• Lettre à Madame le Maire de Digne et compte-rendu de délégation du 04 06 15 reçue par le chef de cabinet

    Télécharger « Lettre à Mme le Maire de Digne Laïcité.pdf »

    Lettre à Madame le Maire de Digne 

    Lettre à Madame le Maire de Digne

     

                                  
     

                                   et

     

     

     

     LIBRE PENSEE 04                                                                                         Droits & Liberté 

    ___________________________________________________________________________ 

    à 

    Madame le Maire de Digne les Bains 

     

    Objet : Présence es qualité de la première magistrate de la commune de Digne les Bains à la cérémonie religieuse de nomination du nouvel évêque du diocèse et respect de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat.

     

                        Madame le Maire,

     

         La Libre Pensée des Alpes de Haute Provence et Droits & Libertés ont pris l’initiative de ce courrier suite à la relation dans la presse départementale de la cérémonie de nomination du nouvel évêque du diocèse le 17 janvier dernier où « De nombreux élus, personnalités civiles, et militaires, et religieuses bien sûr,  étaient présentes, dont le préfet Patricia Willaert, et le maire de Digne, Patricia Granet Brunello. » [HPI du 18 janvier 2015]

         Notre étonnement prend un relief particulier après la tenue à Digne du meeting laïque départemental à l’initiative de la Ligue de l’enseignement en présence de Monsieur Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, à l’occasion duquel vous déclariez à très juste titre que la laïcité n’est « ni de l’athéisme ni d’une nouvelle religion mais un principe de fonctionnement de la Cité  ».

         Vous ajoutiez :

    « La laïcité n’est pas négociable ; je souhaite que le débat de ce soir soit à la hauteur des enjeux, qu’il se déroule dans le respect de nos principes républicains»[La Marseillaise du 20/10/ 2014] 

         Madame le Maire, le respect de nos principes républicains n’inclut-il point le respect de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat notamment dans ses deux premiers articles : 

    Article 1 La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes.

    Article 2 La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.?

         Madame le Maire, si la laïcité n’est pas négociable dans vos paroles, le serait-elle dans vos actes par votre participation à cette cérémonie d’un culte au titre de maire de la commune de Digne ?

         Comment comprendre ?

         Aujourd’hui, il est de bon ton de se dire laïque.

         Mais la laïcité est défigurée dans de nombreux médias et discours politiques  peu au fait de la loi et des principes de la république, présentée par certains même comme un principe liberticide, bafouée de plus en plus souvent au nom de la « liberté religieuse » prenant le pas sur la liberté de conscience, excluant de la Cité les citoyens qui n’ont aucune religion ou qui ont une religion différente.

         Madame le Maire, nous faisons volontiers nôtres vos paroles : « La laïcité n’est pas négociable ». 

         La loi de 1905 doit être respectée.

         Mais qui, sinon les élus de la république se doivent, les premiers, de montrer l’exemple en la matière ? 

         Madame le Maire, nous souhaiterions en discuter avec vous.

         Veuillez agréer, Madame le Maire, nos salutations laïques.

     

         Le 25 janvier 2015 

       

    ______________________________________________________________________________

    http://www.hauteprovenceinfo.com/article-5430-trois-mille-personnes-pour-accueillir-monseigneur-nault-eveque-digne.html

     __________________________________________________________________________________

    Comte-rendu de la délégation reçue

    par le chef de cabinet de la mairie de Digne le 04 juin 201

    La délégation a remercié le chef de cabinet de recevoir notre délégation composée de Pascale, Christian, Anne-Marie, Hervé et Marc. 

     Mais elle a déploré à plusieurs reprises de ne pouvoir s'entretenir avec la maire en personne. 

     

    La délégation a présenté la Libre Pensée, à l'origine de la loi de 1905 avec le radical socialiste Ferdinand Buisson, les socialistes Briand et Jaurès, ce dernier à la chambre expliquant que c’est une  loi de liberté et de paix!

    La délégation a rappelé l'objet de sa demande: participation  du maire es-qualité à la cérémonie religieuse d'intronisation du nouvel évêque en infraction avec les articles 1 et 2 de la loi de 1905. Autant la Libre Pensée a approuvé les propos de la maire au meeting Ligue de l’Enseignement –Bianco : la laïcité n’est « ni de l’athéisme ni d’une nouvelle religion mais un principe de fonctionnement de la Cité  »« La laïcité n’est pas négociable ; je souhaite que le débat de ce soir soit à la hauteur des enjeux, qu’il se déroule dans le respect de nos principes républicains»[La Marseillaise du 20/10/ 2014] 

    Propos conformes à la laïcité institutionnelle que défend la Libre Pensée.

     Autant  dans la pratique, la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat est enfreinte par la maire dans ses deux premiers articles :

                     Article 1 La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes. 

                    Article 2 La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.? 

    La République ne reconnaît que des citoyens égaux en droit, elle ne doit donc reconnaître aucun culte, sinon il y a  discrimination contre l’égalité de traitement de tous. La maire en se rendant à une cérémonie religieuse reconnaît un culte et engage tous les citoyens qu’elle représente de par sa fonction, contre la liberté de conscience de tous. 

     

    Le directeur de cabinet a répondu que : 

    -La maire trouvait normal de répondre à une invitation d'un culte et le ferait d'ailleurs pour tous les cultes. Il précise cependant que sa présence à la messe ne remettait pas en cause ses convictions précédemment exposées. 

    -Après les évènements de janvier, la maire a rencontré, à leur demande des représentants de la communauté musulmane qui exprimaient leur peur et cherchaient un soutien auprès du Maire. 

     -Il y a un ministre de l’intérieur et des cultes...dont acte pour la mairie... 

     

    La délégation a répondu que : 

    -rencontrer des citoyens, quand bien même membres d'un culte particulier,  en demande de sécurité, était une chose bien normale pour le maire chargé de la sécurité de tous les citoyens de sa commune. Mais pour autant, cela n'avait rien à voir avec la participation officielle à une cérémonie religieuse.

    Quant au ministère …des  cultes, il avait été supprimé en ce qui concerne les cultes par la loi de 1905. De tous les représentants de la République, le ministre de l’intérieur et des cultes est le seul à avoir cette prérogative. Un maire ne l’a pas. 

    Le chef de cabinet a cru bon de prendre l’exemple de la « chapelle ardente » après le crash de l'A220: la maire était sur les lieux et les différents cultes étaient représentés, y compris pour les japonais…Un culte cependant a été plus démonstratif  que les autres...(inutile de préciser de quel culte il s'agit!) 

    La délégation : Et les athées et autres ? 

    Le chef de cabinet : 

    -Idem.

    -La maire a fait une avancée par rapport à la pratique précédente: les messes sont enlevées du déroulé des commémorations nationales relayées par la municipalité. 

     

    La délégation : Ce n'est pas parce que les gouvernants piétinent allègrement la loi de 1905 (Vals au Vatican, Hollande à la synagogue avec Netanyahou, dans la foulée de Sarkozy … que tout le monde doit les suivre. Au contraire, si les communes avec leurs maires, sensés garantir les principes de la République, en tête, montraient l'exemple du respect de la laïcité institutionnelle, ils trouveraient l'assentiment général des citoyens. Les rassemblements spontanés de janvier ont montré cette aspiration…

    La délégation a exprimé ses craintes de l’instauration du communautarisme en France impulsé volontairement par tous les gouvernements depuis de nombreuses années, dont le maintien de la  loi Debré est un exemple... elle doit être abrogée !

    C’est aussi ce qui conduit aux conflits interreligieux dans la société civile du type observé en banlieue parisienne dans des établissements scolaires où des communautés reproduisaient le conflit israélo-palestinien par exemple . 

    Tout le monde se dit laïque :

    D. Spagnou, Sisteron: ''La république est laïque mais la France est judéo-chrétienne par tradition'' 

    L’ex Évêque de Digne déplorait une laïcité qui  relègue l'Eglise à la sphère privée.

    Sarkozy: laïcité « positive », comme Adolphe Thiers : le curé et le pasteur (qui croient) sont supérieurs à l'instituteur laïque (qui ne croit pas)...

    C.Castaner: loi de 1905 bouffeuse de curés, « laïcarde », ayatollah  etc...

     

    Le chef de cabinet : 

    Il a regardé le documentaire de Caroline Fourest qui a justement parlé des 11 milliards de fonds publics détournés vers le privé, hier à la TV...  « Eternel débat… » conclut-il. 

     

    Le chef de cabinet qui a noté nos interventions sur son bloc-notes s'est engagé à les transmettre au maire de façon exhaustive... 

     

    POUR LA DELEGATION:

    La date éloignée de l'audience concédée, l'abstention de Mme le Maire quant à sa présence à l'entretien et sa non réponse ultérieure trahissent de sa part un malaise de l'élue quant à son positionnement par rapport à la loi de 1905, la loi, rien que la loi.

    A suivre donc...

             

    « Réécouter sur France Inter avec Danièle Sallenave, académicienne, auteur de «dieu.com»A propos de la création du Comité Interreligieux de Moselle-Communiqué FNLP- »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :