• ACCUEIL LP04

     ACCUEIL LP04              La Libre Pensée est laïque, démocratique et sociale, c'est à dire qu'elle rejette, au nom de la dignité de la personne humaine, ce triple joug: le pouvoir abusif de l'autorité en matière religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique.
               
    - Congrès international de Rome de la libre pensée 1904 -
    (sous la présidence de Ferdinand Buisson) 
     
     
     
     
    ________________________________________________________
        
    ARISTIDE BRIAND, LIBRE-PENSEUR, RAPPORTEUR DE LA LOI DE 1905 A LA CHAMBRE

    ACCUEIL LP04              « Ce que veulent les Libres Penseurs, c’est que vous arrachiez à l’Église, le bouclier officiel derrière lequel elle peut s’abriter contre les efforts de la Pensée Libre ; ce qu’ils ont seulement le droit d’exiger, c’est que l’État les mette face à face avec l’Église pour lutter à armes égales pour pouvoir opposer enfin en combat loyal, la force de la Raison aux brutalités du dogme. » 

    ACCUEIL LP04              ___________________________________________________________________________________________________________

    « Il n'est point de vérité sacrée, c'est à dire interdite à la libre investigation de l'homme ; [...] seule compte la liberté souveraine de l'esprit ».          

      Jean Jaurès, libre penseur                            _____________________________________________________________________________________ACCUEIL LP04

    "L’État s'arrête où  commence la conscience"

    Francis de Pressensé

    __________________________________________                                                                                                  ACCUEIL LP04
    -Loi du 9 décembre 1905-
    concernant la séparation des Églises et de l’État.
    Article 1: La République assure la liberté de conscience.Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. 
    Article 2: La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.  

     ___________________________________________________                                                                    

    ACCUEIL LP04

    ABROGATION DE LA LOI DEBRE !

    Fonds publics à l'école publique! fonds privés à l'école privée!

    BUDGET 2017 du Ministère de l’Education Nationale 

    7 438 684 704  € détournés pour le financement

    de l’enseignement privé 1er et 2nd degrés

    - Dépenses de personnel, de fonctionnement et d’intervention -

    La loi Debré, mère de toutes les lois antilaïques, doit être abrogée !

     

    ___________________________________________________                                                             

    MEETING LAÏQUE Ste-TULLE

     Citoyennes, citoyens, TOUS A PARIS LE 5 DECEMBRE 2015! INSCRIVEZ-VOUS!

    REECOUTER LES INTERVENANTS: Meeting laïque 2013 à Sainte-Tulle

    ________________________________________________________________

    Le corporatisme et le communautarisme viennent de subir un échec

    ACCUEIL LP04              Notre pays vient de connaître un mouvement social d’une ampleur jamais vue dans la dernière période.Il n’est pas dans les attributions de la Libre Pensée de se substituer aux syndicats et aux partis. Par contre, il est dans sa nature de s’exprimer et d’analyser les faits quand la démocratie, la laïcité et la République, notamment sociale, sont mises en cause....

    ACCUEIL LP04

    LIRE LA SUITE DE LA RESOLUTION GENERALE DU CONGRES FNLP AOÛT 2016:

     Télécharger « Résolution générale.doc »

    ___________________________________________________________

    APPEL DES LAÏQUES

    L’Appel des laïques, lancé pour le 9 décembre 2016 à l’occasion du 111e anniversaire de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905, n’a pas vocation à s’arrêter  ce jour-là. Il entend poursuivre le regroupement des partisans de la laïcité autour de principes  essentiels. C’est pourquoi, nous vous appelons à le contresigner et à le faire circuler largement pour recueillir de nouvelles signatures. Il faut amplifier la mobilisation laïque. Les initiateurs de cet Appel proposeront, bien sûr, des suites à cette initiative qui ne peut rester sans lendemain.

     

    APPEL DES LAÏQUES Pour le respect de la laïcité

    Pour soutenir cet Appel des Laïques, nous vous appelons à la contresigner massivement :Pour le respect de la laïcité!  9 décembre 2016, jour anniversaire de la promulgation de la loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat

    ACCUEIL LP04

    ici: SIGNEZ LA PETITION EN LIGNE

     

    Télécharger « APPEL des LAIQUES DECEMBRE2016.pdf »

    ________________________________________________________

  • – COMMUNIQUÉ DE PRESSE  

    – Communiqué de presse FNLP – Les libertés académiques étranglées

    Les libertés académiques étranglées

    Il fut un temps où l’Université était un lieu de débat, de recherche et d’expression libre. Cette liberté est garante de la créativité dans la Recherche et l’Enseignement supérieur. Elle est garantie par le Code de l’éducation qui s’appuie lui-même sur la tradition presque millénaire des franchises universitaires. Elle est de plus en plus restreinte et menacée par ceux-là mêmes qui devraient en être les garants.

     

    Déjà, en mai 2017 nous relevions les menaces politiques contre un colloque en Ile-de-France sur l'« intersectionnalité dans les recherches en éducation ». Etudier, chercher, exposer, c’était déjà, pour ses opposants, prendre parti. Il est satisfaisant de voir que ce colloque n’a pu être interdit.

     

    Cependant, on vient d’apprendre que l’Université de Lyon-2 a annulé un colloque prévu le 14 Octobre et intitulé « Lutter contre l’islamophobie, un enjeu d’égalité ? ». Il s’en est suivi un déchainement médiatique contre sa tenue, orchestré - selon Mediapart - par une coalition allant du Printemps républicain à l'extrême-droite. La Présidence de l’Université a prétexté des raisons de sécurité pour l’annuler...

    – Communiqué de presse FNLP – Les libertés académiques étranglées

     LIRE LE COMMUNIQUE EN ENTIER...

    Télécharger « Les libertés académiques étranglées.pdf »

    _________________________________

    La Libre Pensée prend date et réaffirme :

    Liberté pour la recherche !

    Liberté pour l’enseignement supérieur !

    Liberté d’expression pour les universitaires !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    JULES VALLÈS 

    CONFÉRENCE

    avec Pascal Samouth

    Libre Penseur, syndicaliste

     

    Samedi 28 octobre 2017

    14 h 30 - salle Marius Pascal

    35 avenue du 8 mai 45 à Septémes les Vallons

     

    (250 mètres de l’Arrêt Notre-Dame-Limite des bus 97, 96, B2

    et de la navette Aix-Marseille par RN8) 

     

    On connaît de Jules VALLES l’écrivain talentueux et sa célèbre trilogie : « l’enfant », « le bachelier » et « l’insurgé ».

    Il fut aussi un militant, un homme de conviction, engagé dans la lutte contre le Second Empire dans l’aile la plus radicale du mouvement républicain, puis député de la Commune, représentant l’arrondissement de Belleville.

    Il a côtoyé les fondateurs du mouvement ouvrier dans la lutte, en prison ou en exil et a contribué, à sa manière, à travailler à l’unification socialiste. Le 28 octobre 1883 il fait reparaître son journal « Le Cri du Peuple » où il donne la parole à toutes les tendances de ce mouvement.

    C’est donc à cet aspect particulier de Jules VALLES que s’est intéressé Pascal SAMOUTH, militant syndicaliste au Puy en Velay, la ville qui a vu naître l’auteur réfractaire, qu’il présentera lors de la conférence. 

    Entrée libre et gratuite

    Dans la tradition de la Libre Pensée le débat se conclura par un pot fraternel

    ***   ***   *** 

     

    (NB : la législation nous impose de procéder à un contrôle des sacs à l’entrée de la salle)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • – COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

     

    Chartes de la laïcité

    ou laïcités à la carte ?

     

     

    Nous vivons une époque curieuse à bien des égards. Nous vivons dans un pays qui a des règles constitutionnelles précises  : la République est une, indivisible, laïque et sociale. Les lois sont nationales, s'appliquent selon les mêmes règles sur l'ensemble du territoire et assurent ainsi l’égalité pour tous entre tous.

     

    Pourtant, on assiste à une volonté partagée par la droite et la gauche de casser et d‘émietter le caractère national des droits et de la République...

     

    LIRE LE COMMUNIQUE:

    – COMMUNIQUÉ DE PRESSE FNLP –     Chartes de la laïcité  ou laïcités à la carte ?

    Télécharger « Chartes de la laïcité ou laïcité à la carte.pdf »

     La laïcité est une ou elle n’est pas !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • POUR LA LAÏCITÉ EN EUROPE!

     NON à "l'Europe vaticane"!

     

    Par librepensee04 dans NON à l'Europe vaticane! le 12 Octobre 2017 à 14:16

     

    Ce qu'est  "l'Europe vaticane"

    L'Eglise romaine, aile marchante en Europe de la reconquête du magistère des Eglises sur les Etats, colonise les traités de l'UE.

      

    Ce n'est pas nous qui le disons donc textes à l'appui:

    COMECE

    POUR LA LAÏCITÉ EN EUROPE!

     

    Commission des Episcopats de la Communauté Européenne

    Séminaires de Dialogue sur l'économie sociale de marché

    14 décembre 2012

     

    Vers un modèle européen d’économie sociale de marché ?

    Tel était le thème du séminaire de dialogue organisé par la CEC et la COMECE conjointement avec le Bureau européen des Conseillers de la Commission européenne (BEPA), le 14 décembre 2012 à Bruxelles.

    Par le Traité de Lisbonne, le terme «économie sociale de marché» a été introduit, parmi de nombreux autres objectifs, dans le Traité sur l’Union Européenne. Le modèle de l’économie sociale de marché devient ainsi un des grands objectifs de l’Union dont la réalisation reste toutefois à accomplir. Mais quels sont ses fondements ? Comment européaniser cette économie sociale de marché ? La crise actuelle dans la zone euro et les faiblesses et inégalités structurelles au sein de l’Union Européenne intensifient l’urgence de ce débat.

     

        UNE COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE DE SOLIDARITÉ ET DE RESPONSABILITÉ

    Déclaration des évêques de la COMECE

    "Aujourd’hui, il faut européaniser l’économie sociale de marché pour faire face à la compétition mondiale, pour continuer à offrir une protection sociale efficace aux plus faibles et pour devenir une économie durable au vu des exigences environnementales et climatiques. Nous avons besoin d’une communauté de solidarité et de responsabilité pour donner vie à l’économie sociale de marché dans l’Union européenne. Solidaires et responsables, c’est ainsi que nous, Européens, pourrons maîtriser la grave crise actuelle et continuer ensemble notre chemin pour donner finalement un signe efficace de justice et de paix à tous les hommes dans le monde entier."

     Télécharger la déclaration

      

     ________________________________________________________________________________________________

    L'Europe difficile -folio- 

    Histoire politique de la Communauté européenne folio histoire 

    Bino Olivi,   porte parole de la CE pendant vingt ans.

     

    POUR LA LAÏCITÉ EN EUROPE!POUR LA LAÏCITÉ EN EUROPE!

     

    LE PRINCIPE DE SUBIDIARITE

     

    "Le moment est venu d’affronter l’une des dispo­sitions les plus controversées et les plus délicates du traité sur l’Union, qui a fait l’objet d’examens minutieux et de conflits, entamés durant les négo­ciations et qui se sont poursuivis durant toute l’année 1992. Il s’agit du principe de subsidiarité, qui, nous l’avons vu, figurait déjà dans le projet de traité de l’Union du Parlement européen, et qui est énoncé à l’article 3 B comme suit: «La Commu­nauté agit dans les limites des compétences qui lui sont conférées et des objectifs qui lui sont assignés dans le présent traité. Dans les secteurs qui ne sont pas de sa compétence exclusive la Communauté intervient, selon le principe de subsidiarité, seulement si et dans la mesure où les objectifs de l’action prévue ne peuvent être suffisamment réalisés par les Etats membres et peuvent donc, en raison des dimensions ou des effets de l'action en question, être mieux réalisés au niveau communautaire. L’action de la Communauté ne va pas au-delà de ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs du présent traité.»

    Aucun texte officiel avant celui-ci n’avait énoncé le principe de manière aussi détaillée, en l'élevant au rang de «commandement » sous forme juridique. Il est valable pour l’application de toutes les normes du traité, appartenant à un des trois piliers.

    Historiquement, il s’agit d’un principe éthique affirmé en des temps récents par la doctrine sociale de l’Église (encyclique "Quadragesimo Anno" du pape Pie XI en 1931 et «Mater et Magistra» du pape Jean XXIII en 1961), visant à réguler les rapports de pouvoir entre l’autorité suprême de l'Etat, les secteurs intermédiaires de la société et les familles, ces dernières devant bénéficier d’une autonomie de comportement, conforme aux pres­criptions de l’autorité morale et religieuse de l’Église. L’action de l’État et des secteurs intermédiaires devait donc être considérée comme «subsidiaire» à l’égard des familles, cellules de base de la réalité et de la vie chrétienne. Le concept catholique de «civitas propter cives, non cives propter civitatem» a des origines antiques, et il fut repris par les derniers papes pour déterminer les limites de l’activité étatique moderne et défendre en parti­culier la liberté religieuse et celle de l’Église.

    Dans les systèmes étatiques contemporains, la règle de la subsidiarité est présente, en particulier en Allemagne, où le «Subsidiaritäts Prinzip » jouit désor­mais d’une longue expérience concernant les rapports entre les Lànder et le Bund. Dans les dis­cussions du projet de traité du Parlement européen l’exemple allemand avait joué un rôle important, et la distinction entre compétences « exclusives » et «concourantes» avait été explicitée suivant les lignes des articles 71 et 72 de la Loi fondamentale allemande (Grundgesetz).

    Dans l’article 3 B du traité de Maastricht, que nous avons transcrit plus haut, cette distinction n’est pas aussi claire et elle conserve une certaine ambiguïté qui donnera lieu à des discussions infi­nies, au cours de l’année 1992, après le non danois au référendum. L’ambiguïté concerne, évidem­ment, les compétences concourantes, les compé­tences exclusives étant les seules à être clairement indiquées dans l’article 3, qui énumère par ailleurs les compétences concourantes mais sans les dis­tinguer suffisamment. Ce manque d’ordre et de clarté (qui ne faisaient pas défaut dans le projet Spinelli) permet d’expliquer l’âpreté de la contro­verse dont ce thème fit l’objet.

     

    L'Europe difficile -folio-  Histoire politique de la Communauté européenne folio histoire  Bino Olivi   porte parole de la CE pendant vingt ans.

     __________________________________________________________

    La Commission des épiscopats  de la Communauté européenne

    La Commission des épiscopats de la Communauté européenne (COMECE), a été fondée en 1980 etdispose d'un Secrétariat permanent basé à Bruxelles. Composée d'évêques délégués par chacune des Conférences épis­copales des pays membres de l'Union européenne (UE) - actuellement 24 Conférences épiscopales issues des 27 États membres -, la COMECE s'est vue confier une triple mission: informer l'Église et les chrétiens sur les développements des politiques de l'UE, accompagner la construction européenne par des études et réflexions et mener un dialogue avec les institutions communau­taires. Mais cette présence de l'Église auprès des institu­tions européennes est le résultat d'un long processus.

    L'Église catholique a soutenu dès ses débuts le projet de construction européenne qui était inspiré et orienté par des valeurs centrales pour la doctrine sociale de l'Église: la dignité humaine qui fut ensuite traduite dans les droits de l'homme, la solidarité traduite en politique de cohésion régionale,la subsidiarité transposée dans l'architecture institutionnelle de l'UE,

    Mais, pendant trente ans, le processus de construc­tion européenne a ciblé le marché commun et a prati­quement ignoré la contribution que l'Église pouvait apporter au processus. Deux facteurs ont ensuite changé la donne­

    Avec la chute du Rideau de fer en 1989, Jacques Delors, Président de la Commission européenne à l'épo­que, a lancé l'initiative « une âme pour l'Europe », une réflexion sur le sens et les objectifs de la construction européenne, à laquelle il a invité toutes les «  instances de sens », y compris les Églises et les communautés de foi.

    D'autre part, le projet européen a été peu à peu obligé de faire face au fait religieux dans le cadre des directives et règlements de !'UE, Puis, le droit primaire de l'UE a dû prendre en compte et reconnaître l'existence des Églises et religions comme élément intégral des pays membres- Aujourd'hui, l'article 17 du futur Traité sur le Fonctionnement de l'UE (mis en place par le Traité deLisbonne) prévoit que l'UE reconnaisse la relation Église­-État qui existe dans les États membres et qu'elle mène un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les Églises, compte tenu de leur spécificité. Même si l'article 17 n'est pas encore entré en vigueur, cette pratique de dialogue est déjà appliquée entre la COMECE, le Parlement euro­péen et la Commission ces dernières années.

    Ce dialogue n'est pas simplemen1ïformel. Il est basé sur un intérêt réel des institutions européennes. Les insti­tutions européennes ont en fait reconnu dans les Églises des relais d'opinion pour promouvoir le projet euro­péen, mais aussi des représentantes de citoyens, qui, au nom de leur foi, sont particulièrement engagés dans la société, La Commission européenne consulte fa société civile avant d'élaborer tout projet législatif. Or, l'Église, qui gère de nombreux services sociaux (hôpitaux, mai­sons de retraite), caritatifs ou d'accueil de migrants, dis­pose d'une expérience de terrain précieuse et recherchée par le législateur européen,

    Ensuite, face à la technicité toujours plus forte de la législation, le législateur perd aussi parfois le sens géné­rai du projet européen, En rappelant les valeurs fonda­trices qui devraient guider l'action politique,l'Église agit comme une boussole et parfois comme garde-fou face à des projets parfois contre-productifs.

    Enfin, beaucoup de chrétiens travaillent dans les institutions européennes, particulièrement des jeunes. Leur travail quotidien à la Commission européenne, au Parlement européen ou au Conseil est guidé par leur foi et leur désir de servir le bien commun. Mais il leur est parfois difficile de garder le sens de leur engagement dans un contexte hiérarchique lourd ou dans un contexte politique parfois hostile aux croyants, Ils trouvent dans la COMECE un soutien, une expertise, un conseil utile.

    Johanna Touzel, Porte-parole de la COMECE

    __________________________________________________

    LE TRAITE DE LISBONNE:

    Article 17c. L'Union respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les églises et les associations ou communautés religieuses dans les États membres.

    1. L'Union respecte également le statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les
      organisations philosophiques et non confessionnelles.
       
    2. Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l'Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations.

     

     _____________________________________________________________

    9 décembre 1955

    Adoption du drapeau européen

    Le 9 décembre 1955, le comité des ministres du Conseil de l'Europe adopte officiellement le drapeau européen :

     «Sur le fond bleu du ciel, les étoiles forment un cercle en signe d'union. Elles sont au nombre invariable de douze, symbole de la perfection et de la plénitude, qui évoque aussi bien les apôtres que les fils de Jacob, les travaux d'Hercule, les mois de l'année»

    Le Conseil de l'Europe siège à Strasbourg, au Palais de l'Europe. C'est une assemblée née en 1949 en vue de promouvoir sur le continent les droits de l'homme. Il n'a qu'une autorité morale et aucun pouvoir politique. En son sein sont représentés la plupart des pays européens (46 membres aujourd'hui).

    Des symboles rassembleurs

    Dès sa création, le Conseil a souhaité donner à l'Europe des symboles auquels les peuples puissent s'identifier. Après cinq ans de recherches et de tentatives avortées, le 25 octobre 1955, l'assemblée parlementaire choisit à l'unanimité un emblème d'azur portant une couronne de douze étoiles d'or.

    L'emblème a été conçu par l'Autrichien Arsène Heitz, modeste fonctionnaire, artiste à ses heures et... fervent catholique. Selon ses dires, il s'est inspiré de la médaille miraculeuse de la rue du Bac (Paris). Celle-ci représente la Vierge avec la corona stellarum duodecim ou couronne de 12 étoiles qu'évoque l'Apocalypse de Saint Jean(«Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles», Apocalypse 12,1). Il lui a ajouté un fond bleu de la couleur traditionnelle du manteau de la Vierge.

    Pour maints dirigeants chrétiens-démocrates à l'origine de la construction européenne, cette inspiration est bienvenue. Ne place-t-elle pas d'une certaine manière l'Europe sous la protection de la mère de Jésus-Christ ? Par un singulier hasard, le texte portant adoption du drapeau est d'ailleurs signé le 8 décembre 1955, fête de l'Immaculée Conception...

    L'emblème européen est inauguré solennellement le 13 décembre de la même année à Paris. En 1983 enfin, le Parlement européen adopte le drapeau créé par le Conseil de l'Europe et préconise qu'il devienne également l'emblème de la Communauté Européenne. C'est ainsi que depuis lors, il préside à toutes les manifestations européennes.

    Schiller et Beethoven réquisitionnés!

    En 1971, le Conseil de l'Europe complète son travail en proposant aussi l'adoption du Prélude à l'Ode à la Joie, de la 9ème Symphonie de Beethoven comme hymne européen. Le chef d'orchestre Herbert von Karajan en prépare l'arrangement musical. L'hymne est adopté par la Communauté Européenne en 1986, devenant ainsi un autre emblème commun à l'ensemble des Européens.

    Le texte de Schiller mis en musique par Beethoven portait l'intitulé: Hymne à la liberté!    

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Fédération nationale

    de la Libre Pensée informe : 

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    DES FÉDÉRATIONS AUVERGNE-RHÔNE-ALPES DE LA LIBRE PENSÉE

     

    Laurent Wauquiez

     grand argentier admiratif et inconditionnel

    de l’enseignement privé!

    Du jamais vu !

    Laurent Wauquiez , grand argentier admiratif et inconditionnel de l’enseignement privé! Du jamais vu !

      

    Monsieur Laurent Wauquiez est Président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes. Entre deux génuflexions, l’installation une crèche catholique dans le bâtiment de la Région et un voyage pour voir le pape à Rome avec Gérard Collomb (aujourd’hui Ministre de l’Intérieur du gouvernement Macron/Philippe), il se présente comme un « grand laïque ». A la façon de Marine Le Pen, de Manuels Valls et de tant d’autres supplétifs de l’Eglise catholique (ouverts ou cachés) qui ne parlent de laïcité que lorsqu’il s‘agit de l’Islam et qui ont les yeux de Chimène pour « l’Occident chrétien ».

     

    Monsieur Wauquiez est un « laïc » (religieux sans soutane) qui « ne fait plus de distinction entre l’Ecole publique et l’école privée » (Dauphiné libéré du 3 octobre 2017). 

    LIRE L'ARTICLE INTEGRAL:

    Télécharger « Laurent Wauquiez grand argentier de l'enseignement privé.pdf »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un article important de "ORIENT XXI": Comment les femmes des pays musulmans luttent-elles aujourd’hui pour leurs droits ?

     

    http://orientxxi.info/

    Comment les femmes des pays musulmans luttent-elles aujourd’hui pour leurs droits ?

    ​En 1979 une Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (Cedaw) a été votée par l’Assemblée générale de l’ONU. Elle consiste simplement à appliquer aux femmes les principes énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cette convention a été adoptée progressivement par tous les pays membres de l’ONU, à l’exception des îles Tonga, du Vatican, de l’Iran, de la Somalie et du Soudan. Trois des cinq pays qui ont refusé de ratifier la Cedaw sont donc des pays musulmans. Mais beaucoup d’autres États musulmans, dont les Etats arabes du Golfe, l’ont fait, c’est à dire qu’ils se sont, en principe, engagés, à inscrire l’égalité hommes-femmes dans leur législation.

    ​Cependant, dans ces pays, comme dans la plupart des régions du monde, il y a une distance considérable entre l’énoncé de principes et leur mise en application...

     

    LIRE LA SUITE...

    Un article important de "ORIENT XXI": Comment les femmes des pays musulmans luttent-elles aujourd’hui pour leurs droits ?

    http://orientxxi.info/va-comprendre/comment-les-femmes-des-pays-musulmans-luttent-elles-aujourd-hui-pour-leurs,1982

    _______________________________________________

    LIRE AUSSI:

    Télécharger « Rhabillons les Femen.doc »

    et

    Télécharger « Cette étrange obsession française pour le voile.doc »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ème Congrès de l’AILP :  Une communication importante  sur les enjeux autour des vêtements des femmes

    7ème Congrès de l’AILP :

    Une communication importante  sur les enjeux

    autour des vêtements des femmes

     Faute de temps lors du Congrès de l’Association internationale de la Libre Pensée, la communication d’Hansi Brémond n’a pu être prononcée. Aussi, vous la trouverez ci-dessous à télécharger.

     

    Pour visualiser, l’intervention de madame la Ministre Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, au Congrès de l’AILP : https://youtu.be/WvKHhRFIie4

     

    Les Actes du Congrès en trois langues (français, espagnol, anglais) seront bientôt disponibles.

     

     

     

    Paris, le 28 septembre 2017

    ème Congrès de l’AILP :  Une communication importante  sur les enjeux autour des vêtements des femmes

    Télécharger « Communiqué 28 septembre 2017.pdf »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Gestionnaire de la Bibliothèque d'Entraide et Solidarité

     

    204, rue du Château des Rentiers 75013 Paris

     e-mail : irelp@laposte.net

     

    La Lettre d'Information de l'IRELP

     

    27 septembre 2017

     

     

    Colloque International de l'IRELP

     

     

    du 21 septembre 2017

     



    Le Colloque International de l’IRELP « Libre Pensée et Libres Penseurs Hier et aujourd’hui »
    s’est tenu le 21 septembre 2017 en présence de 110 participants.

     

     

     

    Il s’est tenu sous la Présidence de Jean-Marc Schiappa, Président de l’IRELP ; Co-présidente Mme Faouzia Farida Charfi, Professeur de physique à l’Université de Tunis (Tunisie), ancienne Ministre. 

      •  La christianisation, fin de la liberté de pensée » par Jean-Marc Narbonne (Université de Laval Canada) 
      •  « Sylvain Maréchal, un libre penseur dans la Révolution » par Serge Bianchi (Professeur émérite Université Rennes II) 
      •  « La Commune de Paris essaime la Libre Pensée à travers le monde » par Pierre Roy (Historien, IRELP)

     

    La séance de l’après-midi été co-présidée par Babacar Diop Buuba professeur à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal) 

     

     

      •  « La Libre Pensée et le Mouvement ouvrier » par Serge Sebban (Historien, CERMTRI) 
      •  « La Libre Pensée et la Théologie de la Libération » par Fernando Lozada (Argentine) 
      •  « Problèmes actuels de la laïcité en France » par Philippe Portier (Professeur Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris) 
      •  « La Reconquête catholique en Europe de l’Est » par Nina Sankari (Association Kazimir Leszczynski, Pologne)
      •  Conclusion : « La Libre Pensée organisée au XXIe siècle » par David Gozlan, secrétaire général de la Libre Pensée.

     

    Notre succès a été important et nous remercions tous ceux qui ont contribué à cela.

     Rançon du succès : les frais, notamment de voyage et d’impression, ont été plus élevés que prévus et nous appelons au soutien (adhésions etc).

     Les Actes sont en cours de collecte, sachant que les inscrits au colloque bénéficieront d’un prix de souscription volontairement bas.





    Adhérer à l'IRELP 

     

    Site de l'IRELP

     

     

     

    I r e l p
    _______________________________________________________
    Institut de Recherches et d'Etudes de la Libre Pensée
    Gestionnaire de la Bibliothèque de «Entraide et Solidarité»
    204, rue du Château des Rentiers 75013 Paris
    irelp@laposte.net

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Déclaration du Conseil international de l’AILP/IAFT

     

    « Violences et religions »

    A l’occasion de récents évènements tragiques à Paris, Bruxelles, Londres, Barcelone, Cambrils, Charlottesville, Sorgout, Turku, Bangalore ; le Conseil international de l’Association internationale de la Libre Pensée tient à rappeler ses positions historiques et traditionnelles :

    • Toute religion monothéiste et leurs appareils portent en eux-mêmes la violence de la vérité révélée, du dogme, de la guerre sainte, des croisades et du djihad.
    • Les sanglants actes terroristes commis, des USA à la Russie, de la France à l’Espagne, de la Finlande à la Belgique en passant par l’Angleterre, sont les démonstrations sanglantes du caractère violent et barbare des religions monothéistes.

    L’AILP/IAFT condamne tous ces actes odieux et refuse la logique des  théories qui programment à terme un affrontement généralisé à l’échelle de la planète entre les différentes cultures et religions, avec des massacres gigantesques à la clé. Ces théories visent à promouvoir l’Occident chrétien comme le « rempart de la civilisation ».

    L’AILP/IAFT rappelle que les victimes (morts et blessés) de ces crimes se comptent par milliers et que les assassins sont issus de toutes les religions. Aucune n’a l’exclusivité de la barbarie. Les victimes les plus nombreuses des actes barbares djihadistes sont de loin les musulmans eux-mêmes.

    Compte tenu de sa détermination à lutter résolument contre toute forme de dogmatisme et d’obscurantisme religieux, l’AILP reconnaît les faits suivants :

    1. L’Islam politique est une idéologie et un mouvement politico-religieux international obscurantiste, anti-laïque, liberticide, théocratique, prosélyte et totalitaire. Il est une forme intégriste de l’Islam. À l’échelle planétaire, ce mouvement est au moins aussi dangereux que les plus fanatiques de tout autre intégrisme religieux, y compris les intégrismes chrétiens.
    2. L’Islam politique a divers moyens de se promouvoir et de se répandre, le plus spectaculaire de ces moyens étant le terrorisme. Toutefois, ce dernier n’est que la pointe de l’iceberg, car l’islamisme dispose de toute une gamme de moyens de propagande, allant jusqu’aux plus banals et quotidiens, comme la normalisation de plusieurs pratiques islamiques dans les espaces publics, débordant ainsi le cadre privé dans lequel la pratique religieuse devrait être cantonnée.
    3. Il est nécessaire d’interdire le port de ces voiles dans les institutions de l’État et dans les Ecoles publiques.

    Ainsi, l’AILP dénonce l’islamisme, comme elle dénonce et combat tous les intégrismes religieux,  et déclare sa volonté de lutter assidûment contre ce mouvement liberticide en analysant son idéologie et ses divers moyens de propagande et en proposant des mesures pour y faire face.

     

    L’AILP/IAFT réaffirme que le respect de la liberté de conscience est une revendication démocratique essentielle à mettre en œuvre partout sur tous les continents, notamment par l’avènement plein et entier de la Séparation des Eglises et de l’Etat. La loi doit être la même pour tous au nom du principe d’Egalité des êtres humains.

     

    Association démocratique et laïque, l’AILP/IAFTconsidère que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est aussi une revendication démocratique essentielle.

    La négation de ces deux revendications, notamment, est source de conflits et d ‘affrontements qui ne peuvent déboucher que sur des guerres et des actes barbares où l’Humain est toujours la première et la dernière victime.

     

    Comme l’indiquait le Congrès de Rome de 1904 de la Libre Pensée internationale, les Etats doivent être « démocratiques, laïques, et sociaux ». Telle est la seule voie pacifique pour l’émancipation des peuples.

    Paris, le 24 septembre 2017

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Discours d’ouverture de Christian Eyschen

    du 7ème Congrès de l’Association internationale

    de la Libre Pensée

    Chers amis,

    Chers camarades,

    Il me revient le redoutable privilège d’ouvrir ce 7ème Congrès de l’Association internationale de la Libre Pensée.

    Tout d’abord, je voudrais tous vous remercier d’être présents, venus parfois de si loin, venus de tous les continents pour participer à ce grand moment de fraternité dans la Libre Pensée.

    Bienvenue à Paris, ville lumière, ville des Lumières. La lumière, c’est bien sûr celle de la Tour Eiffel que vous avez trouvé, sous un format réduit dans votre sacoche du Congrès. C’est un peu de Paris que vous ramènerez chez vous. Ce monument qui fut construit pour le temps d’une exposition universelle de 1889, dure depuis 128 ans et est devenue le symbole de Paris et plus largement de la France.

    Construite par des mains d’ouvriers, elle est un symbole laïque du génie humain et est presqu’autant visitée que la cathédrale Notre-Dame de Paris qui a été aussi construite avec la sueur et le talent d’autres ouvriers à une autre époque.

    Bernard de Castera dans son ouvrage sur le compagnonnage disait : « Ce qui nous reste des civilisations disparues, c’est ce qu’elles ont fait : les monuments que les peuples ont bâti, les statues que les tailleurs de pierre ont sculptées, les poteries que les mains ont façonnées. En un mot, ce qui nous reste, c’est le travail des ouvriers; et nous devinons les pensées invisibles des peuples à travers les œuvres visibles que nous a léguées l’activité de leurs mains.

    Ce qui nous reste, ce sont aussi les outils, à partir desquels nous pouvons retracer l’activité et le mode de vie des hommes, leur culture, en un mot. Car la culture des hommes est d’abord celle de leur activité ouvrière - inséparable, d’ailleurs, de l’activité sacrée qui se déploie autour des étapes marquantes de la vie humaine : naissance, puberté, mariage, et bien sûr, la mort. L’activité ouvrière depuis les origines est inséparable du sacré. La culture ouvrière est une culture sacrée...

    La Charte des Compagnons du devoir donne pour l’initiation les étapes suivantes : « Par la conscience du métier, le Compagnonnage mène à celle de l’homme, et par la conscience de l’homme, à celle de la Cité. Du chef d’œuvre, il atteint à la notion d’élite, et de la notion d’élite, celle d’ordre civique. »

    Paris est aussi ville des Lumières. Il suffit de se promener pour le voir. Il y aura en marge de ce congrès deux promenades éducatives, l’une sur les traces de Thomas Payne grâce au talent de notre amie Margaret Downey venus tout exprès des USA pour cela et une autre dans le Montmartre laïque avec notre camarade Jean-Marc Schiappa, Président de l’Institut de Recherche et d’Etude sur la Libre Pensée.

    Il suffit de se promener à Paris pour y découvrir les statues de Diderot, Voltaire, Thomas Jefferson, Condorcet, Benjamin Franklin, par exemple. Vous marcherez sur les traces d’Helvétius, Etienne Dolet, Michel Servet, Maximilien Robespierre. 

    Paris a toujours été une ville de révolte et de progrès, du Moyen Âge à la Révolution française, de 1848 à la Commune de Paris. C’est la ville ou fut votée les grandes lois de la République et nos chères lois laïques instituant l’Ecole publique laïque et la Séparation des Eglises et de l’Etat.

    C’est aussi la ville de l’union du mouvement démocratique et du mouvement ouvrier, arrachant une à une les conquêtes sociales. A l’heure où les tenants de la finance et de l’exploitation entendent faire tourner la roue de l’Histoire à l’envers, le pavé parisien résonne encore et résonnera de plus en plus de la colère du Paris populaire.

    C’est donc un honneur pour Paris de recevoir le 7éme Congrès de l’AILP. Que de chemin parcouru depuis Oslo le 10 août 2011 où nous avons constitué l’Association internationale de la Libre Pensée ! Oslo, Mar del Plata, Conception,  Montevido, Londres, Quito et maintenant Paris.

    L’Association internationale de la Libre Pensée est devenue une véritable Internationale de la Libre Pensée, s’appuyant sur tout l’héritage de nos ainés et des Internationales précédentes.

    Notre Association internationale s’inscrit dans la continuité de toutes les Internationales de la Libre Pensée qui ont existé depuis 1880. La Libre Pensée, comme la laïcité,  est nationale dans sa forme et internationale dans son contenu. Elle vit dans la conscience de toutes celles et de tous ceux qui veulent conduire leur propre destinée sans se soumettre à une quelconque volonté divine, qui n’est toujours  que le masque de l’oppression.

    A travers l’Histoire, et à cause des vicissitudes de l’Histoire, il y a eu plusieurs Internationales de la Libre Pensée qui se sont succédé dans le temps et parfois concurrencées dans le même temps. Le chemin de la conscience humaine pour se libérer n’a jamais été un long fleuve tranquille.

    L’Histoire amène toujours tout le monde à se positionner face aux événements et aux tâches que celle-ci pose comme dans un grand livre ouvert devant l’Humanité. C’est à elle, et à elle seule, de remplir les pages de sa destinée : l’émancipation de l’Humanité sera l’œuvre de l’Humanité elle-même. Il ne saurait y avoir de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun.

    Face à des évènements considérables, les libres penseurs des différents pays ont pu apporter des réponses parfois différentes, mais toujours axées sur la pleine et entière liberté de conscience à conquérir ou à préserver.

    L’Histoire internationale de la Libre Pensée est, comme la vie de chacun, faite de rencontres et de séparations, car, fort heureusement, tout le monde ne pense pas la même chose. Mais il existe un socle commun à tous et de tout temps : la volonté de voir le monde débarrassé du cléricalisme, de la religion et de l’oppression. En un mot comme en cent, ce qui fonde l’action des libres penseurs, c’est la liberté qui guide les peuples sur le chemin de leur émancipation.

     

     

    Une leçon peut être tirée de tous ces événements : la division et la séparation viennent toujours quand on introduit des éléments extérieurs au sein de la Libre Pensée afin d’y faire des clivages pour des raisons qui trouvent leur origine dans des éléments étrangers à la Libre Pensée.

    Si l’on s’écarte des principes généraux de la Libre Pensée, qui se veut « sociale, démocratique et laïque » comme l’a affirmé le grand Congrès international de Rome en 1904, prélude au vote de la loi française de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905, si on ne se tient  pas à égale distance de toutes les religions et de toutes les oppressions, alors est introduit le germe de la discorde.

    La Libre Pensée considère que toutes les religions, du judaïsme en passant par le christianisme et l’hindouisme jusqu’à l’Islam, sont des fauteurs de guerre, de réaction, de barbarie et de recul de la civilisation. Elle ne fait aucune distinction dans son refus de l’intolérance et du dogmatisme. Il suffit de voir la dramatique actualité des attentats et des assassinats sur tous les continents. La religion tue, les religions tuent et nous les considérons toujours comme les pires obstacles à l’émancipation humaine.

    Au cours de ce congrès nous débattrons l’état des trois campagnes de l’AILP sur les crimes des Eglises, le financement public des religions et le combat pour la Séparation des Eglises et de l’Etat. Nous étudierons aussi l’action pour l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, le droit de mourir dans la dignité et pour la défense de la science.

    A l’heure où de la Turquie musulmane à la Pologne catholique en passant par des Etats protestants des USA, il semble que Darwin et son enseignement doivent devenir à nouveau des proscrits, il est plus que nécessaire que les libres penseurs s’unissent et ne se laissent pas diviser par des querelles subalternes. C’est notre responsabilité devant la conscience humaine.

    C’est pourquoi l’AILP ne peut que se féliciter de l’existence de la Déclaration internationaled’associations de tous les pays belligérants de la Première Guerre mondiale pour la réhabilitation des milliers de Fusillés pour l’exemple. De nombreuses organisations de Libre Pensée ont contresigné cette Déclaration, qui honore la conscience humaine, celle que ne pliera jamais sous le boisseau de la barbarie et de l’horreur de la guerre.

    Il est aussi significatif à cet égard que notre Appel international pour le non-financement public des religions, lancé à Montevideo, ait reçu aussi les signatures de près d’une centaine d’associations de tous les continents. L’aspiration à la Séparation des religions et des Etats est une aspiration universelle.

    Pour terminer, je voudrais remercier tous les intervenants pour le travail qu’ils vont fournir dans ces trois jours intensifs de Congrès. Je remercie aussi vivement tous les représentants des associations internationales, représentant toutes les sensibilités du monde laïque, libre penseur, humaniste, athée,  et des sceptiques, rationalistes et a-dogmatiques, qui sont présents et qui vont prendre la parole.

    Incontestablement, quelque chose va naître à Paris et qui comptera pour longtemps.

    Je déclare ouvert les travaux du 7ème Congrès de l’Association internationale de la Libre Pensée.

    Bons travaux à tous.

    Christian Eyschen, Porte-parole de l’AILP

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique