Penseurs, 

        Les DDEN du 04, que je représente ici, ont signé l'appel des Libres Penseurs .

        Ardents défenseurs de la laïcité de l'Ecole Publique et des institutions de notre République Une et Indivisible il va de soi, si je puis dire, que nous serons présents, aux côtés de tous les autres défenseurs de la Loi du 9 décembre 1905, le vendredi 7 décembre à 18h devant la Préfecture des Alpes de Haute-Provence.

         Nous sommes également prêts à participer à la délégation  qui demande à être reçue par le Préfet.

     

    Dominique  Guffroy,

    président de la Fédération Départementale des DDEN 04

     _________________________________________________________________ 

     

    • FERC-CGT

    Télécharger « 20181121_cp_laicite.pdf »

    • FNEC-FP-FO

    Télécharger « laïcité-communiqué-la loi de 1905 ne doit pas être modifiée.pdf »

     

     

    _____________________________________________________________

     

    Libre Pensée 04     

         e mail: lpahp@orange.fr   blog:  http://librepensee04.eklablog.com

      

      

     ____________________________________________________________


    aux organisations laïques et syndicales 04

     

     

    Chers camarades,

      

       La Libre Pensée 04 a d’ores et déjà demandé audience au préfet lors d’un rassemblement prévu le Vendredi 07 décembre 2018 à la préfecture 04 , Délégation sera reçue à 16h .

     

        En effet, le Président de la République a annoncé qu’il entendait au début de l’année 2019 modifier la loi de 1905 sur des aspects financiers et de labellisation de cultes « reconnus ». Selon la presse*, un tiers de la loi (pas moins !) serait concerné. Il s’agirait donc d’une remise en cause en profondeur de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat.

     

        La loi de 1905 repose sur deux principes essentiels que doit mettre en œuvre la République  pour garantir à tous la liberté de conscience :

    -      La non-reconnaissance des cultes

    -      Le non-financement des religions

     

        Or, le projet d’Emmanuel Macron remet précisément en cause ces deux principes essentiels. Par le biais d’une fiscalité dérogatoire, il mettrait, en effet, en place un financement public déguisé des cultes. Serait aussi donné un « label gouvernemental » à certains  cultes reconnus, qui pourraient ainsi bénéficier d’aides financières et matérielles.

     

        Pour tromper l’opinion publique, la communication de l’Elysée proclame que la loi de 1905 a été déjà modifiée et qu’elle n’est pas « sacrée ». Si la loi de 1905 a été modifiée, c’est quasiment toujours pour tenir compte de l’évolution des choses en 113 ans, mais sans jamais remettre en cause les fondements de la loi. Par exemple, l’article 43 sur l’Algérie est considéré comme obsolète et pour cause, d’autres sont devenus caducs de fait, car ils répondaient à des situations ponctuelles. Ces situations ayant changé, les articles concernés ont dû être modifiés.

     

        La seule grande « modification » a été celle opérée le 25 décembre 1942 par le Régime de Vichy qui a modifié le principe de non-financement des cultes. Or, c’est précisément ce que veut faire Emmanuel Macron, en marche ainsi dans les pas de Philippe Pétain.  Car la loi du 9 décembre 1905, stipule de la manière la plus claire : « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte. »

      

        Avec Emmanuel Macron, la République reconnaîtrait certaines religions et les financerait !

     

        Ce n’est donc pas mineur, mais fondamental. On ne fera pas prendre la proie pour l’ombre aux laïques. Les propositions du gouvernement visent le cœur de la  loi de Séparation des Eglises et de l’Etat.

     

        La Libre Pensée a donc décidé de se rendre devant toutes les préfectures dans les départements et régions pour signifier le refus de la France laïque de voir modifier la loi de 1905 à l’occasion de la date anniversaire de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat, les 7, 8 et 9 décembre 2018. Nous rappelons qu’Emmanuel Macron a refusé de recevoir la Libre Pensée sur ce sujet.

     

        La Libre Pensée invite toutes les associations laïques, les syndicats, les partis, les Elus à se mobiliser pour manifester leur opposition au projet gouvernemental. La Libre Pensée ouvre largement aux associations et aux syndicats  la composition de ses délégations auprès des préfets.

     

        La Libre Pensée se déclare prête à s’associer à toute initiative des associations laïques et syndicales  sur le thème :

     

    « Ne touchez pas à la loi de 1905 ! »

      

      

    *http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/11/20/01016-20181120ARTFIG00340-reforme-de-la-loi-de-1905-les-differents-cultes-sur-le-qui-vive.php

     

    *https://www.la-croix.com/Religion/Loi-1905-changerait-reforme-2018-11-09-1200981991

      

      

    Aussi, chers camarades, pouvez-vous sans attendre nous donner réponse sur votre participation à la délégation et au rassemblement du 07 décembre 18 à la préfecture 04.

      

    Avec nos salutations laïques et républicaines.

      

      

                                          Marc Pouyet, pour la Libre Pensée 04

      

     

                                                   lpahp@orange.fr

     

    ________________________________________________________

     

    prises de position:

    • FERC-CGT

    Télécharger « 20181121_cp_laicite.pdf »

    • FNEC-FP-FO

    Télécharger « laïcité-communiqué-la loi de 1905 ne doit pas être modifiée.pdf »

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    L'oeuvre antilaïque de Pétain qui inspire toujours certains aujourd'hui....L'oeuvre antilaïque de Pétain qui inspire toujours certains aujourd'hui....

     

    Le régime de Vichy a dénaturé certaines dispositions de la loi en rendant à nouveau possibles les dons et legs testamentaires ou entre vifs en faveur des congrégations, ainsi que l’attribution d’aides publiques destinées au financement des réparations des édifices cultuels privés construits après le 1er janvier 1906.

    A peine la défaite consommée, l'Eglise et le Maréchal Pétain vont s'attaquer de concert à la Laïcité de l'Ecole et de l'Etat. Un extraordinaire dispositif législatif antilaïque va prendre corps entre 1940 et 1944, dont l'essentiel est encore maintenu de nos jours.

    • 15 Juillet 1940: les cardinaux écrivent à Pétain pour faire rétablir l'enseignement des religions à l'école publique.
    • Octobre 1940: les écoles normales sont supprimées.
    • 6 Décembre 1940: l'Etat Français décide que «les devoirs envers Dieu» seront enseignés à l'école publique.
    • 6 Janvier 1941: est décidé l'enseignement facultatif des religions à l'école.
    • 5 Février 1941: tous les biens mis sous séquestre par la loi de 1905 sont rendus à l'Eglise. Là, où les catholiques n'avaient pas constitué d'association cultuelle pour les gérer, la IIIème République les avait fermées. Ces bâtiments religieux, Pétain les rend à l'Eglise, parmi ces biens immobiliers : la grotte de Lourdes et l'Evêché d'Autun qui fut celui de Talleyrand . Cette loi ne sera pas abrogée à la Libération. L'Eglise redevient une puissance immobilière et le restera.
    • 1941: les évêques écrivent à Pétain pour que soit conclu un nouveau concordat avec le Vatican.
    • 2 Novembre 1941: une loi décide que les écoles privées catholiques seront subventionnées par les fonds publics. Plus tard, les Caisses des Ecoles publiques seront tenues de financer les écoles privées.
    • 8 Avril 1942: une loi abroge la loi de juillet 1904 sur les Congrégations. Celles-ci reviennent en masse en France et y resteront, puisque à la Libération, la loi de 1904 restera abrogée et la loi de Pétain maintenue.
    • 25 Décembre 1942: est votée une loi qui donne la capacité civile et testamentaire aux associations cultuelles ca- tholiques. C'est la loi de 1905 qui l'avait interdite pour empêcher que les prélats continuent de faire le siège des mourants pour arracher des dons à l'Eglise, moyennant un passeport pour «l'au-delà». Cette loi pétainiste ne sera pas abrogée à la Libération. Quand l'Eglise catholique reçoit le denier du culte, des dons et des legs, c'est au nom d'une loi de Vichy.
    • 3 Janvier 1943: une loi décide que tous les frais d'entre- tien des églises seront à la charge des communes. Cette disposition sera abrogée à la libération, mais facilement contournée depuis. A part cette loi, toutes les autres lois seront intégralement maintenues par tous les gouvernements de droite comme de gauche.

     

    L'oeuvre antilaïque de Pétain qui inspire toujours certains aujourd'hui....

     

    Loi n°1114 du 25 décembre 1942, portant modification de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État

    ( Journal officiel de l’Etat français, 2 janvier 1943)

    Nous, Maréchal de France, chef de l’État français.
    Après avis du Conseil d’État ;
    Le conseil des ministres entendu ;

    Décrétons :

    Article 1er

    L’article 19 (§4) de la loi du 9 décembre 1905 est complété par la disposition suivante :
    “ Les associations cultuelles pourront recevoir, dans les conditions déterminées par les articles 5, 7, et 8 de la loi des 4 février 1901- 18 juillet 1941, relative à la tutelle administrative en matière de dons et legs, les libéralités testamentaires et entre vifs destinées à l’accomplissement de leur objet ou grevées de charges pieuses ou cultuelles ”.

    Article 2

    L’article 19 (§6) de la loi du 9 décembre 1905 est modifié ainsi qu’il suit :
    “ Elles ne pourront, sous quelque forme que ce soit, recevoir des subventions de l’État, des départements et des communes. Ne sont pas considérées comme subventions les sommes allouées pour réparations aux édifices affectés au culte public, qu’ils soient ou non classés monuments historiques ”.

    Article 3

    Le présent décret sera publié au Journal officiel de l’Etat français et exécuté comme loi de l’Etat.

    Fait à Vichy, le 25 décembre 1942
    Ph. Pétain

     

    Télécharger « Loi Pétain 25 12 1942.doc »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    bioéthique et Liberté de conscience 
     

    à Niozelles le 14 /11/2018
    Dans le cadre des rencontres  religions /athéisme/libre pensée, organisée par UP-Graines de Savoirs

    La tolérance s'inscrit dans la sphère des faits et non dans celle des idées.
    LP 1866
    On doit respecter la liberté de chacun de penser ce qu'il veut, cela n'impose aucun respect à la croyance et aux dogmes.

     "Avoir l'esprit ouvert n'est pas l'avoir béant à toutes les sottises. 
    Jean Rostand, président de la Libre Pensée française I


      La Libre Pensée était partie prenante du débat qui a suivi l'exposé des points de vue du représentant de la religion catholique, du représentant du culte musulman et de la “ représentante” (à titre personnel) de l'athéisme.  Fidèle au principe énoncé à la Chambre en 1905 par le libre penseur Aristide Briand:  « Ce que veulent les Libres Penseurs, c’est que vous arrachiez à l’Église, le bouclier officiel derrière lequel elle peut s’abriter contre les efforts de la Pensée Libre ; ce qu’ils ont seulement le droit d’exiger, c’est que l’État les mette face à face avec l’Église pour lutter à armes égales pour pouvoir opposer enfin en combat loyal, la force de la Raison aux brutalités du dogme. »    (ARISTIDE BRIAND, LIBRE-PENSEUR, RAPPORTEUR DE LA LOI DE 1905 A LA CHAMBRE) , les libres penseurs présents dans la salle (5) ont pu exprimer des points de vue contradictoires  antidogmatiques.

    En effet, quel moyen plus adéquat que le débat public contradictoire pour dévoiler au grand jour les turpitudes des religions qui ne doivent leur survie artificielle  qu’aux béquilles de l’Etat (loi Debré 1959....etc.)?
     


    LIBERTE DE CONSCIENCE:


    Rappel: Nous sommes sous le régime républicain de séparation des Églises et de l'État.
    La liberté de conscience est garantie par la loi de 1905.
    article 1 : la République assure la liberté de conscience et garantit le libre exercice  des cultes.La religion depuis 1905 est reléguée à la sphère privée.
    La loi de 1905, en séparant les cultes et l'État, a affranchi la République des querelles et considérations métaphysiques, théologiques et dogmatiques des religions. Elle se garde bien d'en discuter car cela n'est pas son objet.

    Alors le CCNE (comité consultatif national d'éthique ), création de F. Mitterrand en 1998, incluant en son sein le point de vue des religions, est-il républicain,  quand bien même y participent des scientifiques ?

    La “représentante” de l'athéisme a affirmé, hélas, que le CCNE est  le cadre obligé pour un consensus entre toutes les obédiences spirituelles et citoyennes.

    Résultat des courses :
    Si 15% des couples sont stériles et doivent obtenir une réponse dans leur légitime ''désir d'enfant'', la recherche sur l'embryon, ne serait-ce que pour améliorer la réussite toujours insuffisante de la pma (procréation médicalement assistée )  reste quasi au point mort, même si elle n'est plus interdite, cependant soumise à  conditions, par l'agence de bioéthique. Sans même parler de la recherche sur les cellules souches qui ferait faire un grand bond en avant à la connaissance et donc au bien-être de l’humanité souffrante.
    Merci l’Eglise romaine! 

     Invoquer “Hiroshima”, pour disqualifier la recherche scientifique et donc justifier la nécessité de l’existence de  comités d'éthique relève  de l'obscurantisme. Tour de passe-passe niant le cadre protecteur républicain, c'est un moyen d’intimider les chercheurs et de museler la recherche. De fait, c’est un soutien au fatras dogmatique et obscurantiste moyenâgeux des religions.   Remarque:
    La recherche sur des embryons de 8 cellules tout au plus, obsède les religieux au nom du commandement emprunté pour l’occasion à la morale humaine et non religieuse : '' tu ne tueras point!" .
    Mais dans le même temps, la recherche militaire, moyen d’exploiter et de tuer des populations, les indiffèrent au plus haut point.

      Il est à noter qu’il n'existe pas de comité d'éthique concernant la recherche militaire qui alimente le commerce des armes florissant et les conflits sans fin.


    Quelques interventions, dans la salle, dirigées contre l'Eglise romaine  indiquent à quel point les Eglises sont disqualifiées, en premier la catholique, y compris chez des croyants, notamment avec les propos réitérés du pape réaffirmant le dogme catholique de l'interdiction de l'avortement contre la volonté des peuples  (Irlande, Argentine....), de même le comportement intolérable de l’Eglise romaine protégeant les prêtres pédophiles, les soustrayant à la justice républicaine, également dans l’affaire des 800  cadavres du couvent de Tuam...
    Quand la République a légiféré imposant 12 semaines de délai pour permettre l'avortement, elle l'a fait pour le bien des citoyennes selon des considérations médicales, en dépit des interdits religieux. Elle n’impose l’avortement à personne. Elle permet le libre choix.

    Lever l'anonymat sur le don de gamètes est notamment plébiscité par l'église catholique. Et pour cause, il y aura moins de donneurs,  restreignant ainsi encore plus la possibilité de recours à la pma.
    Pour l’Eglise romaine, l’embryon est une personne dès la conception.Pour le représentant musulman, il faut attendre 120 jours pour l’homme. Et la femme?...Pour la religion juive c’est différent pour la femme et l’homme...

    Et ce sont de telles considérations qui gouvernent les décisions des CCNE? 

    L’Eglise romaine n’a jamais reconnu le magistère de la République.

    Seuls les principes de la République laïque, une et indivisible doivent guider un CCNE.

     

    Et pourtant, c’est l'Eglise romaine qui, in fine,  oriente ce qu’il faut penser en matière d’éthique.

    Voilà à quoi servent les CCNE :

     Refuser à chacun l’autonomie en tant que personne, citoyenne,  refuser à chacun de disposer de son corps.

     

    Plus que jamais, application et respect stricte de la loi de 1905 !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique